1Q84 - Livre 1, Avril-Juin de Haruki Murakami

1Q84 - Livre 1, Avril-Juin de Haruki Murakami
(Ichi-kyū-hachi-yon (いちきゅうはちよん))

Catégorie(s) : Littérature => Asiatique

Critiqué par Poki, le 6 octobre 2011 (Inscrite le 1 mars 2010, 50 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 26 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (24 198ème position).
Visites : 12 868 

Entre polar, roman et science-fiction

Ce roman est le premier d'une trilogie (le deuxième tome est paru avec le premier et le dernier opus sortira en mars 2012).
Il se réfère au Best-seller de George Orwell "1984" mais contrairement à ce dernier qui dès la fin des années 40 imaginait déjà l'ère du "Big brother", Murakami nous emmène dans un univers faisant partie du passé dans lequel nous vivons sans internet ni téléphone portable.
Dans ce roman, 2 mondes évoluent en parallèle: l'année 1984 et l'année 1Q84. Ce qu'il faut savoir c'est qu'en japonais, 9 se prononce comme la lettre Q, ceci explique la métaphore du titre.
Le récit alterne les chapitres consacrés alternativement aux 2 personnages principaux: Aomamé, une tueuse professionnelle chargée d'une mission, celle de supprimer les hommes violents et Tengo, un mathématicien surdoué qui se rêve écrivain et qui poussé par son éditeur, va réécrire "la chrysalide de l'air, un livre écrit par une jeune fille dyslexique. Une galerie de personnages plus atypiques les uns que les autres va alors défiler sous nos yeux captivés par cette lecture peu ordinaire et à la fois passionnante. On ne sait trop pourquoi mais nous sommes happés par ce récit, les personnages sont très fouillés et les longues descriptions ne font qu’enrichir ce texte merveilleusement écrit et jamais ennuyeux.
1q84 est aussi une brillante approche du Japon contemporain mais aussi de son histoire.
Une expérience à tenter rapidement!!!

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • 1Q84 [Texte imprimé] Haruki Murakami traduit du japonais par Hélène Morita avec la collaboration de Yôko Miyamoto
    de Murakami, Haruki Morita, Hélène (Traducteur)
    Belfond / Littératures étrangères (Paris)
    ISBN : 9782714447074 ; 23,50 € ; 25/08/2011 ; 533 p. ; Broché
  • 1Q84 [Texte imprimé] Haruki Murakami traduit du japonais par Hélène Morita avec la collaboration de Yôko Miyamoto
    de Murakami, Haruki Morita, Hélène (Traducteur)
    10-18 / 10-18
    ISBN : 9782264057884 ; 9,60 € ; 15/09/2012 ; 550 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  1Q84

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

3 Tomes dont deux de trop...

7 étoiles

Critique de Phileas (, Inscrit le 27 novembre 2015, 65 ans) - 4 décembre 2015

Ce premier livre, très médiatisé, nous prend et on le dévore avec une envie folle de lire les deux autres tomes... quel plaisir de savoir que l'on pourra prolonger sa lecture avec deux autres livres.

Ce premier tome est vraiment très attachant, une histoire bien particulière qui m'a enchantée.

C'est donc avec grand plaisir que j'ai recommandé à mon entourage sa lecture et que je continue à recommander ce livre.

Mais attention, la déception n'est que plus grande lors de la lecture des deux autres tomes :-(

... 0 pointé

1 étoiles

Critique de Camille601 (, Inscrite le 21 janvier 2013, 34 ans) - 18 février 2014

Livre très médiatisé : je me suis donc dit qu'il fallait bien que je m'y mette un jour afin de pas paraître complètement inculte ("ah oui?? t'as pas lu les 1Q84 ???).

Je suis venu, j'ai lu, j'ai vu et... je n'ai pas vaincu !

1er livre : on ne comprend pas bien encore le contexte, on commence à s'attacher aux personnages... why not.

2ème livre : la glauque attitude commence : on comprend un peu le monde "parallèle" avec un certain chef (ou gourou) qui devrait avoir des relations sexuelles avec des mineures afin d'accomplir un certains mythe...

JE ME SUIS ARRÊTÉE LA
... et j'aurais aimé être prévenue AVANT que les livres étaient malsains.

