Histoires d'une femme sans histoire de Michèle Gazier

Histoires d'une femme sans histoire de Michèle Gazier

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Jeparo, le 25 juillet 2004 (Bruxelles, Inscrit le 26 mars 2004, 58 ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 3 512  (depuis Novembre 2007)

titre d'une critique sans titre...

Datant de 1993, ce roman de Michèle Gazier contient déjà tous les signes de son savoir-faire (son "savoir-écrire") : la justesse, la grâce, son regard poétique et sa capacité de s'infiltrer au plus vrai et au plus profond de ses personnages au point de les fire "vibrer" aux yeux du lecteur comme des personnes que l'on aurait voulu connaître.
"Histoires d'une femme..." est le portrait de Zita, née en Espagne, émigrant à 14 ans avec sa mère et ses deux frères en France, à Ales, suite au décès accidentel de son père ingénieur au fond d'un puits. Bien qu'amoureuse d'un autre qui ne trouve pas grâce aux yeux de sa mère, Zita se verra contrainte d'épouser Xavier Puig i Cerda, de vingt ans son aîné, riche aristocrate originaire d'Andorre, travaillant dans la confection vestimentaire.
Au-delà des quelques fois où elle fit le mur adolescente pour aller faire la fête, Zita fera surtout preuve de son esprit indépendant et entreprenant dans sa belle-famille où elle aura l'audace (!) de transformer un Noël en quelque chose de festif, ce qui lui vaudra l'animosité éternelle de sa belle-mère bigote et rien moins que le banissement de leur propriété espagnole.
Ce ne sont là que les prémices de ses futures réalisations : elle participera à la résistance contre Franco, elle cachera, plus tard, deux enfants juifs durant la guerre et même si elle a du mal à recevoir, Zita est là tout dans ce verbe : donner.
Ce portrait n'est pas tout à fait linéaire, en deux sens. Tout d'abord il est constitué d'une successions d'intervenants différents : sa fille adoptive, sa belle-soeur, un chauffeur de car qui la véhiculait à travers l'Espagne, madame Kahn, la mère des deux enfants juifs et Zita elle-même prennent tour à tour la parole pour un chapitre, venant raconter et commenter telle ou telle période de sa vie. Ensuite, même si la chronologie est à peu près tout le temps respectée, Gazier incruste dans le récit des "médaillons" revenant sur l'enfance de Zita et sur le personnage essentiel de sa vie : son père.
Ces flash-back apporteront l'éclairage suffisant pour tenter une explication sur l'incapacité à recevoir de Zita, qui me semble une clé de ce très beau personnage.
Au final, un portrait nuancé, très humain d'une femme volontaire et admirable au milieu d'une poignée de personnages secondaires tout aussi paufinés et attachants qu'elle, je pense entre autres à son mari Xavier dont, pour donner une petite idée du style Gazier, voici la dernière apparition (p107) :
"A force de reculer dans le temps, il a fini par disparaître. Une chute dans l'escalier, un cancer mal décelé. Il est mort de ne plus trouver de place pour vivre dans ses souvenirs. Il les avait tous reparcourus. Il avait retourné sa vie comme une chaussette. Il n'avait plus de vie du tout."

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Histoires d'une femme sans histoire

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Histoires d'une femme sans histoire".