Le roman des quatre de Pierre Benoit, Paul Bourget, Gérard d'Houville, Henri Duvernois

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par PPG, le 9 janvier 2013 (Strasbourg, Inscrit le 14 septembre 2008, 46 ans)
La note : 5 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (50 680ème position).
Visites : 3 625 

Correspondances sur fond de secret de famille

"Le roman des quatre" est la collaboration de trois écrivains, Pierre Benoît, Paul Bourget et Henri Duvernois et d'une écrivaine, Gérard D'Houville. Décidant de rédiger un roman de manière collective, ils en viennent progressivement à se mettre d'accord sur un drame qui serait le point de départ du roman (un peintre reconnu qui assassine l'amant de sa femme, ainsi que cette dernière). Ensuite, chaque écrivain ayant choisi un des quatre personnages principaux du récit, rédige une correspondance imaginaire à destination des trois autres. Ainsi, les 339 pages du roman ne sont constituées que de correspondances (très nombreuses).

Dès les premières pages, nous comprenons donc à travers une lettre écrite par Antoine Barge à sa soeur, Mme Huvelot, qu'un drame s'est produit (résumé brièvement ci-dessus) et qu'il l'implore de garder sa fille de 4 ans en la tenant au secret de la disparition de sa mère. C'est assez glacial comme introduction. Pour ce père, jugé mais innocenté (la passion lui donnait raison face à l'adultère de son épouse ; autre époque dirons-nous), il s'exile, prétextant à sa fille, Micheline, qu'il est amené à honorer des commandes auprès d'illustres hommes à quatre coin du monde (ce qui n'est pas forcément faux). Ainsi, chacun des protagonistes essaye de cacher cette vérité à Micheline, pour la protéger de ce drame, comme l'avait souhaité son père. Micheline sera donc élevée par Mme Huvelot et son fils, Lucien Huvelot. Mais la rencontre avec son cousin Bernard Souchet (fils du frère de la défunte) embarquera Micheline dans une direction inattendue, et sa vie basculera quand...

Ce roman, pourtant original par la compilation de correspondances dans une sorte de huis-clos prometteur, n'est finalement construit que dans un classicisme littéraire un peu vieillot, où de digressions en digressions sur l'amour, la nostalgie, les errements dans la vie, la passion, la raison, l'oisiveté... l'ensemble ne parviendra pas, à mon goût, à convaincre le lecteur une fois le livre achevé. C'est assez redondant, empreint de sentiments qui s'expriment souvent avec emphase, parfois de façon interminable.
Bien sûr que tout ceci est bien écrit, que tout n'est pas à supprimer, qu'il y a des passages forts intéressants et prenants, mais l'ennui guette fréquemment le lecteur qui attend des rebondissements pour redonner souffle au récit. Un ennui qui pourrait être pardonné, si la fin était plus enlevée, hélas...

Une petite déception, il faut le dire.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Le roman des quatre
    de Benoit, Pierre
    Plon
    ISBN : SANS000034464 ; 01/01/1923 ; 339 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Dans la ligne de La nouvelle Héloïse

6 étoiles

Critique de Alceste (Liège, Inscrit le 20 février 2015, 60 ans) - 30 décembre 2020

Une sorte de livre-jeu avant la lettre, un roman écrit à quatre plumes. Le dispositif est assez ingénieux : c’est un roman épistolaire, comportant trente-huit lettres entre quatre correspondants. On comprend assez vite que chaque auteur a pris en charge l’un d’eux. On devine sans peine qui s’est attribué quel personnage : à Paul Bourget, l’aîné des quatre, féru de peinture italienne, le personnage d’Antoine Barge, le père de famille, peintre de son état et exilé à Pise. À Gérard d’Houville, une femme en réalité, puisque c’est le pseudonyme de Marie de Régnier, épouse du fameux Henri de Régnier, le personnage de Micheline, la fille d’Antoine. Ses deux prétendants, Bernard Souchet, jeune homme lancé dans la carrière théâtrale et Lucien Huvelot, en mission colonisatrice à Tunis, sont respectivement pris en charge par Henri Duvernois, célèbre dramaturge à son époque, et Pierre Benoît, grand voyageur de par le monde. Il est à noter que ces deux jeunes gens sont les cousins germains de Micheline, l’un du côté maternel, l’autre du côté paternel ; étranges conventions littéraires de l’époque…

Bien entendu, ce sont les attributions les plus probables, mais rien n’empêche de penser que pour corser le jeu, les quatre écrivains se soient répartis les rôles de manière aléatoire, plus inattendue. Le but était d’atteindre à plus de crédibilité, selon l’intention de la préface, en obligeant chaque auteur à oublier sa personnalité pour envisager l’intrigue avec plus de recul. Le résultat est un ton relativement uniforme entre les différents protagonistes, un peu compassé par ailleurs. On peut regretter qu’on n’y sente pas suffisamment la patte de chacun des auteurs. Ce qui n’empêche de découvrir de belles pages comme celle-ci :
De Bernard Souchet : « Chère Micheline, on se disputait notre aïeule. Nulle femme ne fut plus fêtée. Son secret ? Elle vivait l’heure présente. Elle respectait les œuvres du passé, mais elle lisait les livres nouveaux. Elle comptait de vieux amis qui étaient des généraux glorieux, des écrivains illustres, des peintres dont la moindre esquisse valait une fortune ; mais elle commandait son portrait au plus obscur, au plus débutant des rapins ; elle achetait incognito cinquante exemplaires du premier recueil d’un poète vagissant et elle complétait en cachette la dot réglementaire d’une petite jeune fille éprise d’un sous-lieutenant. Enfin, elle lisait à peu près tous les journaux, et des nuances les plus différentes. Et quand on l’entretenait d’un fait qui avait eu lieu l’avant-veille, elle s’écriait, avec ce geste qui dissipe un nuage de fumée : « Vieille histoire ! » Si quelqu’un se hasardait à l’entretenir de ces querelles de famille qui se conservent dans le vinaigre comme les pickles, elle ripostait : « Pas l’ombre d’intérêt ! » Enfin, elle prétendait que l’on doit souffrir seule et le nez contre le mur, et qu’il est convenable de n’inviter des gens qu’à son bonheur … »


2479

Forums: Le roman des quatre

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le roman des quatre".