Chavirer de Lola Lafon

Chavirer de Lola Lafon

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Pascale Ew., le 24 mars 2021 (Inscrite le 8 septembre 2006, 55 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (38 647ème position).
Visites : 1 028 

Un cri sourd

Cléo, 13 ans, passionnée de danse, est abordée par une recruteuse qui lui fait miroiter une bourse pour réaliser ses rêves et intégrer une école de danse. Mais elle doit d’abord plaire au jury pour obtenir la bourse et faire preuve de « maturité », de « décontraction », … Cathy la met en confiance, l’endort grâce à des cadeaux, des paillettes plein la vue, l’impressionne et les billets de banque finissent de convaincre des parents peu favorisés et peu regardants. Un jour, lors d’un dîner avec des hommes dans la cinquantaine, le piège se referme sur Cléo. Les autres « candidates » sont tout aussi silencieuses qu’elle ; tout est dans le non-dit… et le restera. Ensuite, Cathy demande à Cléo de jouer les rabatteuses et de recruter à son tour dans son collège.
Par la suite, Cléo danse dans les émissions de Drucker derrière des stars, puis dans un cabaret, mais elle est rongée par la honte et la culpabilité, surtout d’avoir entraîné d’autres filles à sa suite. Et c’est ce qui la maintient dans le silence et dans un mal-être perpétuel.
Jusqu’au jour où, trente ans plus tard, des journalistes diffusent un appel à témoins concernant cette « fondation Galatée ».
Même si Cléo milite pour une meilleure reconnaissance des danseuses et dénonce des conditions de travail humiliantes, elle reste enfermée dans sa honte permanente et subit sans cesse les brimades d’un professeur de danse, d’un manager… Cette honte lui fait accepter toutes sortes de mauvais traitements, ainsi que la peur de ne plus avoir d’emploi. Sans cesse, elle doit plaire et se taire. Elle ne peut jamais être elle-même. C’est le paradoxe de la victime qui se sent coupable.
Lola Lafon réussit à mettre son lecteur mal à l’aise tout au long de son roman. Elle démontre bien qu’un jeune n’est pas capable de dire non, que son encadrement familial est primordial, qu’il suffit de « hontes minuscules » pour détruire quelqu’un. Et ces démonstrations, l’auteure les fait tout en subtilité.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Confus

6 étoiles

Critique de Bernard2 (DAX, Inscrit le 13 mai 2004, 73 ans) - 30 juillet 2022

Le synopsis du roman a été fort bien détaillé par Pascale, je n'y ajouterai donc rien. Au-delà de l'odieux chantage mis au point grâce à cette promesse de bourse inexistante, on réalise combien le travail de danseuse est astreignant, physiquement douloureux. Peut-être à faire lire aux jeunes, garçons ou filles, qui rêvent de ce métier où le public ne voit que le côté paillettes...
Mais j'ai été gêné par une écriture confuse, où de nouveaux noms apparaissent sans qu'on comprenne bien pourquoi, sinon à la fin, où les époques se télescopent. Tout cela donne une lecture décousue, qui ne permet pas d’éprouver l'émotion que voudrait susciter le thème abordé.

Forums: Chavirer

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Chavirer".