La libraire de la place aux herbes: Dis moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es de Éric de Kermel

La libraire de la place aux herbes: Dis moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es de Éric de Kermel

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Flo29, le 14 mars 2018 (Inscrite le 7 octobre 2009, 50 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (45 808ème position).
Visites : 2 809 

Un peu déçue

Une professeure de français change de vie et rachète une librairie à Uzès. Au fil des mois se tissent avec les lecteurs des liens plutôt intimes.
"Dis moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es", c'est le sous-titre de ce livre. On peut être charmé par ces lecteurs rencontrés au fil des pages, mais personnellement au vu des thèmes traités dans ce roman, j'attendais quelque chose qui me transporte un peu plus. C'est gentillet et il y a quelques pages intéressantes sur la lecture, mais j'ai été un peu déçue.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • La libraire de la place aux Herbes [Texte imprimé], dis-moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es Éric de Kermel
    de Kermel, Éric de
    Eyrolles
    ISBN : 9782212566147 ; EUR 14,90 ; 23/02/2017 ; 150 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

De tout, un peu...

4 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 64 ans) - 2 novembre 2021

Nathalie réalise son rêve en ouvrant sa libraire dans la jolie ville d’Uzès.
Parmi ses premières clientes, la jeune Cloé toujours accompagnée de sa maman qui choisit ses lectures, jusqu’à sa première émancipation littéraire grâce à Nathalie qui saura aider et guider la jeune fille. "C’est un bon exercice que de chercher la couleur dominante d’un livre, son odeur, son bruit... "
La rencontre avec Jacques, marcheur solitaire de Compostelle au Mont Saint-Michel, sera l’occasion de présenter une dizaine de titres sur ce thème.
Puis Philippe, L’infatigable voyageur qui connaît 49 sur 207 pays du monde permettra au lecteur de découvrir la littérature à travers le monde.
Leïla, qui ne sait pas lire (le moins crédible des chapitres), Bastien, fâché avec son père, Tarik, légionnaire gravement blessé, Soeur Véronika, Arthur, le jeune facteur, Solange qui, arrivée à la cinquantaine trouvera un sens à sa vie grâce Mrs Dalloway de Virginia Woolf…

Intéressée par l’organisation, le fonctionnement, le vocabulaire et les pratiques propres aux librairies, la quantité de sujets abordés - la ville d’Uzès et ses particularités, le Maroc, des souvenirs d’enfance idylliques, des recettes de confitures…- a fini par me lasser.
Le roman devient alors une mise en scène pour survoler les grands thèmes de la vie, l’autonomie, les étapes de la vie, la mort, les drames, vivre en pleine conscience, le couple, grandir, s’ouvrir au monde, le développement personnel...
Je n’ai pas été convaincue par cette abondance de bons sentiments, de personnages parfaits et cette sympathique libraire sauveuse de l’humanité.
Un livre positif mais décevant pour qui en attendait autre chose que ce pêle-mêle de recettes du bonheur.
Néanmoins, cette lecture m’aura permis d’allonger ma LAL, et j’ai apprécié que le dernier titre cité soit COMME UN ROMAN de Daniel Pennac


Édulcoré ?

7 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 62 ans) - 5 novembre 2019

Nathalie quitte la vie parisienne, les enfants sont grands et dans un petite petite ville du Gard une librairie est à vendre. Retour à une vie plus vraie, plus calme où l'on prend le temps d'écouter, l'auteur nous raconte par épisodes les relations avec des clients qui deviennent des complices. Nathalie prend son rôle avec beaucoup d'intérêt, le libraire a une mission et elle y met tout son entrain.

Personnellement je ne partage pas l'engouement qu'a provoqué ce roman. J'ai trouvé la trame un peu enjôlée et édulcorée. (parole de vieux bougon)
Ceci dit j'ai retenu avec un grand intérêt les titres cités... une liste impressionnante (moi qui suis en perpétuel état d'espionnage pour trouver de bonnes lectures).

A retenir cette phrase de Malraux que Souchon a reprise avec bonheur dans une très jolie chanson :
- Une vie ne vaut rien, mais rien ne vaut une vie.
Et une autre :
- Nous rendons immortels les gens que nous aimons, la mort véritable ne vient que de l'oubli.

Forums: La libraire de la place aux herbes: Dis moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La libraire de la place aux herbes: Dis moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es".