Les Filles de Caleb - Tome 1: Le Chant du coq de Arlette Cousture

Les Filles de Caleb - Tome 1: Le Chant du coq de Arlette Cousture

Catégorie(s) : Littérature => Romans historiques

Critiqué par Libris québécis, le 12 juillet 2014 (Montréal, Inscrit(e) le 22 novembre 2002, 82 ans)
La note : 6 étoiles
Visites : 4 033 

Best-seller américain servi à la québécoise

En 1985, Arlette Cousture a connu un succès bœuf avec ce premier roman. On a découpé l’œuvre en vingt épisodes pour présenter une télésérie qui a pâmé les Québécois, plutôt friands des histoires se situant au tournant du 20e siècle. C’est un Maria Chapdeleine plus moderne, écrit dans le style télé-romanesque inspiré des best-sellers américains comme Dynastie. On retrouve les mêmes défauts de nos voisins du sud quand ils s’adonnent à l’écriture pour retracer nos racines paysannes nouées autour de familles plus que fécondes. D’ailleurs, à l’époque une femme se devait d’avoir une douzaine d’enfants sans quoi le curé lui refusait la communion. Et ça jusqu’à tout récemment. Comme enfant de chœur, je me demandais pourquoi mon curé passait-il outre à certaines communiantes. Humiliation imposée uniquement au sexe féminin.

Les Filles de Caleb (prénom du père) s’attache surtout à la destinée de l’aînée Émilie Pomerleau devenue une institutrice qui a finalement marié l’un de ses élèves Ovila Pronovost de deux ans plus jeune qu’elle. Leur amour a provoqué un intérêt sans précédent d’autant plus que les personnages ne sont pas des êtres fictifs. Les talk show se sont arraché la cadette de la famille afin d’établir la part de réalité et de fiction dans l’œuvre d’Arlette Cousture.

Elle a transposé le vécu de cette famille traditionnelle à St-Tite, un village agricole paisible de la Mauricie. Comme partout au Québec, dans chaque rang (route) du village, on trouvait une école destinée aux enfants résidant le long de ce chemin. Il faut penser que l’étendue de la municipalité (commune) peut atteindre 15 kilomètres carrés et plus. Donc se rendre à l’école du village l’hiver devenait un périple dangereux par -20 degrés. D’où la présence de nombreuses écoles couvrant le territoire. Et ce n’est pas la clientèle qui manquait au rythme infernal que la population se reproduisait pour ne pas être infériorisée en nombre devant l’envahisseur anglais.

C’est dans ce contexte que se tisse la trame du roman. Une œuvre qui se charpente à même les us et coutumes du Québec d’antan comme le fait actuellement le conteur Fred Pellerin, qui secoue les fibres de nos origines avec un succès aussi retentissant que celui d’Arlette Cousture dans les années 1980. Cette dernière est loin d’innover le genre comme le fait son collègue Pellerin, qui vit toujours en Mauricie. Elle a eu recours à une recette éprouvée : l’amour de la campagne, les coutumes ancestrales, un amour prometteur, une femme aux nombreux enfants afin que le lecteur s’apitoie sur le sort de l’héroïne, un défaut impardonnable attribué au mari peu responsable, en l’occurrence l’amour de la dive bouteille. Par contre, elle a tu des enjeux importants comme l’autorité de l’Église, la place de la femme, le climat social, etc.

Si quelqu’un a le moindrement un talent de conteur, le tour est joué. L’auteur peut s’attendre à de généreuses royautés. Il reste que ce roman accrocheur n’est pas du pire cru. Arlette Cousture est douée pour l’écriture. Ses œuvres se boivent comme un bon lait chaud quand on a eu froid. Au Québec, ce n’est pas rare. En fait, j’ai écrit ce commentaire 29 ans après la publication de ce roman. Je trouvais curieux en consultant sa fiche que personne ne pensât en faire un. Voilà, c’est fait.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Les Filles de Caleb - Tome 1: Le Chant du coq

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les Filles de Caleb - Tome 1: Le Chant du coq".