La bonne vie de Jean-Pierre Otte

La bonne vie de Jean-Pierre Otte

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Elisa92, le 18 avril 2021 (Inscrite le 17 avril 2021, 62 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (20 712ème position).
Visites : 357 

La bonne vie

Voilà un petit livre revigorant, bienvenu en ces temps mauvais de Covid et de confinement. Un petit livre (par sa taille) à emmener partout avec vous, tel un viatique pour votre voyage intérieur et votre chemin par le monde. Une profonde et vivifiante bouffée d'air et d'écriture. Publié par un éditeur au nom bizarre et cocasse, Cactus Inébranlable éditions, bellement spécialisé dans les livres d'aphorismes ou de «Pensées», comme on disait autrefois.
L’hiver 2008, Jean-Pierre Otte avait recueilli chez lui un étudiant russe de originaire de Yalta en Crimée, du nom de Sergueï. Celui-ci se prit d’amitié pour les premiers livres de l’écrivain. Il les lisait, les relisait apparemment sans se lasser, presque au risque de l’addiction, en épinglant çà et là des phrases et des passages qu’il transcrivait dans un cahier auquel il attribua le titre de «La bonne vie».
C'est ce cahier qui est publié aujourd'hui, avec une peinture à la cire de Jean-Pierre Otte en couverture.

Quelques extraits :

On se devine avant de se vivre.

En cours de chemin, rester disponible aux invitations que la vie nous fait.

Il n’y a pas d’élite et il n’y a pas de lie, mais des êtres semblables qui évoluent à partir de leur centre de gravité, chacun ayant une destinée particulière à accomplir avec pour seul impératif d’en accepter les détours et l’issue.

Une civilisation s’abaisse et s’avilit quand le plus grand nombre ne font pas dans la vie ce qu’ils voudraient faire, ce qu’ils devraient avoir pour eux-mêmes l’imagination et le désir audacieux d’entreprendre à loisir dans la jouissance même de la vie.

Notre impression profonde, c’est que nous venons de l’intérieur. De l’intérieur de l’univers et de l’intérieur de nous-mêmes, d’une matrice opaque d’où s’échappent les nébuleuses, les planètes, les étoiles fixes et les étoiles errantes en un mouvement incessant d’extériorisation et d’expansion.

Il importe vraiment que, chacun, nous conservions notre secret, car que subsisterait-il de nous si notre secret était livré, divulgué, dévoilé, percé, extorqué, arraché ? Ce serait la perte de notre identité profonde, de la singularité qui nous fonde.

Au contraire de la solitude que l’on subit, cloisonnée, asséchante, en peau de chagrin, voilà celle, prodigieuse et profonde, que l’on choisit en optant en compagnonnage pour sa propre présence dans la jouissance même de la vie !

La bonne vie, c’est le présent merveilleux d’un homme qui en a fini avec l’espérance et toutes les nostalgies.

Elisa 92

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Réflexison sur la vie telle qu'elle s'écoule

8 étoiles

Critique de Débézed (Besançon, Inscrit le 10 février 2008, 74 ans) - 13 mai 2021

Ce recueil a été pour moi la première occasion de croiser la plume de Jean-Pierre Otte, écrivain et peintre encyclopédiques au talent protéiforme. Son champ de connaissance est vaste, il va de la mythologies cosmogoniques au plaisir d’exister en passant par les rituels amoureux du monde animal sans omettre les aventures de la vie personnelle… toutes les facettes de ce talent se retrouvent dans ce recueil qui lui-même a sa propre histoire.

Dans un propos introductif, l’auteur nous informe que ce recueil n’existerait pas si, au cours de l’hiver 2008, Sergueï, un jeune russe originaire de Crimée alors hébergé chez lui, ne s’était pas pris d’amitié pour ses premiers livres, recopiant sur un petit cahier des phrases et des passages sous le titre « La bonne vie ». Avant de rejoindre son pays, le jeune Russe a remis une copie de ce cahier à l’auteur qui a jugé opportun de publier, en forme d’hommage à ce travail de tri, la sélection d’aphorismes qu’il a ainsi faite.

Ce recueil comporte plutôt des réflexions que, comme très souvent, des formules courtes et percutantes même si l’auteur a fait un travail très important sur les mots et la précision de leur choix. C’est un condensé d’observations, de constatations, de déductions, de pensées, de proposition, de critiques, …, sur plusieurs des nombreux sujets qu’embrasse la vaste culture de l’auteur.

J’en ai noté quelques-unes à titre d’exemple parmi celles qui évoquent des sujets récurrents dans le recueil :

Le monde, sa dégradation, la terre, le pays, la marche à travers le pays, …
« Nous existons dans quelque chose qui n’existe que par nous. »
La vie, son sens …
« Ayons plutôt foi en l’évolution, en ses innovations et même en ses ratages, à sa fougue échevelée à créer sans cesse, même s’il nous semble qu’elle tarde à produire d’autres formes, nous laissant intérieurement en stagnation depuis des lustres. »
La pensée
« L’idée la plus géniale n’a aucune valeur si elle ne peut être contredite. »
L’écriture
« La gageure de l’écrivain de la liaison ou de l’exil, c’est de réussir, à force de travail et de talent, à transformer progressivement le miroir qui le réfléchit en une fenêtre ouverte sur les temps présents. »
La société
« On ne se refait en définitive que sur la défaite, on ne se recrée que sur la carence, le désastre ou l’avarie. »
Le couple
« Le coup de foudre, c’est reconnaître l’autre avant de le connaître. »

J’adopterais volontiers toute la philosophie contenue dans la quasi-totalité des pensées qui figurent dans ce recueil, tant elles m’ont semblé emplies de sagesse, de bon sens, de détermination et de clairvoyance, …

Cactus inébranlable éditions

Forums: La bonne vie

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La bonne vie".