Au soleil redouté de Michel Bussi

Au soleil redouté de Michel Bussi

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Ayor, le 4 avril 2021 (Inscrit le 31 janvier 2005, 49 ans)
La note : 5 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (45 216ème position).
Visites : 825 

Thriller domestique décevant

Je ressors un peu mitigé de cette lecture, je ne lui ai pas trouvé le même intérêt que pour les autres.

Le suspense est toujours aussi bien entretenu mais le dénouement est sacrément décevant, habitué que je suis aux rebondissements dont sait nous régaler Michel Bussi.

De même, l'histoire se lit certes avec fluidité mais ne m'a pas transporté plus que cela. Même les personnages me sont restés indifférents, ne faisant preuve que de peu de relief.

Je reste donc un peu déçu, et invite à découvrir le talent de l'auteur via ses autres ouvrages.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

"Dix Petits Nègres" aux Marquises

6 étoiles

Critique de Elko (Niort, Inscrit le 23 mars 2010, 45 ans) - 10 octobre 2021

Bussi nous emmène cette fois sur l'île marquisienne de Hiva Oa. Cinq apprenties écrivaines ont gagné un séjour en Polynésie pour un atelier d'écriture avec un auteur à succès. Quand celui-ci disparait, ce qui semble au départ un exercice littéraire se transforme en une murder party où tout le monde semble suspect.

Ce roman à plusieurs voix et aux nombreux protagonistes peine à démarrer. On sent le talent de l'écrivain dans la construction de son récit, le décor marquisien est bien planté et le rebondissement final m'a encore cueilli. Cependant je me suis ennuyé et je n'ai pas accroché aux personnages ni aux divers retournements de situations.

Bilan mitigé.

Meurtres au paradis

5 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 63 ans) - 4 juillet 2021

L’éditrice Servane Astine a organisé, sur les conseils de son écrivain célèbre, un concours offrant un atelier d’écriture d’une semaine aux îles Marquises.
Pierre-Yves François (PYF), entame le premier atelier avec pour sujet, "avant de mourir, je voudrais... ", affirmant que chacun, ou plus exactement chacune est une écrivaine en puissance, si elle s’en donne la peine et travaille sérieusement.
Cinq écrivaines car ce sont cinq femmes qui ont gagné ce séjour paradisiaque.

La plus âgée est une belge septuagénaire, fan de Jacques Brel, Martine, dite Titine, dont le blog où elle parle et présente ses dix chats a beaucoup de succès.
Eloïse, sexy trentenaire aux cheveux noirs, est discrète, et semble introvertie, dessinant plus qu’elle n’écrit.
L’autre trentenaire est Clémence, appelée Clem, un look d’aventurière, drôle, toujours prête à mener l’enquête et à tout noter comme l’a dit le Grand Ecrivain.
Quant à Marie-Ambre, elle est plus occupée par l’assortiment de ses tenues, vernis et bijoux que par sa (belle) fille Maïma, qui du haut de ses 16 ans, tient son journal avec un grand sens de l’observation.
La dernière quadragénaire dénote un peu dans le groupe. D’origine danoise Farèyne est une policière gradée et ambitieuse, mariée à un gendarme Yann qui trouvera rapidement de quoi s’occuper.

Ce sera d’abord la disparition de PYF. Est-ce une disparition volontaire, quelques indices étant posés sur sa pile vêtements soigneusement pliés ? Surtout qu’il avait déclaré qu’une disparition était un sujet idéal pour débuter un roman.
Mais PYF ne revient pas, même pour les repas, dont il apprécie tant les plats préparés par Tanaé et servis par ses deux inséparables filles Poe et Moana, au Soleil Redouté, ce qui devient inquiétant.

Inquiétantes aussi ces tikis, ces 5 sculptures dispersées aux alentours des bungalows dont certaines ressemblances sont assez troublantes.

Mais sur une île, même aussi célèbre qu'Hiva Oa, abritant les tombes de Jacques Brel, aux fréquentes références, et de Gauguin, tout drame devient rapidement un huis-clos à la Agatha Christie.
"C’est pour cela que cette île, même si je l’aime tant, est une prison. On finit par n’y faire plus que des trucs de prisonniers, des gestes toujours les mêmes, la bouffe toujours la même, les promenades toujours les mêmes… Les Marquises, pour les apprécier, il faut juste y passer, ou être obligé d’y rester pour toujours."

Mais voilà, "la sauce n’a pas pris". Pourtant tout y est avec ce huis-clos paradisiaque, ces disparitions mystérieuses, l’incroyable rebondissement auquel nous a habitués l’auteur...
Est-ce le choix de la narration qui rend la lecture de ce roman si ennuyeuse ? Une adolescente de 16 ans et son journal, une jeune femme qui profite de ce qui se passe pour écrire son livre ?
Ou bien le décalage entre le décor paradisiaque et l’ambiance polar décalée, anachronique ?

J’ai terminé ce roman déçue ce qui est assez rare parmi mes nombreuses lectures de Michel Bussi.

Histoire d'un thriller

7 étoiles

Critique de Pascale Ew. (, Inscrite le 8 septembre 2006, 54 ans) - 27 mai 2021

Cinq femmes débarquent sur l’île d’Hiva Oa dans les Marquises pour un stage d’écriture d’une semaine avec le célèbre écrivain Pierre-Yves François. Elles se retrouvent dans la pension de Tanaé et de ses deux filles adolescentes. Parmi elles, on retrouve Martine la gentille Belge, Fareyne la policière suédoise accompagnée de son mari gendarme Yann, la riche Marie-Ambre, avec sa fille adoptive Maïma, Clem le garçon manqué et la belle Eloïse. Chacune cache un secret.
Le lecteur est mené en bateau du début à la fin et bien malin celui qui le découvrira...
J’ai mis un peu de temps avant d’entrer dans l’histoire car le début me paraissait quelconque, mais l’histoire s’accélère au fil du récit et est une très agréable lecture.

Forums: Au soleil redouté

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Au soleil redouté".