Back Up de Paul Colize

Back Up de Paul Colize

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Pietro, le 29 novembre 2012 (Inscrit le 14 mai 2006, 43 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 7 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (1 686ème position).
Visites : 5 498 

LE thriller de l'année 2012 c'est Back up

Je n'avais jamais entendu parler de ce livre avant d'aller sur le site internet de la célèbre librairie de St Maur. Carrément LE coup de coeur du libraire non moins connu qui officie dans le journal de la santé.
La couverture très originale du livre annonce la couleur: A travers l'histoire de son personnage principal, ce sont les sixties et les seventies version sexe, drogues et rock and roll qui sont retracées, avec une puissance et un souffle incroyables.
Le personnage erre de pays en pays, rencontre dans des pubs enfumés des célébrités telles que Clapton, ou Les Stones à leur début, et s'adonne aux drogues hallucinogènes les plus nocives, tout en jouant de la batterie.
L'intrigue à tiroirs tourne autour d'un groupe de rock anglais des années soixante, baptisé les Pearl Harbor, dont les 4 membres meurent les uns après les autres, dans des conditions plus que douteuses. La police ne trouve ni lien ni élément suspect et conclut à des morts naturelles. Mais la vérité, qui apparaît petit à petit au fur et à mesure du récit du personnage principal, est tout autre.
L'auteur est un conteur hors pair, et nous tient en haleine du début à la fin. Le suspense est total, l'atmosphère est grandiose. Et le final exceptionnel.
Ca faisait longtemps que je n'avais pas été autant captivé par un roman qui mélange les genres avec une grande virtuosité.
Une véritable claque!

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Cascade de suicides dans le monde du rock

6 étoiles

Critique de Pucksimberg (Toulon, Inscrit le 14 août 2011, 42 ans) - 16 novembre 2022

Ce roman noir de Paul Colize trouve son ancrage dans le milieu du rock. En effet, le jeune groupe Pearl Harbor connaît un grand succès. Et pourtant ses membres vont se suicider successivement comme si une malédiction s'était abattue sur eux en 1967. En 2010, un homme est renversé devant la gare de Bruxelles midi. Il est rapidement emmené à l'hôpital. Il ne parle plus et ne bouge plus. Ces deux histoires vont se rencontrer bien évidemment à un moment.

L'auteur ne choisit pas une intrigue linéaire. En effet, le lecteur passe d'une époque à l'autre. Les chapitres alternent les narrateurs. L'on se plaira à suivre les musiciens dans leurs activités, tout comme l'on suivra les réflexions et les confidences de X-Midi, cet homme renversé devant la gare. Comme les pièces d'un puzzle, tout s'imbriquera au fur et à mesure et donnera un éclairage à cet embrouillamini. Il y a pas mal de personnages secondaires intéressants, voire attachants comme ce kiné, même si je l'ai souvent trouvé invraisemblable. Son implication dans cette affaire m'a semblé un peu trop soudaine ou peu naturelle.

Ce roman permet de pénétrer dans le monde du rock. Il est toujours agréable de découvrir certaines anecdotes, de côtoyer de près ou de loin des célébrités musicales, de voir des titres de chanson évoqués dans un ouvrage, comme si l'on avait la BO qui accompagne la lecture. L'ambiance sexe, drogue et rock'n roll a un côté un peu décalé et permet de revivre ces années où le rock a connu son explosion, tout en ayant en toile de fond le contexte historique.

Bien que documenté et portant sur un sujet musical que j'aime particulièrement, je n'ai pas été emporté par ce roman. Pour ma part, l'écriture est essentielle dans l'appréciation d'un ouvrage. Je trouve que l'écriture de Paul Colize repose sur l'efficacité, mais ne possède pas un caractère particulier. Je me suis même parfois ennuyé. L'immersion dans le monde du rock est sympathique, la construction du roman est réfléchie, mais le style ne m'a pas séduit.