N'ayant pas poursuivi ma lecture je ne sais pas ce qui suit, et certainement que l'auteur dresse un portrait négatif de ce gourou, mais franchement je n'ai pas du tout aimé le genre donc je n'ai pas continué.

C'est le côté malsain qui m'a énormément déçue, j'aime pourtant les polars parfois difficiles mais ce sont des polars, là on est juste dans la catégorie "malsaine"...

Sur ma faim

5 étoiles

Critique de Mimi62 (Plaisance-du-Touch (31), Inscrit le 20 décembre 2013, 71 ans) - 1 janvier 2014

De la littérature étrangère, voilà de quoi intéresser, de quoi penser découvrir un autre univers. Un livre aux critiques (professionnels) dithyrambiques.
Tout était réuni pour donner l'envie de tenter l'aventure.

Un style fluide, agréable à lire.
Une intrigue qui se déroule doucement mais sans ennui, probablement à l'image d'une certaine philosophie du pays.
Deux personnages principaux auxquels un chapitre consacré alternativement ce qui permet de suivre leur vie en parallèle. On se doute que ces destins finiront par se croiser.
Ce qui me gêne c'est le flirt avec le surnaturel sans que l'on sache si l'on va y entrer vraiment où c'est une simple évocation.

Je reste sur ma faim.
Je me suis dit qu'il faut peut être lire la suite pour apprécier l'ensemble de l'oeuvre, toujours est-il qu'un an après je n'ai pas encore trouvé le tonus pour attaquer les deux ouvrages suivants.

1Q84 - Tomes 1 & 2

9 étoiles

Critique de Emyjito (, Inscrite le 27 octobre 2013, 57 ans) - 28 octobre 2013

de Haruki Murakami

Très bon livre qui vous fait totalement basculer de l'autre côté , sans savoir vraiment de quel côté
C'est l'histoire de Aomané et Tengo écrivain , deux solitaires qui se trouvent se retrouvent de l'autre côté dans une autre dimension.

Troublant nous mène vers une réflexion sur le temps, sur la vie

Un mauvais Murakami

4 étoiles

Critique de PGStats (Montréal, Inscrit le 28 juin 2011, 67 ans) - 23 juin 2013

Une fois n'est pas coutume, 1Q84 est le premier ouvrage de Murakami qui me déçoit à ce point. Comment un éditeur a-t-il pu laisser passer une telle chose, l’imprimer en trois volumes et sur du beau papier?
Si comme moi vous n’arrivez pas à croire ce qu’on en dit, empruntez le premier volume à une bibliothèque et voyez par vous-même (n’enrichissez pas les Éditions Belfond, une maison qui méprise ses clients). Ne comptez pas non plus sur les volumes subséquents pour réchapper le premier; c’est peine perdue.


Passez votre chemin

1 étoiles

Critique de CactusDrummer (, Inscrit le 18 juin 2013, 37 ans) - 18 juin 2013

Murakami est un auteur avec des hauts et des bas dans son écriture.

Il était lors de l'écriture de cette saga, définitivement, au fond du trou.

Tout a été résumé dans les autres critiques. Espérons donc pour la carrière de cet auteur que c'est sa maison d'édition qui a demandé un style simple, long, et répétitif. Sinon, les prochains ouvrages seront aussi à enterrer.


C'est pas l'éclate totale...mais bon!

6 étoiles

Critique de Prouprette (Lyon, Inscrite le 5 février 2006, 40 ans) - 5 juin 2013

Effectivement, il n'y a rien de transcendant dans ce livre... le départ est mou, le lien entre chaque élément est long à se faire... il y a des passages ultra chiants où on nous parle de choses inutiles pour l'histoire... et il y a énormément de répétitions (si on n'a pas compris qui étaient les Précurseurs, on le saura jamais!)

Mais finalement, ça se lit... et on accroche, parce qu'on veut savoir comment ça se termine.

je compare ça à une série télévisée où ils coupent la série au moment de suspense total... comme des niais, on veut savoir la suite... alors on se lance dans le tome 2 avec une quasi certitude d'être déçu... mais bon! C'est ça qui fait les ventes^^

Un premier jet sympathique, mais il reste du travail avant publication... Ah, pardon, on me dit dans l'oreillette qu'il est déjà publié.

