Le viking qui voulait épouser la fille de soie de Katarina Mazetti

Le viking qui voulait épouser la fille de soie de Katarina Mazetti
(Blandat blod)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Monocle, le 6 janvier 2015 (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 62 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 5 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 3 étoiles (53 576ème position).
Visites : 3 011 

Le Viking et la fille de soie.

L'histoire se déroule dans le sud de la Suède au Xème siècle.
Säbjörm était un homme qui vivait avec ses domestiques et ses esclaves dans une ferme délabrée sur Möckelö, une île de la côte est du pays qu'on nommait le Blecinga.
Il vit avec ses deux fils Svarte et Käre. Son épouse tant aimée, Alfdis, a disparu un jour alors que le dernier né était toujours en couche. Depuis aucune nouvelle de celle que tout le monde pleure et sans qui tout va à la dérive.
Les deux garçons deviendront des hommes et choisiront chacun leur chemin.
De l'autre côté de la Baltique, en Ukraine, vit Chernek, marchand de soie et ses deux enfants Radoslav et Milka.
Le destin réunira ces gens que tout séparait.



Et bien en voilà un livre déroutant !
Une saga menée parfois un peu à la "hussarde" mais une belle description de l'époque, avec en prime un message sous-jacent concernant la richesse qu'apporte le métissage. C'est un sujet dans l'air du temps où les discussions s'emballent vite. Katarina Mazetti parvient à glisser posément le sujet ce qui donne une ampleur particulière à son travail.
L'auteure était particulièrement bien documentée et ses recherches ont été pointues.

Elle aborde en page 39 le thème d'un rite particulier l'adelphopoiia !

- " Aux côtés de Radoslav se tenait son meilleur ami, Buiak, le bras posé sur son épaule. Ils étaient amis et secrètement amants aussi depuis l'école militaire. Ils s'étaient promis qu'en temps voulu ils procéderaient ensemble à la cérémonie qui dans les églises orientales était appelée "adelphopoiia". Deux hommes étaient unis et se juraient fidélité pour la vie. Un jour, ils se rendraient dans une des nombreuses églises de Kiev, pour écouter le prêtre leur réciterait le texte sacré. Ils seraient aspergés d'eau bénite, ils embrasseraient la bible puis s'embrasseraient, et ensuite ils seraient pour toujours deux âmes dans un seul corps.
...
Un millénaire plus tard, à Paris, des milliers de personnes montaient sur des barricades pour dire non au mariage homosexuel. Comme quoi rien n'est jamais acquis !

Un bon roman qui incite à la réflexion.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Le Viking qui voulait épouser la fille de soie [Texte imprimé], roman Katarina Mazetti traduit du suédois par Lena Grumbach
    de Mazetti, Katarina Grumbach, Lena (Traducteur)
    Gaïa
    ISBN : 9782847203929 ; 20,00 € ; 01/03/2014 ; 256 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Sang mêlé

1 étoiles

Critique de Kostog (, Inscrit le 31 juillet 2018, 50 ans) - 6 août 2018

On parlera ici davantage de conte que de roman tant les invraisemblances du récit sont nombreuses et la psychologie des personnages naïve et superficielle.

Le lecteur se pose rapidement la question où Katarina Mazetti veut-elle l'amener. Ode au métissage ? Clin d'œil à certaines pratiques homosexuelles de l'Antiquité slave ou nordique ? Peut-être. Néanmoins, aucun de ces éléments ne constitue un ressort essentiel du roman. Pour cette raison, ces problématiques paraissent plaquées sur un récit qui manque cruellement de ressort dramatique et de sujet réel. Ayant eu toutes les peines à me passionner pour les destins de personnages aussi inconsistants que ceux que décrit l'auteur, j'ai bien failli laisser tomber le livre en cours.

Katarina Mazetti nous indique dans la postface qu'elle a pris soin de s'informer d'un certain nombre de détails pour rendre son récit plus véridique. Pour l'archéologie éventuellement, on a cependant de la peine à croire qu'elle se soit imprégnée de l'univers mental qui ressort des nombreuses sagas islandaises et autres qui nous sont parvenues tant l'esprit des protagonistes se trouve à 1000 lieues de celui-ci. La religiosité des anciens Scandinaves est, par exemple, présentée comme une aimable charlatanerie...

Pour les amoureux de l'époque, on recommandera plutôt de se tourner vers les sagas islandaises, véritables joyaux de la littérature du Moyen-Âge.

Forums: Le viking qui voulait épouser la fille de soie

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le viking qui voulait épouser la fille de soie".