Colize et le drummer

9 étoiles

Critique de Ardeo (Flémalle, Inscrit le 29 juin 2012, 75 ans) - 23 août 2021

Je rejoins l’ensemble des commentateurs élogieux pour ce roman du belge Paul Colize. En effet, ce roman que je viens de terminer est tout à fait original, passionnant et de toute bonne facture. Il nous plonge dans une histoire où se mêlent la musique de rock (mais aussi jazz, country, …), une histoire de meurtres, de la thérapie en chambre d’hôpital, du complotisme (déjà), du mystère, la drogue aux sixties, l’aliénation en général, l’espionnage …j’en passe.
Le procédé utilisé par l’auteur a souvent le don de m’irriter (quand les chapitres sont courts et que des passages d’un personnage à l’autre et d’une époque à l’autre sont continuels) mais ici tout s’enchaîne en maintenant du mystère, des points d’interrogation puis des découvertes en plus de l’intrigue policière, des considérations et des réflexions sur une époque -les années 60- et la nôtre, des personnages qui passent et qui parfois « reviennent » et qui entretiennent un climat schizophrénique et paranoïaque qui bientôt nous atteint également.

Il serait malhonnête vis-à-vis de l’auteur mais aussi pour le futur lecteur de donner la clé principale de cette histoire de « Back up » mais lorsque j’y repense, j’en ai encore froid dans le dos. Vraiment, ce Monsieur Colize est un auteur dont il faut recommander la lecture et en particulier ce roman-ci.

le complot

10 étoiles

Critique de Jfp (La Selle en Hermoy (Loiret), Inscrit le 21 juin 2009, 74 ans) - 24 juillet 2016

Un thriller redoutablement efficace, écrit avec une grande rigueur malgré son aspect kaléidoscopique, tel un collage des années 1960 auxquelles il fait référence à travers l'histoire du rock. La musique est partout, les décibels s'éclatent, la drogue aussi, dure et douce, et toute une batterie de personnages tous plus déjantés les uns que les autres s'agitent dans une sarabande infernale. Un personnage est au centre de cette histoire, envoûtante, obsédante même tant on a hâte de savoir s'il va pouvoir se tirer du guêpier dans lequel il s'est fourré. De Bruxelles à Paris, en passant par Londres, New York et Berlin, la planète rock se visite, avec ses éclairs et ses coins sombres. Bon voyage au pays des fous…

un batteur, c'est un type qui traine avec des musiciens

8 étoiles

Critique de Numanuma (Tours, Inscrit le 21 mars 2005, 49 ans) - 19 avril 2015

J’avais repéré ce bouquin depuis longtemps mais pas moyen de la trouver en magasin. J’ai cherché pas mal pour en trouver un exemplaire. Ça m’apprendra à ne pas acheter un livre au moment de sa sortie… Consolation malgré tout, Pietro, qui a écrit la critique principale, a fréquenté la même libraire que moi à St Maur des Fossés : La Griffe Noire.
A part ça, et suivant mon leitmotiv, quand il y a du rock dedans, je prends !
Je ne vais pas refaire le pitch ou le résumé du livre, cela a déjà été fait sur le site, je vais donc, sans spoiler aucunement la fin, écarter une piste que j’ai suivi en dévorant ce roman. Pendant un moment, j’ai pensé que la disparition des membres du groupe Pearl Harbor était l’œuvre d’un fan extrême décidé à faire passer son groupe favori à la postérité. Trop facile peut-être.
Paul Colize part sur tout autre chose, une sorte de légende noire du rock qui a valu plusieurs procès à divers artistes. Je n’en dis pas plus…
En plus, sympa, l’auteur nos offre une playlist pour accompagner la lecture : que du bon, à quelques exceptions près, du genre U2, mais c’est un avis personnel.
Hormis le plaisir que j’ai eu à lire ce bon roman policier, la jaquette précise même « roman noir », genre qui pourtant m’ennuie d’ordinaire, à retrouver les odeurs poisseuses des débuts du rock, toute une époque révolue et pleine d’espoir, pré-Woodstock, quand le rock avait uniquement et paire de burnes et par encore trop de cerveau, c’est principalement le côté implacable de l’intrigue qui surprend.
Je ne suis pas un aficionado du roman policier, comme je l’ai dit, il s’agit donc peut-être d’une constante du genre mais il y a quelque chose de terriblement pessimiste dans ce texte. La dernière phrase du livre est : « Il ne prête aucune attention aux hommes qui lui emboitèrent le pas », ce qui signifie pour le lecteur qu’il va falloir imaginer la suite et qu’elle ne va pas être rose.
Et ça, pour moi, c’est nouveau. Faut que je me mette au roman noir…

She said Yeah !!