5 étoiles

Critique de Mallollo (, Inscrite le 16 janvier 2006, 42 ans) - 29 mai 2013

Aomamé porte un prénom qui signifie "pois" et est une tueuse au poinçon, Tengo est un mathématicien-écrivain qui vit à horaire régulier. Ils se sont connus enfants, puis perdus de vue. D'ailleurs les 400 pages de ce premier livre relatent séparément, systématiquement un chapitre après l'autre, leurs histoires, qui ne finiront par se rejoindre qu'une fois ce volume refermé (j'ose du moins l'espérer). Au cœur de l'intrigue: la secte des Précurseurs, les Little People, l'écriture de "La chrysalide de l'air" par une jeune dyslexique et sa réécriture par Tengo, l'existence (ou l'apparition?) d'une seconde lune dans le ciel japonais et la réécriture de l'Histoire, à la Big Brother.

Le menu met l'eau à la bouche, non? Sans connaître la littérature japonaise mais peut-être en la fantasmant un peu, je me suis dit que je tenais là une bombe littéraire potentielle. J'ai ouvert le livre et la bombe a fait "pof".

Je ferais volontiers le parallèle entre ce livre et "La chrysalide de l'air", avant réécriture par Tengo. Il y a de l'idée, les pièces du puzzle sont bien amenées et donnent envie d'en savoir davantage. Mais quelle platitude dans l'écriture! J'ignore si c'est à cause de la traduction, le style m'a semblé ne pas du tout se mettre au service de l'histoire (à part dans les dialogues avec Fukaéri, dont le parler particulier est bien rendu). Je m'attendais (à tort peut-être, je n'ai jamais lu d'autre roman de Murakami) à un style sobre mais poétique. Je l'ai trouvé plat et cru.

Sans parler des longueurs... en extrapolant ma lecture aux 3 volumes, et en appliquant la recette de Tengo pour la réécriture de La chrysalide de l'air, on pourrait probablement couper de nombreux passages, en réduire d'autres, et obtenir un roman bien meilleur.

En un mot: pas à la hauteur de mes espérances... mais je tiens bon et passe au livre 2, par curiosité pour l'intrigue.

Excellent

9 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 64 ans) - 28 mai 2013

Quelle surprise. Je partais dans un état d'esprit particulièrement négatif. "Kafka sur le rivage" m'avait désabusé ce qui m'avait valu un verdict sans appel de ma fille comme quoi j'étais un vieux rétrograde !
1q84 c'est la surprise et dès les premières pages je suis tombé sous le charme. Le schéma est construit par des chapitres assez courts de 30 à 40 pages qui évoquent alternativement les vies des deux protagonistes principaux du roman... Tengo et Aomamé.
C'est beau, d'un style dénudé qui ne manque pas d'accrocher le lecteur.
Toutefois les paragraphes se croisent et parfois les répétitions sont un peu pesantes.
Autre point qui me gêne un peu chez Murakami c'est cette foison de détails sur la sexualité de ses personnages ! le texte n'aurait-il pas gagné d'un peu de retenue ?

Indigence ?

1 étoiles

Critique de Insider (EYSINES, Inscrit le 25 avril 2011, 64 ans) - 9 mai 2013

Que d'étonnement à la lecture de cet incompréhensible succès planétaire !

Intrigue indigente, style approximatif, répétitions à n'en plus finir, descriptions inutiles toutes les 2 pages (Elle prit la tasse bleue par l"anse délicate: une légère fumée nappait le liquide etc.... l'auteur est-il rémunéré à la page ?)

Bref une immense déception: si l'on considère qu'elle va nous être infligée sur 1500 pages, un seul conseil s'impose... amis de la littérature fuyez et gardez votre temps et votre curiosité pour des ouvrages qui en valent la peine.

Il y a tellement mieux venant du Japon...

1 étoiles

Critique de Yotoga (, Inscrite le 14 mai 2012, - ans) - 7 avril 2013

Je n'ai aucune expérience avec les oeuvres de science fiction et n'étant pas experte, je ne peux pas me permettre une critique sur le contenu. Ayant lu 1984, je m'attendais à une vision société contre deux individus... Ici, on retrouve une communauté principalement agricole, communiste, qui se divise en deux fractions modérée et combattante pour entrer dans une nouvelle ère : l'Aube.

