La femme aux lucioles de Jim Harrison

La femme aux lucioles de Jim Harrison
( The woman lit by fireflies)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Tophiv, le 11 mars 2003 (Reignier (Fr), Inscrit le 13 juillet 2001, 46 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (14 262ème position).
Visites : 5 748  (depuis Novembre 2007)

Juste avant Jules ...

Et voici un livre d'Harrison dont je suis ravi de vous parler avant Jules, critiqueur principal de tous les livres de cet auteur jusqu'à aujourd'hui ;-)
Entre l'écriture de Dalva et de La route du retour, Harrison a notamment écrit quelques nouvelles. Ce recueil nous présente trois d'entre elles.
La première, intitulée Chien Brun, nous permet de faire connaissance avec le personnage du même nom qui reviendra dans plusieurs autres nouvelles d'Harrison. Ce looser de 42 ans, aux origines floues et aux défauts apparents, vit avec Shelley, 21 ans. Il la soupçonne de n'être avec lui que pour découvrir l'emplacement d'un ancien cimetière indien ... On retrouve, dans cette première nouvelle, les ingrédients qui font le charme des récits d'Harrison : les plaisirs de la vie simple, proche de la nature, proche de nos envies, culinaires, sexuelles (...), refusant une intellectualisation stérile de la vie au profit d'une approche épicurienne.
La deuxième nouvelle, Sunset Limited, est un peu plus éloignée de l'univers habituel d'Harrison. Dans celle-ci, 4 amis de jeunesse se retrouvent réunis pour porter secours à un de leurs amis communs. Emprisonné au Mexique, il vont tenter de le faire libérer. C'est l'occasion de déterrer les fantômes du passé, les trahisons, les amours contrariés, le tout sur fond de manipulation politique et d'activisme révolutionnaire... Cette nouvelle est une tentative, un peu à part dans l'oeuvre d'Harrison, pour concilier un récit aux thèmes habituels (retour sur le passé ...) à un récit d'espionnage. C'est pour moi, la moins bonne des 3 nouvelles que compte ce recueil.
La femme aux lucioles est la nouvelle qui a évidemment donné son nom au livre. Dans celle-ci, Claire, 50 ans, décide de fuir son mari, Donald, républicain obnubilé par la bourse et l'argent. Elle profite d'un arrêt sur une aire d'autoroute pour s'éclipser aux toilettes puis à travers un grand champ de maïs. Elle passe la nuit à la lisière de la forêt, nous livrant ses réflexions sur son passé, ses enfants, sa vie, le tout agrémenté de quelques considérations socio-politico-environnementales et de quelques belles images poétiques. Peut être la plus jolie nouvelle de ce recueil, avec à nouveau le thème du bilan de la cinquantaine, mais cette fois, vu par une femme.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Well done...

7 étoiles

Critique de Math_h (Cahors, Inscrit le 11 août 2008, 35 ans) - 8 septembre 2010

Bon, je suis pas un grand fan de Jim Harrison. En fait j'aime son écriture mais j'ai plus de mal avec ses thématiques. J'ai commencé par lire "Un bon jour pour mourir" qui m'a ravi, mais je n'ai pas trouvé d'autre livre dont les thèmes pouvaient m'accrocher. Du coup j'ai essayé les nouvelles, je me suis dit que pour les vacances ça pourrait être agréable avec Harrison on est au moins sûr que ça sera bien écrit.

Je ne saurais dire ma préférée sur les trois, en fait j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ses textes courts et rythmés. Et, même si ce n'est pas des histoires vers lesquelles je serais allé en connaissant les thèmes, j'en ai vraiment apprécié la lecture.

Un bon livre

8 étoiles

Critique de Jules (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 77 ans) - 12 mars 2003

J'ai bien lu "La femme aux lucioles" en son temps, mais c'était en 92 ! J'ai trouvé qu'il y avait trop longtemps de cela que pour en faire la critique. En plus, après "Légende d'automne" j'avais trouvé ces nouvelles un rien moins prenantes, percutantes. Dans l'histoire de Chien Brun, je retiens quand même cette phrase qui a, en ce moment, a une cruelle actualité: "La bataille entre le bien et le mal est distrayante et, selon certains, instructive. Aujourd'hui presque tout paraît noyé dans la grisaille, du moins à en croire la presse." Aujourd'hui, nous sommes bien loin de la grisaille !... Et je suis tout à fait certain qu'Harrison ne doit pas être aux côtés de Bush pour autant !
Je suis bien d'accord avec Forfaerie quand il dit aimer la capacité qu'à Harrison pour créer des portraits féminins crédibles et vrais. Dalva en est un exemple, Claire aussi ainsi que Naomi. Mais il ne faudrait pas oublier non plus Julip qui donne son nom à un autre livre de nouvelles d' Harrison. Dans ce recueil il y a aussi trois nouvelles dont également une avec Chien Brun. Je le trouve meilleur encore que "La femme aux lucioles" Je suis un peu étonné que, dans l'oeuvre d'Harrison, "Faux soleil" soit tellement moins lu que d'autres, alors qu'à mes yeux, c'est un des meilleurs livres écrits par lui après "Dalva", "La route du retour" et "Légendes d'automne" Dans un genre très différent j'ai aussi aimé son dernier "Journal d'un gourmand vagabond" qui n'est ni un roman, ni une nouvelle. Il est totalement autobiographique mais ne manque vraiment pas d'intérêt !

une belle tentative...

9 étoiles

Critique de Folfaerie (, Inscrite le 4 novembre 2002, 53 ans) - 11 mars 2003

J'ai découvert Harrison avec ce livre que j'avais beaucoup aimé, même si pour moi "Légendes d'automnes" est son chef-d'oeuvre absolu en matière de nouvelles. Avançant dans l'oeuvre de Big Jim, j'ai donc relu récemment ces nouvelles pour me faire une autre opinion. Et justement, je ne considère pas que Sunset limited soit la moins bonne des trois, parce que Harrison explore un autre univers, et tente de nous montrer qu'il peut écrire sur des sujets qui sortent de son domaine de prédilection. De toute façon, je pense que cette histoire est très proche de ses préoccupations habituelles.
J'ai évidemment un petit faible pour la femme aux lucioles, non seulement parce que le personnage de Claire m'a plu, mais aussi parce que j'admire cette faculté qu'il possède de pouvoir se susbtituer aux femmes, ses héroines, dont le plus bel exemple est sans aucun doute Dalva.

Forums: La femme aux lucioles

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La femme aux lucioles".