La maison des anges de Pascal Bruckner

La maison des anges de Pascal Bruckner

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Anonyme3, le 13 février 2013 (Inscrit le 6 septembre 2011, - ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (23 653ème position).
Visites : 3 871 

"La maison des anges", un roman humaniste et transgressif sur la déchéance humaine, façon "C'est arrivé près de chez vous" avec une pointe d'humour à la Dupontel. Merci, Pascal Bruckner!

Biographie de l'auteur:

Voir onglet biographie.

Quatrième de couverture:

Antonin Dampierre, la trentaine soignée, est un garçon normal. Ou presque. Il travaille dans une agence immobilière de luxe jusqu'au jour où, ratant une vente à cause de deux ivrognes, il rosse l'un d'eux à mort.
Illumination ! Notre purificateur commence alors sa quête hallucinée dans le Paris des naufragés où il croise la route d'Isolde. Cette héroïne de l'humanitaire parviendra-t-elle à le sauver de lui-même ?
La Maison des Anges est un polar du bitume qui nous emporte avec effroi et jubilation dans le grand ventre de Paris.

Mon avis:

+: Roman bien écrit, aéré (Parties et chapitres bien confectionnés), facile d'accès et rapide à lire. Histoire à la fois perturbante, cynique, émouvante et drôle, de par sa description extrême de la déchéance et de la violence humaine façon "C'est arrivé près de chez vous" saupoudré de Dupontel. Fin, bien trouvée. Belle première de couverture (Voir la photo du livre ci-dessus) et quatrième de couverture bien réalisée et structurée.

-: Roman, parfois, trop glauque, trash et moraliste, ce qui peut dérouter certains lecteurs. Les thèmes de l'histoire (Les Sdf et la déchéance humaine) mainte fois utilisés peuvent embarrasser le lecteur à la lecture de la quatrième de couverture et du roman en lui-même.

Mon avis:

Pascal Bruckner avec "La maison des anges", un roman humaniste et transgressif sur la déchéance humaine, façon "C'est arrivé près de chez vous" avec une pointe d'humour à la Dupontel, nous transporte dans le Paris des miséreux, des déshérités et de l'humanitaire au travers du personnage d'Antonin un ancien agent immobilier pour riches, qui perd les pédales au fil des pages.

Antonin parviendra-t-il à s'en sortir?

Mais jusqu’où "La maison des anges" de Pascal Bruckner est-il si agréable à lire, ambigüe, trash, transgressif et humaniste?

Les prochains lecteurs, du roman "La maison des anges" tenteront eux aussi de répondre à cette question.

Merci Pascal Bruckner et aux Éditions Grasset pour ce roman.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Je vous salue ma rue (bis)

9 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 62 ans) - 17 novembre 2014

Et bien ce livre m'a ravi. Le style est enjôleur. Bruckner s'affirme en vrai écrivain qui manie le verbe à la perfection. L'histoire, elle, se veut choquante à souhait. Cela va très loin dans la description et je comprends volontiers que l'on puisse penser que l'auteur "arrache le sac" et en fait un peu trop. Pour ma part j'ai été séduit.

J'ai pris conscience de toute la dérision de ce roman lors de la scène du jack russell bien nommé "Capitaine Crochet" par sa maîtresse Monika. C'est succulent d'humour et drôle à crier.
"Le chien était devenu l'arbitre de leurs jeux amoureux. Son rut perpétuel intimidait Saturnin : plus la bête développait une libido débridée, plus la sienne se rétractait".

Viendra ensuite la rencontre avec Isolde Deodat de Hauteluce, la duchesse de l'humanitaire, celle qui répétait les paroles de Mère Teresa : "Les pauvres sont joyeux, les pauvres sont nos maîtres."
Mais en disant cette phrase elle en masquera une autre : "Ce n'est pas l'indigent qui a besoin du bienfaiteur, c'est le contraire."

A consommer au second degré et sans modération

Je vous salis ma rue, pleine de crasse...

7 étoiles

Critique de Dirlandaise (Québec, Inscrite le 28 août 2004, 67 ans) - 27 avril 2013

Antonin est un jeune homme bien. Maniaque de la propreté, il a une petite amie ravissante et un emploi bien rémunéré dans une agence immobilière huppée. Son patron fonde de grands espoirs en lui c’est pourquoi Antonin cultive le souci de la performance. Un jour, il attend des gens bien nantis afin de leur faire visiter un appartement dans le cadre de son travail. Cette vente est importante pour le jeune homme car elle confirmera son statut de professionnel performant auprès de son employeur. Mais pas de chance, au moment où le couple de richards débarque de l’automobile, un trio de clochards choisit ce moment pour faire du grabuge et gâcher l’impression favorable qu’Antonin s’est acharné à implanter dans le cerveau des deux acheteurs. Il sait que la vente est ratée et développe à ce moment une haine sans bornes pour tous les clochards qui déparent la ville de Paris. Cette haine se mue en croisade qui entrainera Antonin dans une descente aux enfers effroyable parsemée de créatures toute plus répugnantes les unes que les autres et dont l’issue…

Une fois encore, Pascal Bruckner traite du thème de l’itinérance, thème déjà exploité dans un autre de ses livres « Parias » dont l’action se situe en Inde. Le contraste entre la haute bourgeoisie et les bas-fonds est sans cesse mis en valeur que ce soit par la description de la vie d’Antonin comparativement à la survie pénible des clochards s’abritant péniblement du froid dans des abris de fortune ou dans le métro.

C’est un récit assez amusant au début mais qui devient extrêmement dur au fur et à mesure de la lecture pour se transformer en véritable cauchemar. J’ai trouvé que l’auteur poussait un peu trop loin les descriptions de loques humaines et les habitats sordides dans lesquelles elles se réfugient. Et que dire des descriptions d’odeurs, de maladies physiques et mentales qui affligent les pauvres errants les rendant repoussants aux yeux des gens biens. L’auteur décrit aussi la façon d’opérer des bandes de voleurs à la tire qui hantent les rames de métro.On se croirait presque dans un roman de Dickens. Bref, c’est le Paris des bas-fonds, de la misère humaine la plus sordide, de la déchéance sans espoir de réhabilitation qui tisse la trame de ce livre que j’ai lu pourtant sans vouloir quitter avant de connaître le destin du jeune homme bien aux prises avec ses démons et ces créatures monstrueuses dont il a fait son obsession.

Forums: La maison des anges

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La maison des anges".