La frontière entre le monde réel, 1984 et le monde parallèle, 1Q84 est visible jusqu'au milieu du livre. Ensuite, le lecteur est confronté à la question est-ce la réalité ou l'apparence de la réalité ? Qui contrôle les médias et leurs rapports et pourquoi ?

Peut-être faut il avoir lu les 3 tomes de 1Q84 pour pouvoir critiquer correctement le fond ?

Mais sur la forme...
Le livre ne décolle pas. Il faut atteindre la page 200 pour que le monde parallèle apparaisse, et encore, il tombe comme un cheveu sur la soupe, sans aucune explication. Aomamé l'appelle 1Q84 avec le Q pour Question. Est ce juste une folie ? Est-ce réel ? Je suis trop pragmatique pour ce genre de récit...

Les scènes sont décrites avec tellement de détails que le personnage principal a besoin de 6 pages pour descendre un escalier...(p. 57-62). A ce rythme là, c'est facile d'écrire trois livres à 24 € pièce... Alors, je pense que pour critiquer correctement, il faut comprendre et donc lire les 3 tomes...

Déçue

5 étoiles

Critique de Melannni (, Inscrite le 7 janvier 2013, 39 ans) - 12 mars 2013

Tant d'éloges entendus sur ce livre !!!! J'avoue qu'après l'avoir lu, je n'ai pas bien compris ce que tous ces lecteurs lui avaient trouvé. J'ai mis près de 2 mois à le finir tellement j'ai trouvé la narration ennuyeuse. Contrairement aux autres oeuvres de Murakami, 1Q84 manque de peps. Certains passages sont parfois répétés 3 fois de façon quasi identique et ce, à quelques pages d'intervalle. Certaines descriptions n'en finissent pas et sont d'un ennui mortel... Cela fait parfois l'impression que l'auteur a été payé au nombre de caractères ! J'ai été très déçue par ce nouvel opus, très en dessous de "Kafka sur le rivage " (pour n'en citer qu'un).

De plus les passages érotiques, parfois utiles pour décrire la complexité des personnages, sont cependant trop nombreux et vides de sens pour comprendre l'histoire dans la plupart des cas. Ce n'est pas ce qu'on cherche quand on ouvre un livre de Murakami, si on veut de l'érotisme en général, on lit autre chose...

Je ne sais pas encore si je lirai les deux autres tomes de cette suite, l'intrigue y est quand même intéressante.

1Q84: tome 1

8 étoiles

Critique de Sarazohra (, Inscrite le 3 mars 2012, 36 ans) - 10 février 2013

Ce livre est très prenant. Il raconte l'histoire de deux protagonistes Tengo et Aomamé. La mise en page est elle que leur histoire s'alterne un chapitre sur deux. On a vite envie de savoir l'histoire de l'autre ainsi de suite et il est donc IMPOSSIBLE de s'arrêter.

Cela se passe dans deux espaces temps: 1984 et 1Q84. Au final au bout du tome 1 on n'en sait pas beaucoup plus. Comment entrer? Comment sortir? Comment c'est arrivé? Qui est où? Cela donne envie donc de lire les autres tomes.

J'ai remarqué forcément quelques références à Orwell et à son célèbre ouvrage 1984. Cela m'a fortement donné l'envie de le lire.

Vite le 2e!!!

Surprenant de décalage...

4 étoiles

Critique de Colt (, Inscrit le 26 août 2010, 52 ans) - 29 janvier 2013

Une fois le livre posé, c'est la question que je me suis posée : Pourquoi un tel décalage entre mon sentiment sur ce livre et celui clamé par les médias ?
Ces derniers se sont répandus en louanges. Pour ma part, je me suis souvent ennuyé, au point de sauter des morceaux entiers de texte. La trame du scénario n'est pas très originale, même si elle est intéressante. L'écriture est souvent trop descriptive (10 pages pour décrire une fille qui descend un escalier !) et digressive, ce qui alourdit l'ensemble. L'auteur prend plaisir à ajouter des moments d'érotisme (plus ou moins réussis) comme ces pages consacrées à l'interrogation de l'héroïne sur la taille du pénis de son partenaire. La séquence dure 10 pages, avec redite des questions et des réponses. On a l'impression que ça tourne en rond...avec pour seul prétexte de parler de sexe crûment (et sans intérêt). Est-cela qui a séduit quelques lectrices ?
J'en viens donc à me demander pourquoi ce livre remporte un tel succès ? A lire les commentaires ici et là, je comprends que le succès est plus commercial (bonne orchestration marketing) que littéraire.

