Sorceleur, Tome 7 : La Dame du Lac de Andrzej Sapkowski

Sorceleur, Tome 7 : La Dame du Lac de Andrzej Sapkowski
(Pani Jeziora)

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Isad, le 8 août 2015 (Inscrite le 3 avril 2011, - ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (49 197ème position).
Visites : 4 609 

Les dessous d'une légende

Les procédés d'écriture sont une nouvelle fois très divers dans ce tome. Ce sont autant d'éclairage différents qui forment un tout harmonieux. Le narrateur intervient pour nous raconter l'histoire, mais aussi une rêveuse qui plonge dans les images pour en faire ressortir la vérité d'antan ou un vieil érudit qui raconte des batailles ou Ciri qui relate sa vie à Galaad, qui l'a surprise se baignant dans le lac. Des clins d’œil au monde contemporain donc, avec la ballade du roi Arthur ou des expressions comportant des noms propres (« la route qui mène de Melun à Auxerre »).

Les héros finissent par se rejoindre après avoir vécu leurs aventures séparément, contrecarrés par les dessins politiques des uns et des autres pour s'approprier le pouvoir. Ils finiront par faire triompher leur liberté sans renier leurs idéaux, mais en paieront un lourd prix.

IF-0815-4375

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

La fin d'une aventure passionnante

8 étoiles

Critique de Sundernono (Nice, Inscrit le 21 février 2011, 40 ans) - 17 juin 2019

Toute histoire a une fin, celle de cette Saga du Sorceleur ô combien passionnante sera-t-elle à la hauteur? Ou aurons nous droit à une fin à la game of Thrones, décevante, bref du grand n’importe quoi ?
L’entrée en matière est perturbante, on se demande ce qui se passe, où sont passés nos personnages centraux ? L’intérêt de cette longue, très longue introduction ? Plus de 100 pages tout de même qui ne servent pas à grand-chose…
Finalement l’histoire reprend là où elle en était : ouf ! Pour ma part je n’ai pas été déçu par la tournure des événements. Tous les ingrédients ayant fait le succès du Sorceleur sont là : action, humour savamment distillé, histoire prenante, nombreux rebondissements…
Une lecture toujours aussi agréable, un suspens efficace font de ce dernier tome une réussite à mes yeux, et ce malgré un début complètement loupé.

Un final décevant.

4 étoiles

Critique de Goupilpm (La Baronnie, Inscrit le 23 juin 2017, 67 ans) - 17 août 2017

A la fin du tome précédent Ciri était projeté dans un univers parallèle, dès les premières pages de cet ultime tome le lecteur se retrouve également projeté dans un autre monde et à une autre époque. L'auteur voulant faire un clin d’œil à la Légende Arthurienne, le lecteur se retrouve sur l'île d'Avalon en compagnie de Nimue, la Dame du Lac. Un début de récit ennuyeux qui n'apporte rien à l'intrigue principale : les hypothèses soulevées dans cette première partie sont inintéressantes puisqu'elles ne répondent pas aux questions que se posait le lecteur et n'engendrent que des longueurs rendant la lecture très lente. L'auteur nous gratifie également de multiples sauts de Ciri dans des nombreuses époques et de nombreux lieux. Des sauts de puce qui font sourire le lecteur mais qui n'apportent également rien au récit.

Il faut attendre le derniers tiers du roman pour que le lecteur puisse retrouver l'intrigue des tomes précédents. Une dernière partie très attractive, notamment avec la grande bataille opposant les royaumes coalisés à l'empire. Une bataille admirablement réglée qui donne l'impression au lecteur d'entendre les épée et armes d'hast s’entrechoquer. La dernière partie du récit permet aux lecteurs de comprendre les motivations de tous les personnages même si le final n'est pas celui auquel on pouvait s'attendre.

Dans cet ultime tome l'auteur poursuit la narration par points de vue multiples, une technique généralement efficace, mais ici mal utilisée car il en abuse et donne la nette impression qu'il cherche à meubler pour rallonger artificiellement la durée de vie de son récit. Les descriptions se révèlent longues et ennuyeuses, remplies de détails inutiles qui alourdissent et desservent de manière désagréable le récit. De surcroît l'auteur utilise également le latin dans les dialogues ce qui décrédibilise complètement son univers. Plus le lecteur progresse dans le récit plus il a tendance à sauter d'abord des lignes puis ensuite des paragraphes, puis des pages pour en finir au plus vite avec l'envie de refermer l'ouvrage avant le point final .

Un final qui interpelle le lecteur dans la manière dont elle se termine, on a la nette impression que l'auteur manquait d'imagination. Un point qui était déjà perceptible dans les tomes précédents, mais de manière moins prononcée.

En résumé, un dernier tome en décalage avec les précédents, très long dans sa première partie, une fin en queue de poisson déroutant le lecteur, un univers plus noir, plus adulte qui échappe au classicisme habituellement rencontré en fantasy. La saga du Sorceleur laisse dans son ensemble une impression mitigée au lecteur. Au lieu de nous fournir cinq tomes à la dynamique souvent lente, l'auteur aurait dû se contenter d'une simple trilogie au lieu de se s'égarer dans des méandres ô combien inutiles.

Forums: Sorceleur, Tome 7 : La Dame du Lac

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Sorceleur, Tome 7 : La Dame du Lac".