Journal, tome 3: décembre 1993 - août 1995 de Fabrice Neaud

Journal, tome 3: décembre 1993 - août 1995 de Fabrice Neaud

Catégorie(s) : Bande dessinée => Divers

Critiqué par B1p, le 19 janvier 2004 (Inscrit le 4 janvier 2004, 49 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 10 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (2 142ème position).
Visites : 3 415  (depuis Novembre 2007)

à vie moderne, BD moderne

Même si la première impression est certainement trompeuse, un fois le tome 3 du Journal refermé, on ne peut s'empêcher de penser que Fabrice Neaud invente la BD Adulte, que ce qu'on affublait jusque là de ce nom n'était qu'une suite de cases pour ados attardés.
Bien sûr, c'est certainement réducteur, mais l'oeuvre de Neaud va tellement loin dans l'inédit et l'inconnu que cela en devient une expérience unique : on assiste en direct à l'invention d'une nouvelle grammaire BD qui jette sur les anciennes une épaisse couche de poussière.
Difficile de résumer les chemins introspectifs empruntés par Neaud dans ce tome. Certains écrivains couchent leur vie sur papier avec des caractères d'imprimerie, Fabrice Neaud préfère les cases et les commentaires bien sentis. Alors que le premier tome du Journal était une exploration assez classique de l'amour non partagé, celui-ci explore bien d'autres dimensions, alors que le premier tome se raccrochait au fil conducteur universel du désir et de l'amour (quoi de mieux que l'amour pour communiquer une émotion au lecteur?), le récit de ses déboires amoureux et professionnels du tome 3 dépasse de loin les considérations sentimentales.
A travers ses cases au graphisme réaliste et noir et blanc, Fabrice Neaud dissèque et analyse les relations humaines, met les doigts dans des plaies qu'on n'ose même pas voir. Des considérations métaphysiques ou sociologiques, il y en a ici à la pelle, comme jamais on en a vu en bande dessinée.
C'est que l'oeuvre de Neaud est exigeante, comme il est exigeant avec lui-même et avec ses amis. On n'entre pas dans son univers sans être conscient de l'investissement intellectuel et existentiel que cela doit être.
Neaud de s'insurger contre la dictature du Cool, du Sympa, du Divertissement, lui qui veut faire face sans fard aux méandres abyssaux de la psyché humaine. Neaud de s'insurger contre ses amis qui préfèrent se réfugier dans la facilité, dans l'observation de la façade que les gens montrent au monde sans essayer de comprendre ce qui se cache derrière ce masque rieur, mais au fond bien grimaçant. Neaud de s'insurger de la tolérance feinte envers une homosexualité qui en définitive reste haïe. (Neaud est effectivement homo, mais cela semble un détail tant le miroir qu'il tend au lecteur est universel.)
Comment faire passer des considérations aussi difficiles dans une bédé sans avoir recours à la sempiternelle dérision ? Difficile. Mais F.Neaud relève le défi et narre son parcourt d'être humain en mal de repère qui se voit exclus du marché du travail, de l'amour et de l'affection tout en supportant l'éternelle condescendance de son prochain.
Amateur de séries rieuses, abstenez-vous (ou lisez le tome 4), mais s'il y a ici un lecteur soucieux de partager l'expérience humaine d'une vie moderne qui se heurte aux murs coriaces de l'incompréhension, qu'il achète le Journal immédiatement, car finalement, Fabrice Neaud est bien proche du for intérieur dans lequel le lecteur veut par pudeur de retrancher, peut-être un peu trop.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Journal / Fabrice Neaud.

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Quand s’effondrent les étoiles…

10 étoiles

Critique de Blue Boy (Saint-Denis, Inscrit le 28 janvier 2008, - ans) - 23 septembre 2022

Pour le troisième volet de cet ouvrage autobiographique, Fabrice Neaud évoque sa rencontre avec Dominique, qui comme lui se lance dans une carrière artistique après avoir étudié aux Beaux-arts. C’est l’histoire d’un coup de foudre unilatéral, né dans une zone indéterminée se situant entre malentendu et ambigüité, l’histoire d’un amour passionnel à sens unique qui emportera l’auteur vers des gouffres infernaux, vers un point de non retour sans rémission.

S’il y a comme un air de déjà vu, le contexte et les bases de ce « Journal 3 » sont différents. Dans le premier volet, la relation avec Stéphane était liée à une rencontre dans un lieu de drague nocturne, un jardin public. Ici, l’auteur fait la connaissance de Dominique dans son bar habituel, à côté de chez lui. Aucun sous-entendu sexuel ni amoureux, et les premiers instants de la rencontre ne sont pas détaillés, mais on imagine qu’à force de l’y croiser, parmi la clientèle de profs et d’étudiants des Beaux-arts, une vague complicité s’est installée progressivement entre les deux jeunes hommes autour de leur amour de l’art. Ce faisant, Fabrice passe de plus en plus de temps avec « le Doumé », comme se plaisent à le surnommer ses connaissances, et comme avec Stéphane, il se met à en faire des portraits, après l’avoir mitraillé de son objectif. Sauf qu’avec Stéphane, la relation était beaucoup plus superficielle, faite de silences et de non-dits, le jeune militaire étant davantage porté sur le sexuel que l’artistique…

Ce volet va ainsi être centré sur ce nouvel « amant » qui ne le sera qu’à un stade potentiel. Et à en juger seulement par l’épaisseur du livre, on peut en déduire que cette histoire aura marqué durablement son auteur. La lecture de ce pavé exutoire de 400 pages viendra confirmer que ce dernier aura laissé quelques plumes dans cet épisode houleux et tourmenté de son existence.

