Le second disciple de Kenan Görgün

Le second disciple de Kenan Görgün

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Nathavh, le 17 février 2020 (Inscrite le 22 novembre 2016, 58 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (37 513ème position).
Visites : 1 593 

Le second disciple

Kenan Görgün est un écrivain belge d'origine turque, il a grandi à Molenbeek, il nous propose un roman explosif, exigeant et interpellant.

L'action se passe à Bruxelles qui est un personnage à part entière dans le roman. Le prologue est magnifique, il nous décrit merveilleusement bien le canal de Bruxelles, la frontière entre le nord et le sud de la ville.

C'est un roman noir, très noir, qui traite d'un sujet difficile ; le terrorisme, le radicalisme, les attentats, l'extrême droite et les failles humaines.

Comment un homme devient-il un guerrier ?
Comment une telle détermination à passer à l'acte peut-elle naître ?
Comment un fils musulman ou belge peut-il basculer et devenir un assassin ?

C'est une partie de ces questions qui sont abordées avec brio, comme si, l'auteur était entré dans la tête et la pensée du radicaliste. Ce récit au vocabulaire riche est exigeant, il demande attention et suscite multiples réflexions mais est indispensable. Quelle claque !

D'une part Xavier Brulein, belge d'origine, une enfance dans un quartier défavorisé, des parents peu présents. Il sera très tôt livré à lui-même, victime d'un certain racisme, celui de ses origines sociales et de la pauvreté. Peu ou pas d'éducation, livré à lui-même, un mal être naissant.

Les barrières disparaîtront le temps de l'armée, il s'engagera quatre années au Moyen Orient dans le conflit Irakien. Peu après son retour, il agressera très violemment un homme pour une fille qu'il connaît à peine, très jeune il se retrouvera cinq années en prison.

Xavier Brulein y rencontrera Brahim Ben Lakdar, le responsable et cerveau d'un sanglant attentat à Bruxelles, à son contact il deviendra Abu Kassem.

Lorsqu'il sort de prison, il a en tête une mission qui aura lieu dans 56 jours, c'est son but ultime. Sans le savoir il est devenu l'outil de la vengeance d'Abu Brahim qui veut se venger de ses frères qui l'ont abandonné et dénoncé en prison.

Abu Brahim sortira lui aussi de prison avec un bracelet électronique pour vice de procédure ... Il retrouvera la liberté , enfin peut-on parler de liberté car seule une heure de sortie est autorisée par jour ! Sa mère Kadija est la seule à lui avoir rendu visite durant sa détention, elle a préparé son retour mais dévastée cherche à comprendre qui est son fils ? Qu'a-t-elle raté ? Comment est-il devenu un assassin lui le bon fils musulman ?

Cette fiction est d'un réalisme surprenant, c'est comme si l'auteur était dans la tête des protagonistes, il nous décrit avec brio dans une écriture magistrale, dure, les différentes étapes qui poussent au changement. Fragilités, doutes, méprise pour en arriver à la haine et à la détermination d'un projet horrible, inhumain. Il met également en évidence l'absence de mots, de culture , le manque de discernement comme une des causes du radicalisme.

C'est puissant. A lire !

Ma note : 9/10


Les jolies phrases

Aucun guide ne peut te garantir d'être juste, de dire chaque fois la vérité, de ne pas succomber à ses instincts.

Ce n'est pas toi qu'on libère de la prison, c'est la prison que l'on libère de toi.

La mixité, le vivre-ensemble, tout ça se retourne contre le monde qui en a gavé les gens à défaut de les avoir nourris pareil.

Vous avez accepté la privation, vous en avez fait une base philosophique et elle a cessé de ronger votre personnalité. Xavier vous a permis de saisir une vérité qui vaudrait partout et toujours : le seul truc dont on n'allait jamais vous priver, c'est la privation. Le manque deviendrait la force.

C'est confondre la came et l'effet - tu l'as expérimenté à la mosquée : ce n'est pas parce que tu croyais plus fort que tu as fréquenté plus souvent la mosquée, c'est parce que tu as fréquenté plus souvent la mosquée que tu t'es mis à croire plus fort.

