Autochtones de la nuit de Stanley Péan

Autochtones de la nuit de Stanley Péan

Catégorie(s) : Littérature => Nouvelles

Critiqué par Libris québécis, le 10 novembre 2014 (Montréal, Inscrit(e) le 22 novembre 2002, 80 ans)
La note : 5 étoiles
Visites : 2 471 

Hédonisme et Mal de vivre

Stanley Péan inscrit son recueil de nouvelles, Autochtones de la nuit, dans le créneau des jeunes en mal de vivre ou en quête de plaisirs. Il se penche sur leur sort en plus de questionner la sexualité des étudiants, plus désireux de dominer une partenaire que d’établir des relations valorisantes. Le monde vu par la lorgnette de l’auteur apparaît des plus sombre avec les nombreux prédateurs de l’âme. Son tableau des victimes de la dérive ou de la lâcheté illustre des préoccupations de plus en plus vives au sein de la communauté québécoise.

Intention louable que d’éveiller la conscience sur un quotidien insidieusement influencé par les forces de l’ombre. Le propos de l’auteur ne se loge pas à l’enseigne de la morale. D’une facture simple, ses nouvelles se limitent à raconter des faits significatifs qui nourrissent souvent les médias. Fidèle aux normes du genre, Stanley Péan se contente de diriger le projecteur sur une société plus ou moins dépravée. Mais il faut noter les dénouements qui peuvent agacer. Les nouvelles conduisent presque invariablement à la mort. Après la lecture de quelques-unes, le lecteur saura que le meurtre ou le suicide attendent les personnages au détour.

Au plan psychologique, seule l’inconstance expliquerait la sexualité débridée des étudiants qui aiment fumer des clopes. C’est un portrait assez minimal. Et les déjantés ne se formalisent pas de ce qui leur arrive, car ils « se calicent » de la vie (se contrebalancent). Du côté de l’écriture, nous frappons un mur de lourdeurs. « Ainsi, découvrait-il avec un malin plaisir, il y avait une euphorie du mal, plus veloutée, plus délectable que celle de la vertu et sûrement moins doucereuse, comparable seulement à celle induite par le plus fin des armagnacs. » (P. 57) Quand la plume s’affine, ce sont les clichés ou le snobisme qui s’affichent : « Il fallait que jeunesse se passe absolument pareille à l’eau de la Grande Décharge sous le pont de l’Isle Maligne. »

Bref, ce recueil de nouvelles, très louangé par les chroniqueurs de profession, ne ressasse que des lieux communs : hédonisme chez les uns, mal de vivre chez les autres.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Autochtones de la nuit

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Autochtones de la nuit".