Les Petits de Christine Angot

Les Petits de Christine Angot

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Dirlandaise, le 22 juin 2011 (Québec, Inscrite le 28 août 2004, 67 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (25 481ème position).
Visites : 2 972 

Une vie de couple tumultueuse

Je découvre Christine Angot avec son plus récent livre qui raconte l’histoire d’une liaison prometteuse au départ, ayant connu de beaux moments, ayant donné au monde quatre beaux enfants mais qui a, hélas, tourné au vinaigre pour sombrer définitivement dans le labyrinthe tortueux des procédures judiciaires et de la médiation familiale.

Suite à quelques recherches sur la vie de madame Angot que je ne connaissais pas du tout, j’ai lu quelques articles sur cet ouvrage dans lesquelles on mentionne le fait que cette histoire serait celle de son copain martiniquais et de son ex. J’ai alors compris tout le parti pris dont elle fait preuve en décrivant les comportements tyranniques et irascibles d’Hélène, la conjointe de Billy. De la femme douce et aimante du début, elle se transforme peu à peu en véritable tyran domestique, ne supportant pas la moindre saleté dans la maison et le moindre écart des règles qu’elle a fixés pour sa petite famille. Le pauvre Billy y fait figure de saint et martyr aux prises avec une méchante persécutrice. Le pauvre homme est poussé à bout et finit par frapper sa conjointe ce qui déclenche toute la procédure judiciaire qui happe le couple et l’aspire dans une spirale sans fin de violence et de méchanceté. Hélène déploie tout son talent afin de nuire aux bonnes relations que Billy s’acharne à maintenir avec ses enfants. Hélène est d’une dureté et d’une cruauté assez pénible et Billy supporte cela avec héroïsme.

Sachant le contexte de l’écriture de ce livre, le lecteur peut-il vraiment croire au récit de madame Angot ? Je crois qu’elle manque d’objectivité mais elle a fait des efforts pour rétablir les faits vers la fin. J’aime bien son style d’écriture, ses phrases courtes décrivant tout avec minutie et un réalisme étonnant. Elle dépeint la vie du couple avec ses hauts et ses bas, les bons moments et aussi les drames. Elle se pose en narratrice et c’est vers le milieu du récit qu’elle entre en scène en tant que nouvelle petite amie de Billy.

Malgré tous les reproches et les mauvaises critiques dont elle est l’objet, j’aime bien ce genre de femme. On lui reproche sa méchanceté et le fait d’écrire uniquement sur sa vie mais enfin, les écrivains n’ont-ils pas le droit d’écrire ce qu’ils veulent ? Il est vrai qu’elle règle quelques comptes personnels mais cela ne m’a pas particulièrement dérangée.

C’est un livre sur la difficulté d’établir un couple stable lorsque les différences de caractère et de culture sont si évidents malgré le fait qu’on s’aime. Le temps finit par faire son œuvre et la passion se transforme en haine. Les qualités qui nous charmaient au début chez l’autre deviennent des défauts qu’on n’arrive plus à supporter. Oui, j’ai aimé et je crois bien que je vais lire d’autres œuvres de cette femme dont j’apprécie le caractère.

« Hélène vient d’avoir quatre enfants coup sur coup. Elle est fatiguée. Elle n’en peut plus de cette vie. Il n’est jamais là. Ça s’est dégradé. Ils n’ont pas d’argent. Il ne s’investit plus. Il parle fort. Quand il est là, il dort l’après-midi. Elle gère les enfants toute seule. Elle en a toujours un sur le dos, dans le ventre, dans les bras. Il n’est pas là pour les anniversaires. Elle a des problèmes de dos. Il ne faut pas qu’elle retombe enceinte. Son ex-mari l’insulte à chaque coup de fil parce qu’elle vit avec un Noir. »

« Il voit l’immensité du piège, c’est impossible de ne pas tomber dedans. Il s’en rend compte dans ce couloir. Il a devant lui une image réelle. C’est l’image première, non retouchée, c’est l’image clé. Il n’y a pas de mensonge là. Les gens sont nourris avec de la merde. Les types commencent à taper sur les barreaux le soir. Ils tapent toute la nuit. Il n’y a rien d’autre à faire à part taper sur les portes. »


Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Otages

7 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 64 ans) - 22 mai 2016

Tout d'abord, c'est l'écriture qui m'a gênée. Les phrases courtes, dures, percutantes ne me semblaient pas convenir à cette histoire d'amour qui commençait entre Billy et Hélène.
Puis, arrivent les enfants. Stupeur devant l'inconscience d'un couple, peu stable surtout financièrement. Le drame couve, la tension monte jusqu'à la séparation dans des conditions terribles.
Inconscience, mais aussi conscience du rôle de père, de la place d'un homme noir dans la société.
"Là, c'est autre chose. Là il voit. Il voit vraiment. Des Noirs et des Arabes partout dans les cellules. En majorité, en tout cas chez les mecs…. Il se rend compte qu'il est un Noir de plus qui a tapé sa femme blanche avec son coude. C'est comme ça."

L'apparition du "je" est une véritable surprise. Ôtant le côté roman pour devenir témoignage.
Difficile alors de se retrouver dans ce roman, qui n'en est plus tout à fait un, rendant peut-être moins crédible la suite de la relation entre le père et la mère des enfants pour cause de parti pris.

J'ai abordé sans aucun préjugé cette lecture confondante. La descente aux enfers du père m'a émue, ainsi que le sort de ces enfants pris en otages par une mère malade.
Un récit édifiant jusqu'à la rencontre entre le héros et l'auteure. Et à la lecture des articles et de la polémique à la sortie du "roman", je comprends mieux mon malaise. Dommage...

Un texte coup de poing ...

7 étoiles

Critique de Ndeprez (, Inscrit le 22 décembre 2011, 46 ans) - 17 janvier 2013

En premier lieu je fus surpris du parti pris de l'auteure , clairement du côté de Billy , l'homme bafoué , qui a fait 4 enfants a une femme vénale , manipulatrice, membre d'une secte qui tente de le mettre en prison , qui l’éloigne de ses enfants , qui l'humilie lui le gentil papa qui travaille d'arrache-pied pour gagner l'argent afin de faire vivre sa famille , qui aime passionnément ses enfants , qui est doux , gentil et attentionné.
Puis tout s'eclaircit dans le tout dernier paragraphe, Angot raconte la vie de son mec du moment !
Et bien tout cela n'est pas bien grave, tellement ce texte vous rappelle combien on peut déchirer rapidement ce qu'on a aimé follement.
La lente descente aux enfers d'un couple où tout est permis pour "tuer l'autre", même si on doit pour cela surexposer ses enfants.

Forums: Les Petits

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les Petits".