Toute une vie et un soir de Anne Griffin

Toute une vie et un soir de Anne Griffin
(When all is said)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Ludmilla, le 11 décembre 2021 (Chaville, Inscrite le 21 octobre 2007, 66 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 6 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (11 121ème position).
Visites : 1 836 

Une soirée avec Maurice

Une soirée solitaire au bar du Rainsford House Hotel, comté de Meath, Irlande.
Cinq toasts pour les cinq personnes qui ont le plus compté dans la vie de Maurice Hannigan, un vieil Irlandais bourru de 84 ans qui a perdu sa femme 2 ans plus tôt et qui ne veut pas finir sa vie en maison de retraite.
Au fil de ces cinq toasts, Maurice Hannigan va raconter sa vie.

Ne lisez pas la quatrième de couverture et découvrez ce qu’a été la vie de Maurice et quelles sont ces cinq personnes

Un excellent premier roman dont le titre original « When all is said » est, à mon avis, bien meilleur que le titre français.

« Je suis ici pour me souvenir - de ce que j'ai été et de ce que je ne serai plus. »
« Alors, tu veux la vérité pure et simple, fiston? La raison pour laquelle je suis assis là à marmonner dans mon coin, c'est elle, ça t'étonnera pas. Je veux que ta mère revienne, voilà tout. Seul, j'y arrive plus. »

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Au bar du Rainsford House Hotel

9 étoiles

Critique de Koudoux (SART, Inscrite le 3 septembre 2009, 57 ans) - 27 février 2022

Maurice Hannigan est âgé de 84 ans. Veuf inconsolable qui en a assez d’être en contact avec d’autres personnes et pas question pour lui d'intégrer une maison de retraite comme lui suggère son fils.
Il décide de passer une dernière soirée au bar du Rainsford House Hotel afin de porter un toast à chacune des cinq personnes représentant des périodes de sa vie.
On a l’impression d’être près de lui et de l’écouter raconter son histoire.
En ouvrant le livre, j’ai eu peur de m’ennuyer avec une « histoire de bar », mais pas du tout ! C’est même avec grand plaisir que j’ai lu ce livre.
Un livre à lire et même à offrir !

Lettre à mon fils

9 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 64 ans) - 18 février 2022

Maurice Hannigan, 84 ans, est installé au bar du luxueux hôtel de Rainsford. Il y a même réservé la suite VIP.
Il est âgé, fatigué, son épouse lui manque, mais il se refuse à aller en maison de retraite.
Au fur et à mesure des chapitres, il raconte sa vie et surtout les personnes qu’il a tant aimées.

Son grand frère Tony, qui a soutenu le petit dernier qu’il était, quand l’école était pour lui une torture. La vie dure de la ferme, dans une famille aimante, entre ses parents et ses grandes sœurs May et Jenny.
Maurice quittera l’école sans regret et sera employé, par l’intermédiaire de sa mère qui est cuisinière, chez les Dollard, où il sera fréquemment humilié, frappé.

Il y aura aussi Molly, Noreen, Kevin son fils, devenu journaliste américain reconnu, alors que lui lit si difficilement. Le dernier chapitre sera consacré à la femme de sa vie Sadie.

Une construction formidable où le narrateur décrit à son fils, avec une grande sincérité, les grands bonheurs comme les grands malheurs de son existence, les personnes qui ont marqué sa vie et la douleur inguérissable de leurs départs.

Un roman formidable où l’on rit, où l’on pleure…

Sacré Maurice !

8 étoiles

Critique de Frunny (PARIS, Inscrit le 28 décembre 2009, 56 ans) - 22 janvier 2022

Anne Griffin (1969 - ) est une écrivaine irlandaise, nouvelliste et romancière.
"Toute une vie et un soir" ("When All Is Said", 2019), son premier roman, a été traduit dans de nombreux pays.

Maurice Hannigan est arrivé au bout d'un long chemin....
A 84 ans, il sirote quelques verres de Wisky irlandais au bar de l'hôtel où se prépare une soirée de gala.
Face à lui même et son verre, il raconte sa vie en s'adressant à son fils Kevin.
Pendant cette longue soirée, il va porter un toast aux 5 Amours de sa vie :
-> Tony, le frère ainé idolâtré, parti trop tôt.
-> Molly, "la soeur que tu n'as pas connue"....
-> Noreen, "tata non-non".
-> Kevin, mon fils adoré, parti vivre et travailler aux états-unis, célèbre journaliste dont il sera tellement fier.
-> et enfin, Sadie, la femme de sa vie, aimée jusqu'à la dernière seconde et dont la disparition rebat les cartes.

Toute une vie déroulée en un soir en buvant quelques verres au bar de l'hôtel.
L'Histoire de l'Irlande et ses blessures (vagues migratoires vers les états-unis et l'Australie)
Une roman tendre où l'émotion est omniprésente.
L'humeur bonhomme de Maurice cache une terrible solitude et une farouche détermination .
Un superbe moment de lecture !

Trop de délicatesse dans un monde de brutes

6 étoiles

Critique de Missef (, Inscrite le 5 mars 2007, 56 ans) - 16 janvier 2022

Voici un livre que j'aurais bien aimé aimer, et qui d'ailleurs ne m'a pas déplu, mais auquel je trouve qu'il manque de l'originalité pour être passionnant et se démarquer d'autres récits de vie. Par ailleurs, Maurice et les personnages qu'il a aimés font preuve me semble-t-il d'une délicatesse et d'une humanité un peu trop systématiques pour être pleinement crédibles. Loin de moi l'idée de dire que les êtres attentionnés et la bonté soient l'apanage de tel ou tel milieu, en revanche ces qualités sont quand même si peu représentées globalement que je trouve leur réunion dans la petite vie reculée de Maurice, Noreen, Sadie, etc. s'apparente un peu trop à un parti-pris d'auteur.

Récit émouvant d’une vie en cinq tableaux

8 étoiles

Critique de Reginalda (lyon, Inscrite le 6 juin 2006, 55 ans) - 10 janvier 2022

L’intrigue de ce roman est fort bien résumée par l’éditeur, inutile donc que j’y revienne. L’impression que je retire de cette lecture, c’est à la fois le portrait d’un pays en pleine mutation (Maurice, le protagoniste-narrateur, est à la fin de sa vie et les événements qu’il évoque relèvent d’un temps où l’Irlande n’était pas le pays à l’économie florissante qu’il est devenu) et celui d’une humanité de petites gens que la vie malmène allègrement, mais qui pourtant font preuve d’une attention et d’une compassion envers leurs proches qui force l’admiration.
Parti-pris suspect d’angélisme, me direz-vous ? Le reproche est en effet possible, mais il me semble que l’ambition de Maurice étant de porter un toast aux êtres qui lui ont été chers et ont revêtu une importance déterminante dans son existence, il est compréhensible qu’il se soit cantonné aux personnes dignes de son affection et par conséquent dotées de qualités humaines appréciables à ses yeux (et puis cinq personnes ainsi élues dans toute une vie, ce n’est pas un nombre hyperbolique).
Un récit à la construction habile qui, certes, ne bouleversera pas la vision du monde de son lecteur, mais qui l’émouvra et le promènera dans une Irlande plus ou moins disparue et néanmoins tout à fait attachante, comme l’est cet univers romanesque.

Forums: Toute une vie et un soir

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Toute une vie et un soir".