Un épisode sous la Terreur de Honoré de Balzac

Un épisode sous la Terreur de Honoré de Balzac

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Exarkun1979, le 20 octobre 2011 (Montréal, Inscrit le 8 septembre 2008, 42 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (12 362ème position).
Visites : 3 422 

Un épisode sous la terreur

En 1793, une vieille dame qui est une religieuse doit aller chercher un paquet. Elle s’aperçoit vite qu'est est suivie par un homme mystérieux. Après avoir amené son paquet à un vieux prêtre, l'inconnu se manifeste. La question est de savoir si ses intentions sont bonnes ou hostiles.

Ce petit roman de peu de pages se lit vraiment comme un suspense. Tout le long de ma lecture, je me demandais qui était cet inconnu et que voulait-il aux personnages principaux.

Ce livre m'a vraiment donné le goût d'en connaître plus sur la révolution et la période de la Terreur.

Ce roman fait partie des Scènes de la vie politique dans la Comédie Humaine.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Un épisode sous la Terreur
    de Balzac, Honoré de

    ISBN : SANS000028521 ; 14/03/2013 ; 20 p. ; ebook
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

La peur.

9 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 62 ans) - 20 mars 2021

Qui est cette femme qui marche d'un pas hésitant dans la nuit de Paris ? Et qui est cette ombre qui la suit ? La peur se sent partout.
Nous sommes au lendemain de l’étêtage royal. Louis le seizième a payé le prix fort d'une crise qu'il ne comprenait pas.
La France vit ce que vivra bientôt la Russie avec Lénine. On se surveille, on se trahit, on se dénonce. Les partisans du roi, les prêtres qui veulent garder leur foi (ainsi que ceux qui ont une parole de trop) sont guillotinés. Paris sent le sang !

Cette nouvelle, d'une grande sensibilité, donne une autre image d'un Balzac qui n'oublie rien des pages cruelles de l'histoire de son siècle.

Excellent texte.


PERSONNAGES

– Sœur AGATHE : sœur du duc de Langeais, beau-père, émigré en 1793, de la duchesse Antoinette de Langeais (La Duchesse de Langeais, 1839). Née de Béthune-Charost dans le premier état de la nouvelle.

– L'abbé de MAROLLES : prêtre insermenté. Il a échappé aux massacres des Carmes (7 septembre 1792).

– Sœur MARTHE : née Beauséant. Née de Lorge ou de Béthune-Charost dans le premier état de la nouvelle. Balzac avait entre-temps raconté l'histoire de sa nièce, la vicomtesse de Beauséant, dans La Femme abandonnée (1832).

– M. et Mme RAGON : anciens parfumeurs de la cour, à l'enseigne, rue Saint-Honoré, de La Reine des Fleurs. Ils n'apparaissent que dans la nouvelle version (1842) de l'épilogue. Balzac leur avait fait jouer un rôle de premier plan dans César Birotteau (1837), où Mme Ragon est présentée comme la soeur du juge Popinot.

– Charles-Henri SANSON (1739-1806) : personne réelle. « Exécuteur des arrêts criminels » à Paris de 1755 à 1795 et bourreau de Louis XVI (21 janvier 1793) ; exécuteur de Marie-Antoinette (16 octobre 1793). Son fils, Henri-Nicolas-Charles (1767-1840), lui succéda en 1795. Il avait assisté son père lors de l'exécution de Louis XVI. Charles-Henri reparaît dans la quatrième partie de Splendeurs et misères des courtisanes (1848).

– Mucius SCAEVOLA : nom de club d'un ancien piqueur du prince de Conti, propriétaire de l'immeuble, au faubourg Saint-Denis, où il héberge et protège soeur Agathe et soeur Marthe, ainsi que l'abbé de Marolles.

Forums: Un épisode sous la Terreur

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Un épisode sous la Terreur".