Qui a tué mon père de Edouard Louis

Qui a tué mon père de Edouard Louis

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Monocle, le 17 avril 2019 (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 64 ans)
La note : 1 étoiles
Moyenne des notes : 5 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (55 445ème position).
Visites : 2 958 

Navrant

NAVRANT !
Si vous voulez vous ennuyer lisez bien vite ce livre larmoyant, nombriliste où tout est mélangé dans un mauvais désordre avec un style d’une pauvreté à faire peur.
Chirac, Sarkozy, Hollande et Macron sont sur le banc des accusés. Le vent souffle dans ce sens, il était tentant lorsque que l’on n'a rien à dire (ou à écrire) de récolter les bravos des mécontents de tout poil qui ont un avis sur tout.
Oh Monsieur Louis, vous étiez si bon dans « EDDY BELLE GUEULE » … pourquoi vous êtes-vous embarqué dans un texte aussi creux ?
Quant à vous, les décisionnaires de chez « Seuil »… savez-vous qu’il y a un vivier de jeunes auteurs de qualité prêts à en découdre ?
85 pages de grand dommage !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

réquisitoire fort et intéressant

9 étoiles

Critique de CHALOT (Vaux le Pénil, Inscrit le 5 novembre 2009, 76 ans) - 31 mars 2024

QUI A TUE MON PERE


C'est un petit livre de 85 pages qui ne paye pas de mine comme on dit mais qui laisse des traces.
L'auteur s'adresse à son père pour lui reprocher, au début ,ses absences, ses attitudes ambivalentes à son égard et à l'égard de sa fratrie en rappelant tout de même que la violence physique n'existait pas dans son foyer d'enfance.
Il explique en passant l'enfance difficile de son père, face aux coups qui s'abattaient de la part de son grand père sur son épouse.
Cette violence là explique peut être l'attitude du père de l'auteur .
Peu à peu on comprend que c'est la vie difficile, la pénibilité du travail, la difficulté de joindre les deux bouts qui ont conduit ce père là à s'isoler, à faire partir son épouse.
Aujourd'hui, il est cassé physiquement et moralement.
Le fils essaye de comprendre et de retrouver ce père.
L'auteur dresse ensuite un acte d'accusations étayées contre tous les gouvernement qui se sont succédé, de ceux de Chirac, de Sarkozy, de Hollande et de Macron qui avec les dominants ont humilié les pauvres.
Il revient notamment sur le RSA qui a remplacé le RMI et qui a conduit à harceler les sans rien pour qu'ils aillent coûte que coûte travailler, même pour trois sous loin de chez eux.
Le mot fainéant était pour ce père brisé la pire insulte qui soit et comme l'auteur le dit à son père :
« Le mot fainéant est pour toi une menace, une humiliation. Ce genre d'humiliation te fait ployer le dos encore plus. »

Jean-François Chalot

Une vie cabossée

5 étoiles

Critique de Ichampas (Saint-Gille, Inscrite le 4 mars 2005, 60 ans) - 8 août 2021

Edouard Louis nous livre des morceaux de vie de son père, cet écrit lui permet de se réconcilier avec lui, un beau témoignage.
Il accuse les politiques d’être responsable du parcours de vie de son père, à mon avis, cela est plus complexe, une position politique trop marquée par cet auteur dont j’apprécie les romans.

Forums: Qui a tué mon père

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Qui a tué mon père".