Un peu ennuyeux

5 étoiles

Critique de Incognito (, Inscrite le 13 septembre 2012, 44 ans) - 13 septembre 2012

Je n'ai pas été emballée par ce 1er tome. Bien sûr il y a l'univers si particulier de H.Murakami, les personnages sont intéressants, cependant, j'ai trouvé l'histoire creuse mais embrouillée. Pour tout dire je me suis ennuyée. Par rapport aux autres livres de l'auteur je trouve qu'il manque quelque chose. D'ailleurs je ne me suis pas encore attaquée aux tomes suivants dont j'ai entendu dire qu'ils étaient en dessous du 1er.

Chef d'oeuvre à la japonaise

8 étoiles

Critique de POOKIES (MONTPELLIER, Inscrit le 16 août 2006, 47 ans) - 10 juillet 2012

C'est l'histoire de Aomamé et de Tengo.
L'une est tueuse à gage et et ne se débarrasse exclusivement que de maris violents ou incestueux. C'est une personne extrêmement froide et réfléchie.
L'autre est professeur de mathématiques et a pour passion l'écriture. Lorsque son éditeur lui demande de réécrire les prémices d'une jeune adolescente dyslexique pour gagner un concours de jeunes écrivains, sa vie va basculer.
Chaque chapitre évoque la vie de ces deux protagonistes qui ne sont pas communs. On vit, on respire et on souffre avec eux.
Quelques touches de science fiction parsemées de-ci de-là.
Ce roman est magnifique... mais que nous réserve la suite?
Rendez-vous au livre 2.

Attirée par ce livre

6 étoiles

Critique de GiLau (Annecy, Inscrite le 18 septembre 2010, 61 ans) - 27 mars 2012

Ce livre dans ma librairie favorite m'a tout de suite attirée... Cette couverture jaune pâle était comme un aimant. J'ai longtemps hésité moi qui n'achète que des petits formats (que je trouve plus pratiques) et puis j'ai craqué n'y tenant plus !
Le livre est resté à la maison une semaine sans être touché, nous avions besoin de nous apprivoiser. Alors je l'ai commencé. Je connaissais intentionnellement très peu l'histoire et j'ai d'abord été déroutée par le style d'écriture... très... japonais... Et puis je me suis habituée après avoir remis l'intrigue dans le contexte.
Ce livre est d'abord une immersion dans la société japonaise c'est ce qui m'intéresse le plus.
J'ai acheté le 2ème tome et c'est à la fin de l'histoire que je me ferai mon opinion globale.
On ne peut définitivement pas s'arrêter à la fin du 1er livre de la trilogie !

"Les choses et l'apparence , c'est différent ! "

7 étoiles

Critique de Frunny (PARIS, Inscrit le 28 décembre 2009, 58 ans) - 23 mars 2012

Poki a ouvert le bal de façon magistrale et résumé fidèlement ce 1er tome .
2 histoires parallèles ; celle de Aomamé ( La Nikita de Luc Besson ) et de Tengo ( Musculeux prof de math et écrivain à ses heures libres )
On s'attend à ce que les histoires se rejoignent à un moment donné et on guette les indices qui les feraient converger .
Mais - au moment ou ça pourrait coller - l'auteur nous plonge dans l'imaginaire ( les 2 lunes , les Litte people , .... )
2 histoires haletantes qui font que les chapitres défilent rapidement . Une impression de marcher sur du sable sans assise franche et stable .
Les personnages centraux sont écorchés vifs ; on décèle des enfances chaotiques.
Une trame commune ; la violence des hommes , les séquelles psychologiques de l'enfance maltraitée , le ravage des sectes.
Je garde une impression générale plutôt positive de ce tome 1.
@ suivre ...

