Correspondance croisée (1937-1940) de Simone de Beauvoir, Jacques-Laurent Bost

Correspondance croisée (1937-1940) de Simone de Beauvoir, Jacques-Laurent Bost

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Sahkti, le 11 août 2004 (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 48 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (13 872ème position).
Visites : 4 569  (depuis Novembre 2007)

Une histoire d'amour et de peur

Deux êtres qui s'aiment et qui s'écrivent. Simone de Beauvoir et Jacques-Laurent Bost. Simone vit depuis huit ans avec Sartre, la philosophie de leur couple est : les esprits sont fidèles, les corps sont libres, aucun secret. Sartre est connu, Simone de Beauvoir beaucoup moins et les éditeurs rechignent alors (nous sommes en 1938) à publier ses textes.
Jacques-Laurent Bost est étudiant dans la classe de Sartre au Havre. Séduit par le maître, il le suit à Paris et s'installe dans son univers. Jacques-Laurent et Simone ont une passion commune : la marche à pied. Parcourant ensemble d'infatigables kilomètres, ces deux personnes apprennent à se connaître, se découvrent, s'apprécient, la suite est connue. Si Simone de Beauvoir ne cache rien de sa liaison à Jean-Paul Sartre, il n'en sera pas de même pour le jeune Bost qui ne souhaite pas que sa promise, Olga Kosackiewicz, apprenne la chose.
Les deux amants s'écrivent énormément, presque tous les jours, racontant tout ce qui leur arrive et le monde qui les entoure, la vie parisienne pour elle, la caserne pour lui.
La correspondance s'interrompt en 1940, une grande partie des courriers de Simone de Beauvoir ayant été perdue. Quel dommage. Il se dégage une telle passion de ces échanges. Sans parler du regard très différent que portent l'un et l'autre sur la vie fin des années trente, sur la guerre qui arrive, sur la culture, sur l'amour, la vie, la mort et la peur qui les tenaille tout les deux, qui les fait écrire dans l'urgence, avec spontanéité. Qu'il semble révolu ce temps où les êtres s'écrivaient de longues et belles lettres enflammées, passaient des heures à détailler les paysages qu'ils voyaient ou les gens qu'ils croisaient.

Ces courriers intimes sont touchants de sincérité et de tendresse, à un point tel qu'on pourrait presque concevoir un sentiment d'impudeur à la lecture de cette correspondance privée.
A souligner, même si cela peut sembler naturel, que dans le présent recueil figurent les courriers et les réponses à ces derniers. Un fil de soie que l'on peut suivre du bout des doigts, ce qui n'est pas toujours le cas dans l'édition de correspondances, où il arrive trop souvent que seul le courrier d'une personne y figure sans que les réponses du destinataire ne soient disponibles. Cela peut être frustrant, ce n'est pas le cas ici.
Quelques notes de Sylvie Le Bon de Beauvoir complètent l'ouvrage ainsi qu'un cahier d'illustrations.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

!

9 étoiles

Critique de PtiteMorgane (, Inscrite le 30 mars 2005, 34 ans) - 30 mars 2005

J'ai lu avec beaucoup d'enthousiasme cette correspondance croisée. C 'est agréable d'avoir ENFIN une correspondance dans laquelle on a les réponses du destinataire : touchant par la sincérité des deux amants, aucuns détails n'est épargné, laissant à chacun , la possibilité d'imaginer ce à quoi ressemble la vie de l'autre, malgré la distance qui les sépare mais qui ne les empêche,néanmoins pas de se voir....en plus on apprend tout pleins de trucs sur la vie littéraire, artistique...du moment, avec tout pleins d'anecdotes assez rigolotes et saisissantes ! C'est finalement trés touchant de suivre l'aventure de ces deux amants réunis pas des lettres......Les lettres de Simone De Beauvoir à Nelson Algren sont également trés appréciable, mais on reste un peu sur notre faim, étant donné quil ny a pas les réponses du MONSIEUR ! :)

Lever un coin du voile

8 étoiles

Critique de Saint-Germain-des-Prés (Liernu, Inscrite le 1 avril 2001, 54 ans) - 3 septembre 2004

Cet échange de lettres qui couvre quatre années est digne d’intérêt à plusieurs titres. D’abord et avant tout pour les passionnés de Simone, nous y trouvons une mine de renseignements, d’anecdotes qui forcent à nuancer l’image unilatérale présentée habituellement, à savoir : Simone de Beauvoir, celle qui vivait dans l’ombre de Sartre. Son amour pour Jacques-Laurent s’impose comme une évidence dans chaque lettre et s’exprime tant par des mots que par des attitudes (le respect de l’autre, le respect de sa liberté, de son individualité, le désir d’épanouissement de l’autre, …). Pour rester dans le domaine affectif, aucun doute ne subsiste à propos d’épisodiques relations homosexuelles, de Beauvoir a quelques phrases explicites à ce sujet. Mais ça, c’est plutôt de l’ordre du « potin », là ne réside certainement pas l’intérêt du livre.

Ces lettres nous éclairent aussi sur la situation des soldats au début de la guerre. Il est effrayant de constater leur manque de préparation. A quelques kilomètres du front, les gradés les soumettent encore à des humiliations tout à fait inutiles, à des tâches dont on cherche vainement le sens. Bost décrit plusieurs scènes cocasses, dont beaucoup de résultats de soûlerie générale. Lorsqu’ils sont envoyés au front, en première ligne, ce n’est pas l’affrontement décisif auquel on aurait pu s’attendre. Bost raconte même que les Allemands ont agité un drapeau blanc, indiquant que les coups de feu qu’ils venaient de tirer étaient un accident et non une attaque ! On hallucine !

Reste à savoir si les deux écrivains auraient voulu voir leurs lettres publiées. Je pense que Simone de Beauvoir était assez futée pour détruire ce courrier si elle avait voulu qu’il tombe dans l’oubli. Rappelons qu’elle a adopté Sylvie Le Bon de Beauvoir non pas parce qu’elle entendait entretenir avec elle des relations filiales au sens traditionnel, mais parce qu’elle estimait que Sylvie gérerait au mieux sa production littéraire, il y avait une connivence intellectuelle entre les deux femmes. Grâce à Sylvie, nous avons accès à l’intimité de Simone. Voyeurisme ? Certainement pas, car l’écriture de Simone de Beauvoir reste pudique. Et c’est bien là le caractère exceptionnel de cette correspondance : assurer l’autre de son amour, mais le faire tout en légèreté… On les sent tous deux terriblement impliqués dans la relation, mais ils font preuve de retenue, comme s’ils étaient capables d’être à la fois dans et en dehors de leur histoire, de l’Histoire...

Forums: Correspondance croisée (1937-1940)

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Correspondance croisée (1937-1940)".