8 étoiles

Critique de Ndeprez (, Inscrit le 22 décembre 2011, 46 ans) - 23 octobre 2013

J'ai pris du plaisir à lire Back Up de Paul Colize.
Mon âge ne me permet pas d'avoir vécu la folie des années 60 , mais mon goût pour la musique Rock et Blues m'ont forcément un jour amené à m'intéresser de très près à cette période.
Dans cette histoire vous croiserez donc tout ce qui se fait de mieux Clapton , Mayall , Hendrix , les Stones, les Beatles mais aussi des groupes un peu moins connus comme Manfred Man ou les EasyBeats .
Back up nous parle du système D de l'époque que déployait la multitude des petits groupes musicaux en attendant de pouvoir vivre de leur art.
Back up nous parle également de l'envers du décor , les drogues qui ont jalonné ces années créatrices en laissant des drames derrière elles.

Back up est un bon thriller écrit par le belge Paul Colize qui a fourni ici un vrai travail de recherche afin de retranscrire ces années mythiques.

Polar & rock'n roll

9 étoiles

Critique de BMR & MAM (Paris, Inscrit le 27 avril 2007, 62 ans) - 2 octobre 2013

Étrange et original polar ? thriller ? roman ? histoire du rock ? que ce Back up du belge Paul Colize.
En 1967 à Berlin, les membres d'un obscur groupe de rock, Pearl Harbor, sont assassinés les uns après les autres : meurtres maquillés en accidents, suicides, ...
En 2010, un faux SDF est renversé par une voiture à Bruxelles. Gravement touché, entièrement paralysé, il est victime du syndrome LIS (Locked-in syndrome, le syndrome d'enfermement, celui de Johnny got his gun) : il peut seulement communiquer en clignant des yeux ... ce qu'il semble se refuser à faire dès que les toubibs lui posent des questions.
De son côté, la police est incapable de retrouver son identité : il est classé sous X avec juste un mystérieux “A20P7” tatoué sur une main.
Le bouquin alterne les chapitres entre les événements de 1967 (un privé puis un journaliste enquêtent sur les morts mystérieuses des membres du groupe de rock), des souvenirs d'une adolescence mouvementée en pleine effervescence rock des sixties et l'hôpital belge où un kiné tente de nouer le contact avec l'inconnu paralysé.
On devine bien vite que les souvenirs des années beatniks puis hippies sont ceux de "X", qui défilent dans sa tête immobile.
Mais qui est ce mystérieux accidenté ? Le meurtrier des musiciens de Pearl Harbor qui serait pris de remords tardifs ? Un musicien survivant qui fuirait encore l'assassin quarante ans après ?
Comment vont se rejoindre les trajectoires d'un jeune batteur des sixties emporté par les vagues rock puis pop et le drame de Berlin ouest ?
Une fois accroché, impossible de lâcher le bouquin ou plutôt les bouquins puisque, à côté du polar, les souvenirs des sixties du batteur beatnik forment quasiment un roman dans le roman : l'occasion (sans doute en partie autobiographique) pour Paul Colize de faire défiler toute l'histoire du rock, l'histoire de ces années de libération sexuelle, d'effervescence musicale et d'agitation cérébrale (c'était la belle époque du LSD et d'autres pilules), depuis la guerre du Vietnam à la celle des Six jours (oui, c'était aussi l'époque de la guerre froide).
Bruxelles, Paris, Londres et Berlin : une époque où l'on brûlait la chandelle de la vie par les deux bouts.
Entre LSD et guerre froide, il y avait de quoi virer paranoïaque et l’intrigue entre polar, thriller et espionnage (un peu rocambolesque à nos yeux d’aujourd’hui) est tout à fait dans le ton de l’époque.

Forums: Back Up

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Back Up".