84, Charing Cross Road de Helene Hanff

84, Charing Cross Road de Helene Hanff
( 84, Charing Cross road)

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Chat pitre, le 29 janvier 2001 (Linkebeek, Inscrite le 23 février 2001, 51 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 21 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (689ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 8 340  (depuis Novembre 2007)

Une correspondance à lire absolument !

Hélène Hanff, new-yorkaise, écrivain méconnue, pauvre et misérable, correspond avec un libraire de Londres du nom de Frank Doel.
À la recherche d’oeuvres originales, Hélène va, par cette correspondance, entretenir des relations de plus en plus amicales avec Frank et tous les gens qui l’entourent.
Ce livre est tout simplement fabuleux, et je me prends à devenir fan des correspondances, qui peuvent, avec ce rythme particulier, retranscrire avec tant de force une multitude d'émotions.
L’économie de mots qui caractérise cette correspondance en fait un livre qui se lit très rapidement, en quelques heures, vous vous laisserez emporter dans des dialogues savoureux.
Hélène, qui recherche tout un tas d'écrivains, nous plonge dans la littérature anglaise et dans son amour des livres ; avec humour et dérision, elle trace un portrait fabuleux du lecteur compulsif…
L’on découvre aussi la misère du rationnement de la fin de la guerre à Londres, que les USA ne connaissaient pas.
Cette correspondance qui durera 20 ans nous fait voyager entre Londres et New York de 49 à 69.
Ce livre a connu un succès incroyable aux USA à sa sortie en 69, et puis en 71 en Angleterre. Adapté au théâtre, puis au cinéma, il fait partie de ces livres que l'on offre avec plaisir en espérant faire de nouveaux adeptes du talent indiscutable de cette épistolière .

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • 84, Charing Cross road [Texte imprimé] Helene Hanff trad. de l'anglais par Marie-Anne de Kisch postf. de Thomas Simonnet
    de Hanff, Helene Kisch, Marie-Anne de (Traducteur)
    Éd. Autrement / Littératures (Paris. 1993).
    ISBN : 9782746700581 ; 2,81 € ; 17/01/2008 ; 113 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

une relation épistolaire

6 étoiles

Critique de Tyty2410 (paris, Inscrite le 1 août 2005, 35 ans) - 30 octobre 2013

J'ai bien aimé ce livre mais comme l'a dit une critique, c'est vrai que j'ai préféré moi aussi un homme à distance de Katherine Pancol comme roman épistolaire, où les sentiments et émotions sont plus décrits.
Ce que j'ai bien aimé dans ce livre est qu'à travers ces lettres on voit des références au contexte que vivaient les deux protagonistes (Angleterre/USA) et la continuité de la relation tout au long des années, une relation reprise même par les descendants. L'écriture est facile, spontanée. Ce sont des phrases courtes mais peut-être un peu trop. C'est un roman qui se lit vite, qui apporte quelque chose mais qui aurait pu apporter plus.

aucun intérêt

1 étoiles

Critique de Yotoga (, Inscrite le 14 mai 2012, - ans) - 2 janvier 2013

Le contenu du livre est faible, je m'attendais à des critiques littéraires, le livre se contente de retracer des commandes et des factures, sans aucun jugement sur la marchandise.

La forme épistolaire entre les deux personnages devient ennuyeuse au possible, heureusement que d'autres employés de la librairie se permettent d'écrire à l'autre bout du monde, mais là aussi, peu de retombées.

Le thème principal reste les pénuries d'après guerre en Angleterre et nullement la littérature.

Facit, petit livre qui à mes yeux, ne vaut pas le détour.

Le livre comme remède à la vie difficile

8 étoiles

Critique de Alma (, Inscrite le 22 novembre 2006, - ans) - 1 août 2012

Le charme de cet ouvrage, c’est la spontanéité de son écriture .

Les lettres échangées, avant tout informatives, parlant de livres, de nourriture et d’argent, n’étaient pas faites pour être publiées , n’avaient donc pas d’objectif littéraire mais un objectif utilitaire .

Leur expéditeur ne cherchait pas à jouer les écrivains épistoliers , mais à écrire de façon brève, claire , efficace et courtoise , sans fioritures . C’est ce qui fait la différence essentielle avec Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates qui , par rapport à ce livre, sent l’application .

Un ouvrage juste, touchant et pourtant nulle volonté de la part des rédacteurs de toucher les lecteurs que nous sommes …..

