Sambre, Tome 1 : Plus ne m'est rien... de Balac (Scénario), Bernard Yslaire (Dessin)

Sambre, Tome 1 : Plus ne m'est rien... de Balac (Scénario), Bernard Yslaire (Dessin)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Légende, contes et histoire

Critiqué par Bluewitch, le 13 décembre 2003 (Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 43 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (11 985ème position).
Visites : 5 394  (depuis Novembre 2007)

Malédiction en rouge et noir

Sambre. Folie. Douleur. Coeurs sombres.
Couleurs sanglantes et grises, dessins splendides, ce premier tome de la malédiction des Sambre accroche par son côté obscur.
Nous sommes au 19e siècle. Tout débute par la scène dérangeante d'un enterrement. Le père Sambre vient de mourir et, avec lui, sa folie visionnaire. Un fils rebelle et égaré, Bernard; une fille culpabilisatrice et déterminée à suivre les traces de son père; et, enfin, une femme égoïste et infidèle: voilà ce qu'il reste de la famille Sambre.

Au gré de ses errances, Bernard rencontre Julie, bohémienne et braconnière, qui le trouble par son regard de braise. En dépit de cette haine que vouait son père aux "yeux rouges", Bernard se sent attiré par elle et, dès lors, ils scelleront la première pierre de leur malédiction.

Si le scénario séduit tout en restant encore peu étoffé, le style légèrement rétro de ce premier épisode de la saga plaît. Les événements s'enchaînent très vite, le mystère plane, les dessins sont superbes. Dégradés de rouge et noir, ils ajoutent à l'atmosphère déjà particulière.

La fin nous entraîne à lire la suite, espérons ne pas être déçus...

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Plus ne m'est rien [Texte imprimé] Yslaire, Balac
    de Yslaire, Bernard (Illustrateur) Balac, (Scénariste)
    Glénat / Caractère (Grenoble).
    ISBN : 9782723441384 ; 13,90 € ; 07/05/2003 ; 48 p. ; Cartonné
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Rouge Sambre

8 étoiles

Critique de Tommyvercetti (Clermont-Ferrand, Inscrit le 18 décembre 2006, 34 ans) - 14 juillet 2011

J'ai enfin relu cette histoire, que j'avais connue quand j'étais beaucoup plus jeune.... et bien, je me souvenais d'une chose qui n'a pas changé, c'est le fait que, dans ce récit, il ne faut pas s'attendre, à aucun moment que ce soit, à sourire ou à rire. Non. C'est une histoire qui, dès le départ et jusqu'au bout, entraîne l'âme dans la boue de cette malédiction dont on ne sait si elle est réelle ou reproduite inconsciemment. Cette histoire d'amour maudite où les amants vont se chercher sans jamais vraiment se trouver, en se détruisant mutuellement, en se faisant du mal. C'est le tragique destin de la Guerre des Yeux.
Le dessin d'Yslaire est vraiment magnifique. L'ambiance de cette deuxième moitié du XIXe qui voit poindre l'émergence de la seconde république nous plonge dans un univers misérable où ici l'amour ne semble être qu'une tare au milieu de l'Enfer, un intrus dans ce cloaque si humain, si inhumain...
Comme j'ai dit, il ne faut pas s'attendre à sourire, à être émerveillé par la beauté de l'amour décrit ici. Si on peut tout de même reprocher à l'histoire de s'emballer un peu vite, de conduire rapidement cette histoire de passion morbide, on ne peut en tout cas pas lui reprocher de trop s'enfoncer dans le rose et l'idyllique. Les amants semblent vivre dans leur monde, s'accrocher à cet amour mort-né, alors que le monde autour ne semble fait que pour les anéantir.
L'écriture est aussi très belle, très poétique par moments, mais toujours agréable et je suppose fidèle au milieu bourgeois dans lequel se place l'intrigue et ses protagonistes.
Malgré tout, ce récit n'éveille que peu les passions du lecteur et donc l'attachement pour les amants n'est pas aussi intense et fusionnel qu'on pourrait le souhaiter. Dans tous les cas, c'est une bd culte, un classique, et une réussite aussi bien au niveau graphique qu'au niveau de ses textes. A lire, donc.

Sambre et la sensualité

10 étoiles

Critique de PrinceX (, Inscrite le 8 avril 2008, 36 ans) - 25 avril 2008

Il faut aussi rappeler cette sensualité dégagée par les coups de crayons. Ces corps voluptueux et désireux de succès contrastent avec un univers glauque rendu par le travail des couleurs: le rouge et le noir.

Forums: Sambre, Tome 1 : Plus ne m'est rien...

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Sambre, Tome 1 : Plus ne m'est rien...".