Les fous de Bassan de Anne Hébert

Les fous de Bassan de Anne Hébert

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Minoritaire, le 1 mars 2015 (Schaerbeek, Inscrit le 28 janvier 2012, 63 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (13 143ème position).
Visites : 4 364 

"Dans toute cette histoire, il faut tenir compte du vent"

Eté 1936. Après cinq années d'absence, Stevens Brown revient de Floride confronter ses vingt ans et ses démons au village qui l'a vu naître et grandir : Griffin Creek, entre cap Sec et cap Sauvagine, quelque part sur les rives du golfe du St Laurent. Griffin Creek, fondée quelques 150 ans auparavant par quatre familles. Tout le monde y est donc aujourd'hui plus ou moins cousin. Un village de pêcheurs et de paysans, dont les âmes sont surveillées par le révérend Nicolas Jones. Un village qui ne s'ouvre et respire que ces quelques mois d'été et s'enferme sur lui-même, à l'abri du vent, le reste de l'année. Un été qui ressemble à un printemps. Leur printemps, les filles de Griffin Creek doivent en profiter : elles n'en auront qu'un. Aussitôt mariée, aussitôt mères, aussitôt cloîtrées. Et ce printemps, dans lequel sont arrivées les cousines Olivia et Nora Atkins (15 et 17 ans), nombreux sont les hommes qui le guettent.

De la violence des sentiments et des ressentiments, des frustrations passées et pressenties, naîtra en cet été 1936 un drame que l'auteure nous fera vivre par les yeux et les voix des différents protagonistes, chacun dans un registre particulier : mode épistolaire pour Stevens; poétique pour Olivia Atkins; tumultueux et confus comme la pensée de Perceval, le frère idiot de Stevens, plus "classique" à d'autres moments;…

Un roman riche et foisonnant, pas toujours facile, mais qui m'a suffisamment impressionné pour me donner envie de le partager au repas annuel des Céliens à Bruxelles.

Quelques citations:

Stevens : "Je crois que cette femme est heureuse de nourrir un homme et d'être commandée par lui."

Nora : "Mes seins sur mes côtes viennent de se poser comme deux colombes. (…) La promesse de dix ou douze enfants (…) se niche au creux de mon ventre."

Révérend N. Jones : "J'ai beau (…) mettre Nora et Olivia en garde contre le séducteur couvert de peaux de brebis, (…) du loup dans la bergerie, de l'étranger de passage qui… Je n'en finis pas de me demander laquelle des deux je préfère."

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Les fous de Bassan [Texte imprimé], roman Anne Hébert
    de Hébert, Anne
    Seuil / Points (Paris)
    ISBN : 9782020336482 ; 7,00 € ; 02/03/1998 ; 248 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

La Mer que l'on voit danser

10 étoiles

Critique de Libris québécis (Montréal, Inscrit(e) le 22 novembre 2002, 82 ans) - 2 mars 2015

Pour ce roman gagnant du prix Fémina en 1982, Anne Hébert a choisi un site se prêtant fort bien à l’art romanesque. Tous les Québécois savent très bien qu’il s’agit de l’île Bonaventure, qui fait face au célèbre rocher Percé. Déduction facile puisque que c’est dans cette aire insulaire que les magnifiques fous de Bassan ont choisi pour s’y reproduire. Ce sont d’élégants oiseaux blancs rappelant les oies. Aujourd’hui inhabitée, l’île était jadis occupée par des pêcheurs et des paysans. L’auteure en a fait un regroupement de loyalistes (Américains refusant l’Indépendance) vivant dans une agglomération baptisée du nom de Griffin Creek.

La trame se compose de six récits ancrés sur les mêmes journées et les mêmes scènes. Trois sont datés de 1936 et deux de 1982. Le décalage assure le sens de l’œuvre par de multiples échos tout en lui conférant une aura poétique. Décalage qui permet de joindre le passé à la sensibilité du lecteur afin de l’intéresser au suicide de la femme du pasteur Jones et à la disparition des cousines Atkins.

La singularité des personnages est nouée à la fonction et à la signification du rivage. Chacun évolue dans un décor typé, annonciateur d’un milieu tragique survolé par de sombres anges ailés et soumis aux intempéries de la mer. Un décor semblable à celui d’un Faulkner boréal, empreint d’une fureur masquée par les mots qui évoquent des images à donner des frissons. Aucun ne peut échapper aux terreurs qui couvent dans un huis clos limité aux quelques insulaires de Griffin Creek. Les crimes de guerre, la religion et une sexualité morbide frappent le destin de ses habitants. Il est intéressant de voir comment Anne Hébert soumet tout un chacun aux furies des cœurs comme à celles de la mer qui détruit le rivage en causant l’érosion d’une île appelée dans des milliers d’année à disparaître comme le fameux rocher Percé pour lequel on prévoit 6000 ans d’existence. Finalement, on assiste au rite fatal de la mort.

Ce roman envoûtant s’adresse à un lectorat sensible au destin des âmes prises dans un milieu fermé, susceptible de passions dévastatrices. Comme l’a écrit l’auteure : « L’abîme de la mer nous contient tous, nous possède tous et nous résorbe à mesure, dans son grand mouvement sonore. »
Contrairement à ce que croit Charles Trenet, la mer ne berce pas les coeurs pour la vie.

Forums: Les fous de Bassan

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les fous de Bassan".