Un charme désuet

5 étoiles

Critique de Pacmann (Tamise, Inscrit le 2 février 2012, 57 ans) - 18 juillet 2012

J'avais d'abord lu "Un homme à distance" de Katherine Pancol (que je conseille vivement) et comme une critique de ce roman expliquait que la manière d'écrire et l'histoire s'inspirait de ce roman, je l'ai emprunté à la bibliothèque. Si on continue la comparaison, ce roman n'a selon moi que le mérite d'avoir été écrit antérieurement en basant sa structure originale uniquement sur un échange de correspondance. Le problème c'est qu'il n'y a pas d'intrigue, puisqu'il s'agit d'une sélection d'un échange épistolaire entre une américaine et des employés d'une librairie où elle commande des livres anciens. Bien sûr c'est plein de charme, instructif sur l'après-guerre à Londres et aussi touchant sachant qu'il s'agit d'une histoire vraie, mais pour le reste, désolé, cela manque franchement d'intérêt. Ce livre a aussi le mérite de ne pas être long.

une parenthèse enchantée

10 étoiles

Critique de Flo29 (, Inscrite le 7 octobre 2009, 50 ans) - 18 décembre 2011

Dans un moment où on a l'impression que le monde tourne à l'envers, où c'est chacun pour soi et où la superficialité a tendance à remplacer les vraies valeurs, il faut vraiment lire ce livre, qui parle de l'amour des autres livres, de la générosité d'une femme envers ses correspondants anglais et qui est vraiment très bien écrit.
J'ai vraiment aimé cette parenthèse enchantée dans mon existence, avec ce livre on a vraiment envie de revenir aux lettres et d'arrêter d'écrire des mails. J'aurais adoré lire les vraies lettres, manuscrites... Cela aurait donné encore plus de force à la lecture.

Echanges délicieux

9 étoiles

Critique de Nomade (, Inscrite le 14 février 2005, 10 ans) - 17 octobre 2011

Une jolie découverte que cette correspondance authentique qui débuta au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et qui s’estompa a priori au début des années 70.

Tout commence lorsque l’auteure, Helen Hanff, une New-Yorkaise d’une trentaine d’années, tombe sur une publicité d’un bouquiniste londonien (Marks & Co) dans un magazine. Ni une ni deux, cette femme qui est écrivain pour pouvoir payer son loyer prend se plume et envoie sa première commande aux spécialistes anglais de livres rares. Au fil des lettres, une amitié s’instaure entre les deux protagonistes (Helene Hanff et Frank Doel). Puis viennent d’autres personnages et tous apportent leur petite touche au gré des pages.

L’ensemble est plus qu’agréable à lire. Nous nous amusons du ton que peut prendre l’auteure envers ses destinataires. D’ailleurs, elle a le don pour les mettre à l’aise dès le début avec cette petite note finale de sa deuxième lettre concernant le mot « madame ». Tout au long de cette correspondance, nous imaginons ce que peuvent être les conditions de vie d'après-guerre à Londres ; ce que valent d’anciens livres de littérature anglaise ; quel était le savoir-vivre de l’époque… enrichissant. Poétique aussi grâce à cette pudeur qui nous autorise à seulement effleurer la vie privée de chacun. Malgré l’absence de certaines lettres, l’ensemble est plutôt cohérent et apporte un éclairage sur la tournure des événements qui marqueront la fin de cette aventure épistolaire. Elles ne font pas défaut. Toutefois, une copie des originales manuscrites (juste quelques-unes) aurait me semble-t-il trouvé sa place dans cet écrin.

So cute

7 étoiles

Critique de Sundernono (Nice, Inscrit le 21 février 2011, 38 ans) - 18 avril 2011

Je partage tout à fait l'avis de @Valadon, "84 charing Cross Road" est un agréable moment de lecture, frustré par le sentiment que l'on échappe malgré nous à une bonne partie des échanges entre Hélène Hanff et ses correspondants anglais.
Ce livre nous transmet l'amour de la littérature à travers l'éloge de tout ce qui fait le charme d'un livre: couverture, format, éditions, et bien sûr le contenu...
Je dois avouer que nombre des oeuvres citées par l'auteur me sont inconnues, ma culture littéraire ayant ses limites, mais cela ne gâche en rien l'intérêt du roman.
Une bonne petite lecture à conseiller.

écrire des lettres...

6 étoiles

Critique de Valadon (Paris, Inscrite le 6 août 2010, 41 ans) - 28 août 2010

On passe effectivement un agréable moment à la lecture de cette correspondance.
J'ai été cependant assez frustrée par les trous béants du recueil...on sent vraiment qu'il y a eu beaucoup plus de lettres échangées que ce qui a été publié.Le rendu général est donc un peu étrange.
J'ai beaucoup aimé le début,le côté témoignage sur l'angleterre d'après guerre,ainsi que la progression dans les relations épistolaires des différents protagonistes.Mais au bout d'un moment,le soufflé retombe un peu...
En tout cas,cela redonne envie d'écrire des lettres plutôt que des mails ou des sms...c'est si beau une vraie lettre!
A lire donc, et à lier si on peut à Hortense et Queenie d'Andréa Lévy et au Cercle littéraire des amateurs d'épluchure de patates d'Ann Shaffer qui traitent de la même période en Angleterre et sont absolument géniaux !

