Une vie de racontars de Jørn Riel

Une vie de racontars de Jørn Riel
(Flere skrøner fra et rejseliv)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par CHALOT, le 6 novembre 2012 (Inscrit le 5 novembre 2009, 74 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (12 443ème position).
Visites : 3 031 

ROMAN DROLE ET PASSIONNANT

Comme un héros polaire

Jørn Riel a toujours mêlé l'écriture et l'action, ce qui donne à sa plume un accent de véridique...
Après avoir écrit et reproduit de nombreuses histoires se rapportant à la vie au Groeland, il nous offre là de nouveaux racontars tirés de ses seize premières années de vie d'adulte passée dans ce pays arctique.
L'originalité de ce livre 1-on attend avec impatience le numéro 2- c'est de nous proposer, non une autobiographie complète mais une suite de récits d'aventures et de rencontres passionnantes et « succulentes ».
Au début c'est l'Afrique qui l'attire et sa première tentative de rejoindre ce continent avec son meilleur ami se solde par un échec prévisible certes mais riche en expérience...C'est là qu à peine, pré-adolescent il rencontre les premiers indigènes, peu noirs, évidemment ils étaient au Danemark, mais en action :
« ces cris étaient uniques, un genre de cri que je n'avais jamais entendu auparavant »...
Tout s’éclaircit peu à peu, le voyage est reporté, ce sera le Groenland et pas l'Afrique ...Interrogée par Jorn sur le sens des sentiments qu'il éprouve vis à vis d'une jeune toute pré adolescente, sa grand mère lui donne une réponse, sa réponse :
« L'amour, mon garçon, c'est douleur sur douleur avec un peu de joie pendant les pauses... » !
Enfin le jour tant désiré arrive, notre héros décide de partir au nord est du Groenland pour un vivre l'aventure. C'est là bas qu'il découvre les racontars, ces histoires qui n'ont pas du tout besoin « des béquilles que peuvent être le mensonge ou l'exagération. Elles se débrouillent toutes seules, même s'il leur arrive occasionnellement de faire un petit écart. »
Les anecdotes sont croustillantes parfois, souvent amusantes et non content de faire sourire son lecteur, l'auteur nous fait découvrir un mode de vie fort particulier dans ce pays du grand froid et des paysages qu'on n'oublie pas....
L'amitié et les racontars bien arrosés constituent des remèdes à la nostalgie et même à la douleur vive... Il arrive ainsi à notre héros de partir se faire soigner d'un panaris fort douloureux . Il est accueilli, réconforté grâce à une bonne ration de rhum, repart ragaillardi sur son traîneau et c'est un peu plus loin qu'il s'aperçoit que lui et son hôte n'ont oublié qu'une seule chose... son panaris est toujours là... Il lui faut faire demi tour pour se faire opérer.
Ce voyage au pays des Inuit(s) est à la fois humain, fantastique et riche des expériences que nous font partager l'auteur et l'illustrateur Henri Tanquerelle qui renoue avec la tradition du livre illustré.
Bon embarquement....

Jean-François Chalot

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Une vie de racontars [Texte imprimé], récit Jørn Riel traduit du danois par Andréas Saint Bonnet
    de Riel, Jørn Saint-Bonnet, Andreas (Traducteur)
    Gaïa
    ISBN : 9782847202687 ; 19,00 € ; 06/10/2012 ; 144 p. ; Broché
  • Une vie de racontars [Texte imprimé] Jørn Riel traduit du danois par Andréas Saint Bonnet
    de Riel, Jørn Saint-Bonnet, Andreas (Traducteur)
    10-18 / 10-18
    ISBN : 9782264061232 ; 7,80 € ; 17/11/2016 ; 288 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Une vie de racontars

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

De la Fionie à la Papouasie

9 étoiles

Critique de Kostog (, Inscrit le 31 juillet 2018, 50 ans) - 18 janvier 2021

Les lecteurs habitués aux récits groenlandais de Jørn Riel ont l'occasion avec Une vie de racontars de mieux faire connaissance avec cet auteur danois. Il nous offre, par l'intermédiaire de ces courts récits où il excelle, une sorte d'autobiographie en creux.

Riel narre ses propres aventures avec le même regard amusé et lucide qu'il adresse aux différents protagonistes de ses nouvelles. Le ton est léger, mais précis, le motif, c'est l'anecdote suffisamment étonnante et marquante pour être racontée, anecdote que l'on se remémore le sourire aux lèvres ou avec le détachement que permet l'éloignement des ans, même si les circonstances ont pu se révéler tristes ou dramatiques.

Tout commence avec une tentative infructueuse de rejoindre le continent africain à l'âge de neuf ans. Elle convaincra les plus dubitatifs qu'une vie d'explorateur ou de voyageur, on l'a dans la peau, comme pour d'autres le fait de ressentir que l'horizon de leurs collines est amplement suffisant à leur idiosyncrasie.

Si l'humour de Riel fait mouche, c'est qu'il est basé sur une bonne dose d'autodérision : que ce soit dans le ô combien difficile apprentissage de la direction des chiens de traîneau, l'école de la vie dans le Nord-Est du Groenland avec ses collègues plus expérimentés ou avec des Inuits, l'auteur sait mettre en scène ses propres aventures et mésaventures avec un savant dosage d'ironie et d'humilité.

Grand voyageur, Riel, ne s'inscrit en rien dans un droit de l'hommisme béat qui voudrait chercher dans l'étranger, un autre soi-même. Sa perception, basée sur un respect réel, ne cache en rien les caractéristiques de ses hôtes, l'odeur épouvantable des Papous de Nouvelle-Guinée occidentale, les sourires édentées de quelques belles groenlandaises, mais ceci sans un zeste de moquerie et toujours contrebalancé justement par cette capacité de sourire de lui-même.

Il y a beaucoup d'inventivité et de savoir-faire dans ces courts récits, pareils à des minéraux sortis de leur gangue, mais pas trop polis par un style qui les rendrait artificiels. La dernière partie de l'ouvrage nous emmène en Asie du Sud-Est. Elle en dit juste assez pour que nous nous précipitions nous procurer le tome 2 de cette Vie de racontars.

Forums: Une vie de racontars

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Une vie de racontars".