Pas mieux de Arnaud Le Guilcher

Pas mieux de Arnaud Le Guilcher

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Ddh, le 26 janvier 2012 (Mouscron, Inscrit le 16 octobre 2005, 80 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (23 169ème position).
Visites : 2 915 

Pas mieux pour un roman plutôt moyen

La vie du narrateur ? Pas mieux, malgré les efforts. Quels efforts ? Pour sortir de la guigne. Mais c’est de Charybde à Scylla !
Dans l’Amérique profonde, le narrateur, gérant d’un pressing, vit des jours sans problèmes majeurs quand débarquent Emma, son ex-femme et son fils de quinze ans qu’il n’a plus vus… depuis quinze ans. - Quel est ton nom ? - Comme toi ! fuse la réponse. Forcément se dit le narrateur. Ce sera donc Commmoi, un ado en pleine crise mais doué. Ce qui se complique : le comportement de sa femme pas très orthodoxe. L’entourage du narrateur est, lui aussi, pour le moins déjanté ; l’ami Richard, un glandeur de première classe et Mme Kurosawa, sa patronne et son neveu Takeshi qui bosse avec lui. Pittoresque aussi ce Takeshi chébran d’informatique et de porno.
Sorti de l’alcoolisme, cet antihéros s’y replonge, difficultés financières et environnementales aidant. Au gré des rencontres, l’auteur se retrouve à New York, dans le luxe, à l’hôpital, côtoie des avocats véreux, des vedettes de music-hall et même le monde de l’édition… dans cette perpétuelle fuite en avant.
Arnaud Le Guilcher joue dans le répertoire à qualifier d’humour rose, osé sans être trivial. Le niveau de langue laisse une (trop) large part à l’argot imagé plaisant à tout lecteur qui y est sensibilisé. Les écarts de vraisemblance amènent la trame du roman dans des arcanes qui font rêver. « Trop is te veel » pour le lecteur plutôt cartésien.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Désopilant : une véritable cure de bonne humeur en ces temps tourmentés

9 étoiles

Critique de Monde imaginaire (Bourg La Reine, Inscrite le 6 octobre 2011, 49 ans) - 19 novembre 2015

C’est avec bonheur que j’ai retrouvé la plume extravagante et totalement déjantée d’Arnaud le Guilcher. Quelle grosse poilade !!! Pourtant, son premier livre « En moins bien » m’avait laissé un sentiment très mitigé. Je suis totalement en accord avec la critique de Nothingman, qui est d’ailleurs excellente, car « Pas Mieux » est vraiment plus plus mieux !

Merci Arnaud Le Guilcher de m’avoir permis de me décoincer les zygomatiques dans les transports en communs parisiens encore si pleins de malaise et de peur.

Certains passages sont tellement loufoques et irrésistiblement drôles que j’ai manqué m’étouffer de rire, sous le regard ahuri de mes voisins de transports. J’aime vraiment son sens de la formule, ses envolées poétiques et son monde désenchanté et totalement barré.

Si vous avez le moral dans les bottes : foncez et lisez Pas mieux !

Ni plus ni moins...

6 étoiles

Critique de Deinos (, Inscrit le 14 février 2009, 60 ans) - 3 octobre 2015

Il y a de l'humour assez décalé, parfois doux amer voire acide... de la tendresse... et une infinie tristesse... tout cela dans un court roman avec une maitrise de la langue... un style certain... un sens de la formule et de la métaphore ironique...

Mais voilà... c'est un peu là qu'est l'os... l'excès de formules décapantes... d'images au vitriol... de situations tordues... mais aussi un côté un peu trop... tout cela provoque une certaine indigestion qui nuit au livre d'autant qu'en dehors du style le cœur du récit est assez fleur bleue en fait... quoique la dernière phrase laisse en état de doute...

En plus mieux!

9 étoiles

Critique de Nothingman (Marche-en- Famenne, Inscrit le 21 août 2002, 42 ans) - 4 février 2012

Après « En moins bien », Arnaud Le Guilcher intitule son second roman « Pas mieux ». Il a de la suite dans les idées cet écrivain-là, mais surtout un humour des plus dévastateurs. On retrouve notre héros, quinze ans après les aventures de la dune chantante de Sandpiper. Sa vie est retombée dans la monotonie. Il a replongé dans l’alcool. " L’alcool était une béquille qui permettait d’oublier la hauteur dont on s’écroule". C’est le soir de Noël et pendant qu’il s’affaire à fourrer la dinde, la sonnette retentit et là, surprise ! Emma, sa femme qui l’a platement quitté le soir de sa nuit de noces, se trouve là devant lui. " Elle était celle dont l’absence avait mis ma vie entre parenthèses durant près de quinze ans. Elle était devant moi. Réelle et palpable. Semblable à celle qui fut ma femme, et immensément étrangère à celui que j’étais devenu."
Quel choc également de découvrir que son fils, qu’il va appeler « Commoi », est un gothique de la pire engeance. " Il était atroce, caricatural et grotesque. Il était laid et il foutait les foies. S’il n’avait pas été mon rejeton, je lui aurais jeté des cailloux. Je me serais aussi accroché une guirlande d’ail autour du cou pour me préserver d’une éventuelle attaque de canines…". On retrouve le style et l’humour décalé de cet auteur. Une fois de plus, on passe par toutes les émotions dans ce roman feu d’artifices. On rigole beaucoup au début de ces retrouvailles improbables. On se surprend souvent à rire tout seul pour une phrase, ou un trait d’humour. Sentiment plutôt rare et étrange pour un lecteur mais qui fait un bien fou. Ce livre est donc à conseiller si vous sortez d’une semaine morose. La tendresse s’immisce aussi, notamment quand le père et le fils vont finir par se rapprocher, s’apprivoiser. Cela donne de magnifiques pages sur la filiation. La tristesse n’est jamais bien loin non plus. On y découvre New-York sous un nouveau jour. Et on y croise « The King » et « The king of the pop ». Je ne vous en dis pas plus ! On retrouve avec plaisir une partie des personnages d’ « En moins bien » et on en découvre de nouveaux, tout aussi gratinés.
Celui qui aura la bonne idée d’acheter les droits d’adaptation au cinéma de ces deux romans tirera le gros lot ! Il y aurait moyen d’en tirer un film excellentissime ! Avec une bande originale des plus terribles, entre les Stones, Johnny Cash, Elvis et Michael Jackson…

Forums: Pas mieux

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Pas mieux".