Revigorant

9 étoiles

Critique de MadameMim (, Inscrite le 26 mai 2010, 55 ans) - 26 mai 2010

Prévoir de lire d'une traite : l'essentiel d'une relation épistolaire entre Helen et le personnel d'une librairie anglaise.
Un petit bijou. Emouvant.
A lire quand on doute de l'homme.

Un livre pour mettre de bonne humeur

8 étoiles

Critique de Bobo (, Inscrit le 10 décembre 2009, 63 ans) - 14 janvier 2010

Vous avez le blues, le monde est noir, la tête des gens dans le métro vous déprime.
La seule chose qui vous empêche de sauter du dernier étage de la nouvelle tour de Dubaï, c'est le livre, alors cet ouvrage est pour vous !

Drôle, alerte, débordant d'un optimisme contagieux, ce livre est fait pour les amoureux de la lecture et les amoureux tout court, puisque vous sentez un rapprochement dépassant l'amitié entre la narratrice et son correspondant Londonien.

Vous en ressortez revigoré même si à la fin vous apprenez que l'auteur ne rencontrera jamais son correspondant.

Oublions cette ombre et gardons seulement la bonne humeur du livre.

Un petit livre pour les amoureux des livres.

9 étoiles

Critique de BMR & MAM (Paris, Inscrit le 27 avril 2007, 62 ans) - 27 août 2007

Un petit bouquin d'une centaine de petites pages, lu en quelques minutes et qui mérite de figurer en bonne place dans notre compile des opuscules.
Un petit bouquin original tant dans sa forme que dans son contenu.
Il s'agit en effet d'une correspondance, d'un roman épistolaire si l'on veut.
Mais c'est aussi un livre sur les livres ...
Une américaine qui vivote à New-York de l'écriture de scripts ou de scénarios correspond avec un libraire londonien (domicilié au 84, Charing Cross Road) spécialisé dans la littérature anglaise, rayon livres rares et anciens.
[...] ... les touristes viennent en Angleterre avec des idées préconçues, si bien qu'ils trouvent exactement ce qu'ils sont venus chercher. Je lui ai dit que j'aimerais aller à la recherche de l'Angleterre de la littérature anglaise et il m'a répondu : « Elle y est bien ».
Sur près de vingt ans (de 1949 à 1969), les lettres traversent l'Atlantique et l'on découvre peu à peu l'américaine, son humour et ses correspondants anglais : le libraire londonien, ses collègues, sa femme, une voisine, ...
Le thème principal de ces échanges, c'est l'amour de la littérature et des beaux livres.
[...] J'adore les livres d'occasion qui s'ouvrent d'eux-mêmes à la page que leur précédent propriétaire lisait le plus souvent.
On y devine en filigrane une description savoureuse de l'Angleterre de l'après-guerre (l'américaine leur envoie des «colis» pour les aider à survivre malgré le rationnement !).
Enfin, ne manquez pas la postface qui éclaire tout cela, les lettres comme le livre, sous un jour insolite ... mais on ne vous en dévoile pas plus.
Un petit plaisir à déguster comme des bonbons anglais.

Super Helene HANFF

10 étoiles

Critique de Moon (LYON, Inscrite le 18 janvier 2004, 41 ans) - 18 février 2005


Si vous n'avez pas encore lu "84 Charing cross road", foncez, vous ne le regretterez pas. C'est un livre absolument délicieux entre une femme américaine, écrivain fauché, généreuse, humaine, drôle et un libraire britannique, charmant et tout en retenue (et au fur et à mesure avec l'entourage de celui-ci). Depuis que je l'ai lu, j'ai envie de l'offrir à tout le monde, tellement ce livre m'a fait du bien. Malheureusement, comme déjà certains lecteurs de CL ont pu le signaler, c'est une infime partie de la correspondance qui se déroula de 1949 à 1969. Je vous recommande également le film avec Anthony Hopkins et Anne Bancroft. Il est génial et il retrace bien l'atmosphère du livre.

Quelle délicatesse !

10 étoiles

Critique de Isabel (, Inscrite le 31 mai 2004, 62 ans) - 6 août 2004

C'était un régal de lire ce petit (trop !) livre de correspondances. Délicat, touchant, savoureux, original.. J'ai adoré. C'est le livre que j'offrirais en ce moment.

jubilatoire !!

