Le parfum des fleurs la nuit de Leïla Slimani

Le parfum des fleurs la nuit de Leïla Slimani

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Veneziano, le 12 février 2021 (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 46 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (24 344ème position).
Visites : 2 339 

Réflexions métaphysiques à Venise

L'auteure aime se retrouver seule pour écrire, s'isoler pour se concentrer ; et il s'avère que Venise, dans ses quartiers calmes, le lui permet à merveille. Cette ville la place dans la représentation de la condition humaine, soit une idée d'éphémère avec l'idée de disparition, d'engloutissement, tout en étant entouré-e d'une grande beauté, de liens entre périodes historiques, de transmissions patrimoniales, intellectuelles qui permettent justement de créer.
De fil en aiguille, elle en vient à penser à sa double culture, occidentale et orientale, de leur croisement et de leurs perceptions croisées mutuelles.

Ce récit autobiographique invite à réfléchir sur des thèmes intéressants, tant sur la condition des humains en général que des artistes et des métisses en particulier, dans un tournoiement de questions qui inquiètent, étonnent et rassurent tour à tour.
Cette lecture m'est apparue profitable, à condition de se dire que chacune et chacun détient sa propre façon de répondre à ces questionnements.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Le parfum des fleurs la nuit [Texte imprimé]
    de Slimani, Leïla
    Stock / Ma nuit au musée
    ISBN : 9782234088306 ; 18,00 € ; 20/01/2021 ; 128 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Qui est Leïla ?

9 étoiles

Critique de Pacmann (Tamise, Inscrit le 2 février 2012, 59 ans) - 5 juillet 2024

Dans la série « Ma nuit au musée », celle qui a remporté le prix Goncourt en 2016 avec « Chanson douce » se livre dans une sorte de mise au point ou de mini autobiographie. Elle explique qui elle est ou ce qu’elle ressent être après avoir commis son (seulement) troisième roman « La Pays des autres », dont je n’ai pas encore lu la seconde partie a priori écrit après le présent ouvrage.

Après avoir refermé ce livre, je reste sans conteste un inconditionnel de cette remarquable autrice, à la plume léchée et qui emporte le lecteur par son style d’une haute qualité. Le lieu où elle s’isole, la pointe de la douane à Venise, à deux pas de l’Arsenal qui accueille traditionnellement les expositions de la biennale d’art contemporain est aussi un endroit symbolique qui n’est pas choisi par hasard. J’ai eu aussi la chance de passer plusieurs fois dans ce lieu unique.

Leïla Slimani évoque le début de sa vie au Maroc, son père, son arrivée en France alors qu’elle était adolescente et forcément le racisme ordinaire qui, comme l’actualité le démontre, se libère totalement dans des proportions plus qu’inquiétantes.

Beaucoup de citations et d’ouvrages de référence qui ont marqué l’autrice sont évoqués, en étant parfois le miroir de situations qu’elle a vécues. Tout en prenant de la hauteur, cet ouvrage dense et profond séduira les inconditionnels de cette autrice sincère et brillante.

A lire, et à relire.

Blessure d'enfance

7 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 65 ans) - 6 juillet 2022

L’autrice est contactée par son éditrice pour passer une nuit dans le musée de La pointe de la Douane à Venise, centre d’exposition d’art contemporain.
Elle nous livre d’abord son quotidien à Paris, son métier d’écrivain. Son hésitation à accepter la proposition.
"Les écrivains seraient plus utiles dehors, à raconter le monde, à donner une voix aux gens qu’on n’entend jamais. Je vais être honnête avec toi : cette histoire de nuit au musée, je trouve ça assez snob." (une amie de l'autrice)

Elle raconte son arrivée à Venise, son entrée solitaire dans les grandes pièces du musée, décrit les œuvres exposées, lit les textes joints, associant certaines à son enfance, s’interrogeant sur d’autres.
"Je ne ferai pas à ces artistes de faux procès en imposture ou en escroquerie. Je ne peux prétendre émettre un jugement qui ait un réel intérêt….et puis quoi de plus banal que d’attaquer des œuvres dites conceptuelles ?...la simplicité de certaines œuvres me désarçonne…
Marcel Duchamp disait que c’est le regardeur qui fait l’œuvre d’art. Si on le suit, ce n’est pas l’œuvre qui n’est pas bonne ni intéressante. C’est le regardeur qui ne sait pas regarder."

Un joli pêle-mêle d’impressions, de souvenirs, de contemplations qui ne m’a pas convaincue au départ. Il faut dire que le seul livre lu de la collection Ma nuit au musée, était celui de Lydie Salvayre, au style radicalement différent.

Il faut attendre la fin de la nuit, pour que remonte une blessure d’enfance ; l’emprisonnement de son père dans une prison marocaine, injustement accusé , son calvaire et sa mort qui laissera un vide immense dans la vie de Leïla.
Leïla qui n’a pas de pays, étrangère en France, son pays d’adoption, étrangère au Maroc, son pays de naissance.
"Le destin de mon père a toujours pesé sur le mien. J’ai cherché à l’ignorer….Je vis dans la crainte irrationnelle d’une malédiction. J’ai peur que m’attende le même destin."
Beaucoup de sensibilité, de fragilité dans ces confidences que la nuit et la solitude ont rendu possibles.

Forums: Le parfum des fleurs la nuit

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le parfum des fleurs la nuit".