Pour Fabrice, Dominique représente tout de dont il rêve, il coche littéralement toutes les cases, y compris ce fameux look « héréro » qui lui plaît tant. Le « Doumé » lui apparaît comme une sorte de surhomme nietzschéen qui fera progressivement de lui un amoureux transi. Doté d’un physique très avantageux et d’une excellente constitution, cet homme viril à la santé resplendissante et « aux mains épaisses » possède également une force intérieure et une assurance intellectuelle impressionnante, associées à des goûts artistiques très tranchés (qui plus est, Dominique semble tout à fait conscient de son pouvoir de séduction auprès des autres, même s’il n’en joue que modérément). Des traits de caractère qui peuvent parfois se confondre avec de l’arrogance ou du cynisme, ce qui a pour effet de déstabiliser Fabrice, qui pressent par ailleurs que Doumé n’apprécie pas particulièrement son travail. Il lui arrive même de l’humilier à coup de réflexions implacables. Mais le plus terrible, c’est encore une fois cette sensation de voir cet amant potentiel lui échapper inexorablement au fur et à mesure qu’il tente de le conquérir…

Les portraits dessinés qu’il en fait, tirés de clichés photographiques, font parfaitement ressortir la beauté du personnage et traduisent très bien la passion qu’il a pu éprouver durant les mois où il l’a côtoyé. Sa virilité est parfaitement mise en valeur, avec ce côté boy-scout testostéroné qui ferait fureur dans le Marais parisien. Comme pour le premier volet, la mise en page est très étudiée, tous les portraits dégagent une grande authenticité. Au début de sa rencontre, cet amour naissant donne à Fabrice Neaud l’occasion de laisser libre cours sa fantaisie, en nous offrant une séquence prodigieuse mêlant poésie et humour (oui il y a de l’humour dans ce récit même s’il reste discret !), où son admiration pour Dominique se transforme en une sarabande vertigineuse où tout semble possible, où les traits finissent par fusionner en une étreinte abstraite, tandis qu’en réalité, l’auteur ne fait que prendre un verre avec l’objet de son désir…

L’idylle, ou plutôt la « non-idylle » puisqu’elle n’est que le fruit de l’imagination de l’auteur, sera comme on s’en doute de courte durée. S’ensuivra une déclaration d’amour, qui, bien que sublime, restera lettre morte et ne fera que donner lieu à une tension croissante entre les deux hommes. Ainsi, Fabrice traversera tout le spectre des émotions incluant au passage quelques coups bas pas forcément glorieux, jusqu’à la confrontation finale, terrible et tranchante comme une guillotine. Un verdict prévisible pour une victime qui avait trouvé le courage d’aller voir son « bourreau », gravissant les escaliers de son appartement « comme un condamné vers l’échafaud »

Le Saint-Sébastien apparaissant dans le premier journal pourrait être ici érigé en figure symbole, à la fois pour l’auteur et son côté écorché vif et jusqu’au-boutiste dans ses erreurs, attitude quasiment suicidaire et sacrificielle (quasiment toutes ses connaissances vont se détourner de lui à moment donné). De même, l’objet de ses convoitises en est réduit à l’état de proie à travers ses dessins, tel un joli papillon épinglé au mur de ses obsessions délétères.

On ne détaillera pas la suite du récit, pas plus qu’on ne se livrera pas à une exégèse de cet ouvrage riche et dense, où l’auteur se livre à mille et une réflexions aussi pointues que passionnantes sur son rapport aux autres, sur la façon dont il se perçoit dans le monde et sa difficulté à y trouver sa place, sur cet « exil », « lot de la solitude », et peut-être, son inaptitude à l’amour… Fabrice Neaud, animal certes atrabilaire, nous parle de tout cela via le scalpel de son hypersensibilité, avec justesse, audace et honnêteté, sans aucun pathos. Il y aborde également quelques problématiques sociales, notamment la précarisation rampante et la montée des inégalités, des problématiques qui plus de vingt ans après, n’ont rien perdu de leur actualité, bien au contraire…

Avec ce « Journal 3 », Fabrice Neaud est véritablement monté d’un cran par rapport au « Journal 1 », déjà largement acclamé et récompensé lors de sa sortie. Ce récit autobiographique est véritablement captivant, construit sur un suspense psychologique où les tortures sont mentales, où seules les phrases sont assassines. Mais tout n’est pas si désespéré dans cette autobiographie qui au final se révèle être une quête initiatique, et qui, malgré sa noirceur, laisse entrer un peu de lumière dans le tout dernier chapitre pertinemment intitulé « Tabula rasa ». Ce tome vient ainsi confirmer haut la main le statut de chef d’œuvre pour ce cycle en 4 volumes qu’est « Esthétique des brutes », judicieusement réédité cette année par les Editions Delcourt. Il est par ailleurs prévu que Fabrice Neaud reprenne le cours d’un nouveau cycle dès l’année prochaine, lequel s’intitulera « Le Dernier Sergent » et nous met par avance en appétit !

Forums: Journal, tome 3: décembre 1993 - août 1995

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Journal, tome 3: décembre 1993 - août 1995".