10 étoiles

Critique de Cuné (, Inscrite le 16 février 2004, 54 ans) - 28 juillet 2004

Absolument délicieux cet échange épistolaire !
Helene Hanff a une plume drôle et fine, un coeur d'or.
C'est extrêmement touchant.
bref, à lire ab-so-lu-ment

Très agréable

7 étoiles

Critique de Féline (Binche, Inscrite le 27 juin 2002, 44 ans) - 21 juin 2003

A entendre sans cesse vanter les mérites de ce court "roman" épistolaire, je me suis décidée à le lire. Je mets roman entre parenthèses car il semble que ces lettres soient authentiques. Sans doute est-ce la raison pour laquelle il semble y avoir des trous dans la correspondance.
Comme tout le monde, j'ai beaucoup aimé et passé un agréable moment, mais sans plus. L'histoire d'amitié qui se développe est très belle, le ton de l'américaine prête à sourire et la gentillesse des protagonistes très touchante. Mais malgré tout, c'est assez léger, pas assez approfondi. Beaucoup d'auteurs britanniques sont cités, que bien souvent nous ne connaissons pas (du moins pour ma part) et dont on n'apprend pas grand chose, si ce n'est une courte biographie en note de bas de page. Je pense que le livre aurait gagné à être un peu approfondi, même au risque, pour Helene Hanff, de dénaturer un peu la réalité.

petit livre touchant, plein de sensibilité

8 étoiles

Critique de Florangel (Maisons-Laffitte, Inscrite le 19 mars 2003, 36 ans) - 3 juin 2003

ce livre, on le lit en quelques heures, à peine. Mes doigts restaient collés sur le livre, ils ne pouvaient plus se détacher ! c'était tellement prenant !
ça s'appelle "84, charing cross road" c'est de Hélène Hanff, c'est une correspondance qui est vraiment touchante !c'est une femme pleine d'humour qui habite aux USA qui envoie des lettres à une librairie d'Angleterre, à Londres, au 84 charing cross road. elle leur écrit pour avoir plein de livres parce qu'ils ne sont pas chers. il va naitre de réelles complicités entre les gens de la librairie...! elle, elle aura toujours ce rêve d'aller à Londres, avec sa grande générosité ! c'est vraiment un très beau livre ! pas extraordinaire, mais il nous touche grâce à la sensibilité des personnes, et la personnalité de l'américaine: spontanée, ses lettres sont toujours pleines d'humour, c'est beaucoup de plaisir à lire !

A propos du livre de Hélène Hanff

9 étoiles

Critique de Kapos wa Bilonda (Tamayo, Inscrit(e) le 9 février 2001, 66 ans) - 9 février 2001

Personnellement, je trouve intéressante la description de la correspondance de Hélène avec un anglais, un livre simple à lire, savoureux, d'un style amusant, ordinaire, retrace un moment dur de la vie humaine dans un langage
et un vocabulaire accessibles à chaque lecteur. Le livre constitue aussi un profond sentiment de méfiance à l'égard de l'inconnu. C'est une sorte de monument linguistique sans issue. Hélène, pauvre, misérable, laissée à son triste compte, sans avoir ni espérance d'une vie d'homme recherche une amitié qui, plus tard, l'amènera à vivre autrement. Découvre la richesse de l'autre et crée un sens de solidarité profonde. Ce livre est une réelle réponse à la philosophie du désespoir, fournit un nouveau cadre de pensée pour des millions de pauvres qui vivent seuls aigris par la misère. Ce que je reproche à l'autre, c'est le manque de continuité dans la correspondance entre Hélène et son ami, le style du livre est indirect... ceci laisse la soif au lecteur soucieux de poursuivre la lecture, je reproche aussi le manque d'approche sociale de Hélène, elle semble s'enfermer dans le style de correspondance à un tiers. Le livre est facile à lire. Mais il faut être bien apoint pour découvrir la leçon du livre: Chaque être humain s'il s'ouvre à l'autre découvrira le sens de sa propre

0 étoiles

Critique de Joujou (Bordeaux, Inscrite le 2 février 2001, 53 ans) - 7 février 2001

Passionnant et instructif du même niveau qu'
"Inconnu à cette adresse".

Excellent !

0 étoiles

Critique de Joujou (Bordeaux, Inscrite le 2 février 2001, 53 ans) - 2 février 2001

Quelle transition entre la façon de pensée d'un Anglais et d'une Américaine.

Un livre plein de charme

0 étoiles

Critique de Jules (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 78 ans) - 29 janvier 2001

Je suis toutà fait d'accord: ce livre est plein de charme. J'adore la différence entre le ton de l'américaine et celui des anglais. Elle est spontanée, vive et appelle ses auteurs favoris par le prénom, comme j'aime le faire aussi. Cela les rend plus vivants. Mais il faut donner une cote et je ne me vois pas donner la même pour un petit livre, aussi charmant soit-il, que pour "Le Rouge et le Noir", ou le "Voyage" de Louis Ferdinand. Alors je donne un peu moins, à tort peut-être...

Forums: 84, Charing Cross Road

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  PB technique ? 2 Yotoga 22 novembre 2012 @ 10:57

Autres discussion autour de 84, Charing Cross Road »