Cartésiens s'abstenir!

7 étoiles

Critique de Killing79 (Chamalieres, Inscrit le 28 octobre 2010, 44 ans) - 12 mars 2012

Après avoir lu "Kafka sur le rivage", je compte parmi les adeptes du style Murakami. Et "1Q84" en est encore un parfait exemple. Le roman nous narre deux aventures parallèlement liées, et qui restent en phase avec la réalité, une bonne partie du volume. La part d'irrationalité n'intervient que par brides, et je comprend qu'elle puisse déstabiliser le non-initié, au premier abord.
Murakami crée de la magie qu'il intègre à un monde tangible, et c'est là que la poésie opère ou n'opère pas.
Ce premier tome se lit rapidement même si le rythme n'est pas forcément très élevé, et j'ai hâte de voir ce que Murakami nous réserve pour la suite. Il semble avoir posé les bases, il ne lui reste plus qu'à entrer dans le dur... car je ne pourrai apprécier la qualité de cette histoire que sur la totalité de l'oeuvre.

Un début attractif

7 étoiles

Critique de PA57 (, Inscrite le 25 octobre 2006, 41 ans) - 2 décembre 2011

Ce premier tome nous fait plonger dans le Tokyo des années 80, au travers de deux personnages, Aomamé et Tengo, d'une trentaine d'années. A priori, rien ne les lie, les chapitres alternent, un concernant Tengo et un Aomamé. On sent dès le début que ces deux personnages sont liés par un lien quelconque, et qu'ils vont devoir être amenés à se rencontrer tôt ou tard.
L'univers plonge dans le fantastique peu à peu et l'on se prend dans l'histoire. J'ai beaucoup aimé la façon d'alterner les chapitres concernant l'un puis l'autre. Chaque chapitre s'arrête sur de sorte à ce que l'on ait envie de lire le suivant, ainsi, cela se lit très vite.
Un bon début qui donne envie de lire la suite.

Les fantasmes du Japon contemporain

8 étoiles

Critique de Tanneguy (Paris, Inscrit le 21 septembre 2006, 85 ans) - 20 novembre 2011

Une des clefs de ce roman réside à mon avis dans la discussion de Tengo avec son éditeur au moment d'entreprendre la ré-écriture du texte de la jeune Fukuéri : ils considèrent l'un et l'autre que la qualité d'un roman tient à la fois de l'originalité du récit et de la qualité du style qui doit être facilement accessible au lecteur. Et c'est ce que l'on constate dans 1Q84 !

C'est avec plaisir que l'on "dévore" ce long roman de Murakami tout imprégné des fantasmes du Japon de cette époque, en particulier les sectes violentes !

Découvrez vite les nombreux personnages originaux et attachants qui vivent dans un Tokyo très présent et fidèlement rendu.

Basculement en douceur vers un monde parallèle

8 étoiles

Critique de Isad (, Inscrite le 3 avril 2011, - ans) - 19 novembre 2011

Le rythme est paisible. L’approfondissement de la psychologie des personnages est mené sans ennui et la plupart des chapitres se terminent par un mini-suspense ou une attente, si bien qu’on a envie de poursuivre la lecture pour connaître la suite.

L’étrangeté monte progressivement, surtout du côté du récit d’Aomamé (coach sportif, masseuse et tueuse d’hommes auteurs de violences conjugales) qui repère de plus en plus de signes. Elle se demande calmement si le problème vient de son esprit ou du monde qui l’entoure et baptise IQ84 ce décalage. Chez Tengo, c’est plutôt une sourde inquiétude qui émerge car il sent que sa vie bien réglée de professeur de math et aspirant écrivain va se modifier.

Au fil des pages, on en apprend plus sur l’enfance triste d’Aomamé dont les parents étaient des Témoins (de Jéhovah) qui devait suivre sa mère dans le démarchage de nouveaux adeptes et de Tengo, obligé d’accompagner son père qui réclamait la redevance audiovisuelle aux mauvais payeurs le dimanche.

Les chapitres alternent entre leurs 2 histoires. Seul le fait qu’ils aient été dans la même classe alors qu’ils avaient 10 ans et repensent au fait qu’ils se sont alors tenus brièvement la main les relie.

