Au nord par une montagne, au sud par un lac, à l'ouest par les chemins, à l'est par un cours d'eau de László Krasznahorkai

Au nord par une montagne, au sud par un lac, à l'ouest par les chemins, à l'est par un cours d'eau de László Krasznahorkai
(Északról hegy, Délről tó, Nyugatról utak, Keletről folyó)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Septularisen, le 24 août 2017 (Luxembourg, Inscrit le 7 août 2004, 54 ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 2 629 

UN LIVRE INCLASSABLE!

Au début du livre nous sommes dans une petite ville du Japon au Sud-est de Kyoto.
A une époque indéterminée, mais qui pourrait bien être la nôtre, un mystérieux personnage, dont nous ne saurons jamais le véritable nom, mais qui sera toujours désigné comme étant le petit-fils du prince Genji, arrive par le train à la gare. Il fait nuit noire, la ville est déserte, le petit-fils du prince Genji ne remarque que la présence des fils électriques et des distributeurs automatiques qui enlaidissent le paysage.

Il faut dire que petit-fils du prince Genji a une quête, il est à la recherche d’un temple qui abriterait le petit « jardin caché », dont il a découvert l’existence dans un livre – aujourd’hui disparu - intitulé « Cent beaux jardins » dont le souvenir le hante, et qu’il rêve de trouver et voir depuis des dizaines d’années.

Malheureusement , nul ne sait où se situe exactement le fabuleux jardin, même si le petit-fils du prince Genji pense l’avoir localisé dans le temple de cette localité et part donc à sa recherche tout en haut de la colline qui domine la petite ville…

Si au début de la lecture de ce livre on peut être un peu perdu par le style d’écriture ressemblant à s’y méprendre à celle des français du «Nouveau roman », et en particulier à celle de Claude SIMON, avec de longues phrases quasiment sans ponctuation (c’est-à-dire très peu de virgules et encore moins de points), dès que l’on est rentré dans cette histoire, et bien... On oublie qu’il n’y a pas d’histoire, pas de récit!
On ne fait plus que suivre les déambulations du petit-fils du prince Genji (en passant l'un des personnages de la dernière partie du "Dit du Genji" de Muraki SHIKIBU écrit au XIe Siècle et qui se passe aussi à Kyoto...) et on se laisse porter par les magnifiques descriptions du temple, de la faune, de la flore, de l’architecture, etc... présente dans le livre.

Je dois admettre que j’ai été subjugué, littéralement «envoûté» par la poésie et beauté qui se dégagent de ce livre. Il n’y a pas de véritable héros et de personnage principal dans ce livre et surtout pas le petit-fils du prince Genji. Le héros n’est pas celui que l’on croit, et même si héros il y a, la part belle est laissée au paysage et aux descriptions, au visuel et au ressenti du lecteur. La sensation de « vivant » que l’on a à la lecture de ce livre frôle la perfection!
Que dire de plus ? C’est vraiment un livre « inclassable » ! La preuve ? Vous en connaissez beaucoup, vous, des livres qui commencent au chapitre II (en chiffres romains SVP) et qui se poursuivent par de tout petits chapitres de parfois une demi-page, jusqu’à L ?
Ou bien encore qui ont pour titre «Au nord par une montagne, au sud par un lac, à l'ouest par des chemins, à l'est par un cours d'eau»? Non, n’insistez pas je ne vous dirai pas le pourquoi de ce titre si mystérieux, la réponse est dans le livre…

Une fois encore, László KRASZNAHORKAI a réussi à me surprendre (en passant, quelles connaissances incroyables du Japon ancien…) et à me faire aimer un de ses livres. Je dois dire que c’est le cinquième livre que je lis de l’écrivain hongrois, et bien une fois encore ce livre est totalement différent - si ce n’est dans le style semblable au nouveau roman français, déjà présent dans « Guerre & guerre » - , des autres.
A tel point que j’ai l’impression d’avoir lu cinq livres de cinq écrivains différents…

Rappelons que László KRASZNAHORKAI a été le lauréat du prestigieux prix littéraire « Prix International Man Booker » en 2015 avec le livre «La mélancolie de la résistance », et que son nom circule avec insistance depuis de nombreuses années à Stockholm, pour le Prix Nobel de Littérature.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Au nord par une montagne, au sud par un lac, à l'ouest par des chemins, à l'est par un cours d'eau [Texte imprimé] László Krasznahorkai traduit du hongrois par Joëlle Dufeuilly
    de Krasznahorkai, László Dufeuilly, Joëlle (Traducteur)
    Cambourakis / Littérature (Cambourakis)
    ISBN : 9782916589541 ; EUR 20,30 ; 13/06/2013 ; 187 p. ; Broché
  • Au nord par une montagne, au sud par un lac, à l'ouest par des chemins, à l'est par un cours d'eau [Texte imprimé], roman László Krasznahorkai traduit du hongrois par Joëlle Dufeuilly
    de Krasznahorkai, László Dufeuilly, Joëlle (Traducteur)
    Actes Sud / Babel (Arles)
    ISBN : 9782330078188 ; EUR 7,50 ; 17/05/2017 ; 192 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Au nord par une montagne, au sud par un lac, à l'ouest par les chemins, à l'est par un cours d'eau

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Au nord par une montagne, au sud par un lac, à l'ouest par les chemins, à l'est par un cours d'eau".