L'abbé Jules de Octave Mirbeau

L'abbé Jules de Octave Mirbeau

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par CC.RIDER, le 9 février 2012 (Inscrit le 31 octobre 2005, 64 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 5 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 3 étoiles (51 870ème position).
Visites : 4 069 

Un roman assez sombre

Un soir, le jeune Albert Dervelle, 13 ans, entend ses parents se désoler du retour à Viantais de son oncle, l'abbé Jules, qui était parti à Paris pendant plus de six ans et dont la famille n'avait reçu aucune nouvelle après de longues années de frasques et de scandales divers. En effet, Jules est un personnage plutôt atypique. Fils d'un alcoolique et d'une mystique, il eut une enfance difficile avec une tendance certaine à être attiré par le vice et la cruauté. Contrairement à son frère qui fit de brillantes études et devint médecin de campagne, lui opta pour le séminaire où il se montra très médiocre, devint secrétaire particulier d'un vieil évêque qu'il quitta sur un esclandre pour devenir curé de campagne. Il s'y montra si mauvais et si peu attentif à ses ouailles qu'il finit par fuir ses responsabilités et par gagner la capitale où personne ne sut ce qu'il fit. Pourquoi revenait-il sur les terres de son enfance ?
Un roman assez sombre pour ne pas dire carrément noir. Mirbeau nous raconte l'histoire d'une âme torturée, d'un être épris d'idéal, excessif en tout, aussi bien dans ses enthousiasmes que dans ses dépressions. Son caractère est si finement analysé et ses excès si proches de nos faiblesses que son personnage nous semble presque sympathique en dépit de tous ses défauts. Jules n'aime personne et finalement presque personne ne l'aime. A une exception près : le jeune Albert, autre personnage intéressant et fort bien campé. Ce drame villageois, écrit de façon agréable bien que très classique, pose intelligemment le problème de la foi, de l'amour, de la mort et se présente comme un terrible réquisitoire contre l'imposture cléricale comme elle devait se présenter au XIXème siècle (1888). Le libertaire Mirbeau dénonce, entre autres, le fait que nombreux sont les enfants de paysans pauvres qui deviennent prêtres uniquement pour échapper à la condition d'esclave de leurs pères et pour jouir d'un peu d'aisance. Livre intéressant et pouvant très bien se lire encore aujourd'hui.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un roman qui laisse à désirer

2 étoiles

Critique de Webmestre (, Inscrit le 8 avril 2014, 74 ans) - 8 avril 2014

Ce roman n'est pas le meilleur d'Octave Mirbeau, le style est médiocre, l'intérêt peu soutenu, et on a tendance à vite l'oublier...
Vous avez la possibilité de choisir en allant visiter les sites de la société Octave Mirbeau :
http://mirbeau.asso.fr
http://www.mirbeau.org

Forums: L'abbé Jules

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'abbé Jules".