IF-1111-3806

Pas emballée

5 étoiles

Critique de Saperlipop (, Inscrite le 8 mars 2006, 42 ans) - 5 novembre 2011

Alors là, je rejoins complètement LaCritiqueuse. Ce livre se laisse lire, l'écriture est assez agréable mais l'ensemble est plutôt fade. Oui, il y a une histoire qui se tient, des personnages denses mais il manque un petit quelque chose. C'est assez rare d'avoir un avis aussi mitigé mais j'ai du mal à me prononcer sur ce livre. En tout cas, je ne le conseillerai pas !
Peut-être que comme dans le livre, l'auteur aurait eu besoin d'un ghost writer...

Partagée…

6 étoiles

Critique de LaCritiqueuse (, Inscrite le 14 avril 2011, 35 ans) - 25 octobre 2011

Franchement je ne sais pas trop quoi penser de ce 1er tome ; j’ai trouvé un certain plaisir à cette lecture –sinon je ne l’aurais pas menée jusqu’au bout- mais les petits bémols se sont accumulés au fur et à mesure.

Pour étayer un peu mon propos, je dirais que l’histoire est très intéressante –le côté plus ou moins réaliste de celle-ci m’a beaucoup plu. Parce que le mystère mystérieux des petits-hommes qui sortent de la bouche des gens (sic), je ne le sens pas du tout… je ne sais pas comment l'auteur va se dépêtrer pour nous faire gober un truc aussi gros. Les personnages sont très bien construits, fouillés en profondeur, attachants malgré leur travers. J’aime bien aussi le côté destins-liés de l’intrigue. Cependant, j’ai trouvé certains passages inutiles, longuets, répétitifs (je ne sais pas combien de fois l’auteur a précisé que la petite amie de Tengo avait dix ans de plus que lui, mais ça a chiffré), d’autres encore me parurent franchement ridicules ; notamment les descriptions des vêtements et la mention de la marque de ceux-ci. Qu’est-ce qu’on s’en fout franchement ! De plus les scènes de sexes éparpillés à tout va ne sont pas du tout là pour nourrir le texte. J’ai eu parfois l’impression que l’auteur les mettait à intervalle régulier comme pour réveiller un peu le lecteur ou peut-être pour jouer sur le côté "fantasme" de certaines scènes. Pour ma part j’ai trouvé ça plutôt lourd.

Bref, je suis plutôt partagée. Je vais lire le 2ème tome et voir comment tout ça va évoluer…

Captivant....

9 étoiles

Critique de Snow (, Inscrit le 28 août 2011, 47 ans) - 18 octobre 2011

La vie suit son cours, les choses sont, les choses changent.
De tous les adjectifs qui ont servi lors de la présentation de l'oeuvre par la presse, un s'en échappe volontiers: hypnotique!!

J'ai toujours pensé, à tort, que la culture japonaise trouvait sa plénitude dans le mouvement, la gestuelle, le dessin ( le théâtre, les mangas ) et que la partie littéraire était plus convenue moins recherchée, marginalisée, en tout cas qui ne recelait pas d'oeuvre à même de m'attirer et voilà que M.Murakami est entré dans ma vie.....

La réalité est faite d’évidences mais dans le monde d'1Q84 de petits soubresauts viennent voiler les certitudes d'Aomame, c est comme lorsqu'on regarde un tableau, tout le monde y voit le même ensemble mais en y regardant de plus près, les détails semblent évoluer différemment d'après l'oeil qui les observe, est-ce nous ou le tableau qui nous les dévoile ?

Le monde d'Aomame et de Tengo semble s’échapper d'un tableau, les choses sont, les choses changent et la " chrysalide de l'air" apparait comme un acteur aussi important que son jeune auteur mais en dire plus serait déflorer l'intrigue....

On ne peut tout lire comme l'on ne peut tout savoir mais il y a peut-être une petite certitude à avoir c'est que la lecture de ce roman procure un réel plaisir....

Forums: 1Q84 - Livre 1, Avril-Juin

Il n'y a pas encore de discussion autour de "1Q84 - Livre 1, Avril-Juin".