La fête des fous de James Lee Burke

La fête des fous de James Lee Burke
(Feast day of fools)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Tistou, le 25 octobre 2019 (Inscrit le 10 mai 2004, 66 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 2 102 

3ème épisode de la série Hackberry Holland

James Lee Burke est surtout connu pour son abondante, et remarquable, série « Dave Robicheaux », le shérif de New Iberia (Louisiane). C’est là, indéniablement – le terroir de Louisiane l’inspire formidablement – qu’il donne le meilleur de sa mesure.
Ici, avec « La fête des fous », nous sommes au Texas, en milieu désertique à semi-désertique, et c’est le 3ème épisode de la série Hackberry Holland, après « Déposer glaive et bouclier », écrit en 1971 (traduit en 2013 !) soit 16 ans avant le premier Dave Robicheaux ( !) et la suite « Dieux de la pluie », publié en 2009 (38 ans après le premier épisode !), traduit en 2015. Depuis il y a donc cette « Fête des fous » et vient de sortir également « La maison du soleil levant ».
Texas donc, mais pas Austin ou Dallas. Au milieu de nulle part, proche de la frontière avec le Mexique (vous savez, celle où un certain Trump veut ériger un mur continu ?), c’est là qu’Hackberry Holland est shérif, plutôt vieux et tourmenté par son passé, assisté par Pam Tibbs :

« Pam Tibbs était le premier adjoint d’Hackberry. Les pointes de ses cheveux couleur acajou étaient blanchies par le soleil et pendaient sur son visage sans qu’elle en prît plus soin qu’une adolescente. Elle portait un jean large, des bottes semi-montantes, un ceinturon astiqué et une chemise kaki sur une manche de laquelle était cousu un drapeau américain. Elle avait l’humeur changeante, et s’exprimait souvent de façon agressive. Ses adversaires remarquaient rarement son penchant pour la violence avant que ne se produisent des choses qui ne devraient pas se produire. Quand elle était en colère, elle se mordait les joues, ce qui faisait ressortir le grain de beauté près de sa bouche, et transformait ses lèvres en bouton. Les hommes pensaient souvent qu’elle essayait de faire du charme. Ils se trompaient. »

« Le prêcheur », personnage tourmenté et tueur assumé qui faisait l’objet de l’épisode précédent finalement se révèle encore vivant ; un cauchemar sur pattes. Un cauchemar au moins pour Hackberry et surtout Pam Tibbs. Mais dans cette zone intermédiaire entre USA riche et Mexique pauvre, lieu de tous les trafics, passage obligé de ceux qui veulent émigrer aux USA, il y a équivalent ou même pire que « Le prêcheur ». Des mercenaires évoluant pour différentes mafias, la russe notamment, Krill, un Révérend déséquilibré, Cody Daniels. Il y a aussi des personnages « illuminés » telle Anton Ling, « la Magdalena ».
A bien y regarder, on ne voit personne de réellement équilibré dans ce sud déshérité du Texas et il n’est pas étonnant qu’à l’instar de « Dieux sous la pluie », « La fête des fous » soit d’une violence dérangeante par moments. J’avais déjà ressenti ceci à la lecture de « Dieux sous la pluie ». Là, soit c’est moi qui vieillis et supporte moins bien la violence soit c’est une dérive de James Lee Burke ou une caractéristique de cette série Hackberry Holland ?
Comme je vais prochainement lire le nouvel opus de Dave Robicheaux, j’en saurai bientôt plus. Les romans de James Lee Burke ont toujours comporté une bonne dose de violence – c’est le pays qui veut ça, en même temps ! – mais là ça me parait outré.
Par contre, après nous avoir charmé des natures de Louisiane (Dave Robicheaux) et du Montana (Billy Bob Holland) – les deux contrées habitées par James Lee Burke – il nous donne cette fois-ci à goûter aux charmes ( ?) du désert frontalier d’avec le Mexique. Et pour ce genre de mise en situation, des descriptions de la nature, James Lee Burke est franchement un dieu ! Certainement n’y est-il pas pour rien dans ce road trip qui me trotte dans la tête, de New Orleans (Louisiane) vers San Diego (Californie) via Texas et New Mexico !
Pour celles et ceux qui ne connaitraient pas James Lee Burke je suggère toujours de commencer par des épisodes Dave Robicheaux. A moins que ce soit le désert du sud du Texas qui vous motive ? Alors là, c’est bon …

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • La fête des fous [Texte imprimé] James Lee Burke traduit de l'anglais (États-Unis) par Christophe Mercier
    de Burke, James Lee Mercier, Christophe (Traducteur)
    Payot & Rivages / Collection dirigée par François Guérif
    ISBN : 9782743640002 ; EUR 8,99 ; 10/05/2017 ; 553 p. ; Format Kindle
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: La fête des fous

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La fête des fous".