Le sein de Philip Roth

Le sein de Philip Roth
( The Breast)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Pendragon, le 4 octobre 2002 (Liernu, Inscrit le 26 janvier 2001, 52 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (14 452ème position).
Visites : 6 131  (depuis Novembre 2007)

A quel "sein" se vouer ?

Toujours sous l'influence américanisante de Jules, voilà que je me lance dans les Roth… euh non, ce n'est pas grossier… mais c’est à tout le moins surprenant que cette courte histoire d'un homme se transformant en sein ! Oui, oui, « sein », pas « saint » !
Roth nous propose ici une farce kafkaïenne, à la mode de Gogol ou de Swift d’après ses propres dires et transpose les pensées giratoires de ce professeur de littérature devenu sein. Un beau, un vrai, un gros (circonférence de plus d’un mètre et poids approchant les 80 kg), un sensitif, un tactile, une masse de chaire tendue qui frémit au moindre attouchement, le tout surmonté d’un téton qui, avec sa taille de 15-20 cm, n’a rien à envier à son pendant masculin (si vous me permettez l'expression), ainsi que nous le rappelle notre ami-sein.
L’entièreté de ce texte étrange oscille entre la folie présumée (ou non) du narrateur, le sein lui-même, et son obsession sexuelle inassouvie (ou presque). Et cela donne un récit agréable à lire, un peu loufoque et qui se lit en une heure. A lire donc !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Une farce burlesque

8 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 44 ans) - 25 mai 2018

Philip Roth renouvelle ici ses considérations métaphysiques, sous couvert d'hypocondrie, dans une farce courte, effectivement inspirée du Nez de Gogol et de la Métamorphose de Kafka, oeuvres au passage citées ici. L'effet voulu réside dans l'humour et la dérision des fantasmes masculins. Le protagoniste s'interroge sur la nécessité de se soumettre à une maladie psychiatrique, ce qui constituerait une fin plus noble que cette transformation grotesque qui prête à rire, mais ce qui n'est évidemment pas si simple.
C'est assez drôle et distrayant, sans que cela laisse inévitablement des souvenirs impérissables. Mais cette nouvelle permet de passer un moment relativement agréable, lors d'un trajet pour aller au travail.

le sein - tout court

7 étoiles

Critique de Tchico2 (Labenne, Inscrit le 12 janvier 2006, 47 ans) - 11 janvier 2007

c'est un bon petit bouquin, un peu court. ce livre est une farce vraiment dans la lignée de ce qu'écrit Philip Roth. Ce livre est distrayant mais sans plus. Je recommande à ceux qui ne connaissent pas Philip Roth de ne pas commencer par celui-là mais plutôt par un bouquin comme la Tache.

Pour qu'il pende moins et bande plus

10 étoiles

Critique de Bolcho (Bruxelles, Inscrit le 20 octobre 2001, 74 ans) - 4 octobre 2002

Je propose l'érection... d'un monument en l'honneur de ce magnifique "pendant masculin".

Forums: Le sein

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le sein".