La baronne trépassée de Pierre Ponson du Terrail

La baronne trépassée de Pierre Ponson du Terrail

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique , Littérature => Francophone

Critiqué par Ellane92, le 29 octobre 2014 (Boulogne-Billancourt, Inscrite le 26 avril 2012, 48 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 3 006 

petit traité de manipulation à l'usage des femmes trompées

Le baron Hector de Nossac a belle figure et bel esprit. Désargenté, il agrée la proposition d'un ami de regonfler sa bourse en épousant une jeune vierge qui, bien que non noble, est fort richement dotée. Rompant avec sa maitresse du moment, une duchesse qui réclame comme prix de son départ vingt-quatre heures de son temps lorsqu'elle le désirera, Nossac part à sa propre noce et tombe amoureux de la beauté virginale qui devient sa compagne. Hélas, la duchesse méprisée oblige le baron, la mort dans l'âme, à tenir sa promesse et à devenir son esclave durant vingt-quatre heures, juste avant que ne commence la nuit de noce.
Devant l'outrage fait à la jeune mariée, la belle-famille s'enfuit sur ses terres bretonnes. Nossac part à leur poursuite, mais jouant de malchance, à l'heure de son arrivée, repentant, il trouve la résidence déserte et endeuillée : la jeune épousée encore vierge est morte de chagrin.
Deux ans plus tard, toujours aussi désargenté, le baron s'est engagé dans l'armée. Essayant de passer incognito les lignes ennemies, en Bohème, il rencontre le veneur noir, un homme étrange qui se dit être le fils de Satan et qui l'invite à passer la nuit dans son château. Bel esprit et gentilhomme, le baron accepte. Il est alors témoin de choses fort étranges, dont le diner est le clou. Ce dernier a lieu en présence des fils et de la fille de l'hôte, ainsi que de feu-la-femme du veneur, qui repose de son dernier sommeil derrière la table où dinent les convives. Si Nossac s'éprend vivement de la jeune fille de son hôte, il se sent également fort troublé par la morte, qui présente une ressemblance frappante avec sa défunte épouse. Et troublé, il le sera bien plus encore quand elle le rejoindra dans la nuit, pour boire son sang !

Pierre-Alexis de Ponson du Terrail signe avec cette Baronne trépassée un livre à la frontière du roman gothique dont il emprunte un certain nombre de codes (le château, le mystère, les vampires, la femme fatale, les cauchemars et les illusions, les maisons doubles, …) et du roman policier (car il y a une intrigue, voire une "enquête", qui trouvera sa résolution dans les dernières pages).
Le héros de cette aventure, le Baron de Nossac, est un héros attachant, même s'il est parfois un peu ridicule tant il est chatouilleux de son honneur. Victime d'une femme délaissée, on en arrive même à le plaindre rapidement, cet homme noble dans le bon sens du terme ! Il faut dire que son cœur d'artichaut est toujours prêt à s'éprendre d'une jolie tournure ou d'un accroche-cœur, hésitant toujours entre la femme fatale et facile et la jeune fille pure et vierge. Qu'est-ce qui le poursuit, ou le devance ? Son épouse vierge morte ? Son fantôme, qui reviendrait le hanter et le vider de sa vie ? Ou faut-il chercher une explication plus rationnelle à toutes les mésaventures qui s'attachent aux pas de notre héros ?
Des rebondissements, des drames, des trahisons, la folie qui frôle de ses frêles ailes ce pauvre Baron de Nossac, des machinations, des trahisons, des pièges, de la passion, de l'amour…. Voilà ce qui constitue la trame principale de cette histoire passionnante et rocambolesque (j'étais bien obligée de placer ce terme dans la critique d'un livre du père de Rocambole). La baronne trépassée, c'est souvent drôle, plein de charme, écrit avec beaucoup d'élégance et de fluidité, bref, une bien jolie lecture !


Qu'ils viennent du diable ou de Dieu, du paradis ou de l'enfer, le vieux vin et les femmes belles n'en ont pas moins de mérite.

Mon cher, dit-il, l'amour ressemble à ces pommes d'Amérique si belles de coloris, si fraiches de duvet, avec lesquelles un enfant joue une journée entière en les faisant sauter dans ses mains. S'il a le malheur d'y mordre, elles le tuent. J'ai joué avec l'amour toute ma vie, je l'ai pris au sérieux une minute, et j'ai empoisonné ce qu'il m'en reste.

Le hasard est comme les femmes, il tourne à tout vent.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: La baronne trépassée

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La baronne trépassée".