Quand l'unité de l'être humain est si forte, tenter d'y porter atteinte, c'est comme la fission nucléaire de l'atome. C'est le bruit et la fureur.

La méprise se répète, s'amplifie, s'aggrave, tragique. La méprise est une maladie. Elle infeste une ville après l'autre. Elle dresse des peuples les uns contre les autres. Elle tue et fait tuer. Des âmes égarées croient servir Dieu. Des âmes perdues confondent le Jugement dernier avec leurs erreurs de jugement. Il n'y a plus d'antidote. Il n'y a plus de remède de cheval. Un acte foudroyant qui ramènera l'Histoire à zéro.

Les êtres humains font ça : se donner du mal pour oublier ce qu'ils savent. En fin de compte, le Prophète n'était qu'un être humain. Lui aussi.

Les gens n'enterrent jamais leurs différences en même temps que leurs morts. Ni leur désir plus ou moins avoué de battre le feu par le feu. Ceux qui surmontent la haine sont des êtres exceptionnels. Et les pertes exceptionnels ne courent pas les rues.

Est-ce que la haine c'est l'absence d'amour, ou autre chose encore ? Et qu'est-ce qui est le plus grave ? Qu'est-ce qui est le plus difficile à vivre, à endurer, qu'est-ce qui est, à la longue, le plus destructeur : la haine ou l'absence d'amour ? Et quelqu'un qui hait peut-il encore réaliser qu'il vit non seulement dans la haine mais aussi dans l'absence d'amour ?

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Terrorisme, tensions religieuses et identité

6 étoiles

Critique de Pucksimberg (Toulon, Inscrit le 14 août 2011, 42 ans) - 25 septembre 2022

J'ai hésité à lire ce roman qui aborde le terrorisme et l'islamisme, non pas parce que le sujet est trop brûlant, mais parce que c'est un sujet dont on a tellement entendu parler à la télévision et dans la presse, qui a servi de matrice à de nombreux films et à de nombreux romans que j'avais l'impression d'entrer dans un univers sur lequel je n'allais pas découvrir grand-chose. Et je dois dire qu'à la fin du roman, j'ai eu l'impression d'un certain déjà-vu même si je reconnais que ce roman mérite d'être lu pour son sujet et par la façon dont l'écrivain a construit son texte.

Je ne reviens pas sur le résumé du roman car Nathavh l'a fait clairement.

Kenan Görgün parle d'un quartier qu'il connaît bien et explique les rouages de l'endoctrinement et de la radicalisation dans les prisons. Il décrit aussi avec précision les contextes sociaux et familiaux qui peuvent pousser à agir ainsi, il décrypte l'organisation d'attentats, la façon dont le terroriste joue avec une double identité, tel Dr Jekyll et M"Hyde. L'auteur parvient à donner vie à ce petit monde de façon très réaliste. Son mode de narration permet d'entrer dans l'esprit de certains personnages, de suivre leur façon de penser, leur rancœur. Ce sentiment de toute-puissance que possèdent les terroristes est aussi très bien rendu. Et il est assez effrayant de voir comment ils fonctionnent.

J'ai trouvé l'écriture inégale. Comme Nathavh, j'ai beaucoup aimé le prologue très poétique qui rappellerait presque certains poèmes de Verhaeren. J'ai beaucoup apprécié une discussion entre un terroriste et sa mère, certaines réflexions sur l'identité et la religion ... Et parfois j'ai été gêné par l'abondance de phrases nominales qui donnent un côté cinématographique certes, mais qui hachent le rythme de la lecture. Cela rompt la fluidité. Parfois aussi, certaines descriptions trop détaillées m'ont ennuyé.

Le choix de Xavier Brulein est original. Il va se convertir à l'islam en prison et être rebaptisé Abu Kassem. De plus le rapport à son corps est inconfortable et une expérience traumatisante vécue dans son enfance va impacter sa sexualité. Certains choix dans la construction du personnage sortent de l'ordinaire et des clichés. Le fait qu'il écoute aussi David Bowie donne une autre couleur à ce personnage, moins facile à cerner que le terroriste habituel en littérature ou au cinéma.

Ce roman se lit avec plaisir et peut éclairer certains lecteurs sur le sujet.

Forums: Le second disciple

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le second disciple".