Le Bébé de Marie Darrieussecq

Le Bébé de Marie Darrieussecq

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Chat pitre, le 30 avril 2002 (Linkebeek, Inscrite le 23 février 2001, 52 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (25 452ème position).
Visites : 4 601  (depuis Novembre 2007)

Areuhhhh, ouin, ouin!!!!

Fascinant petit être qui envahit nos vies et surtout nos nuits. Marie D. jeune maman et surtout écrivain éprouve le besoin après la naissance de son enfant de parler de ce bébé qui fait maintenant partie de sa vie. Elle décide donc d'écrire ce livre, vital pour elle, alors qu’il sort de son style percutant que l'on connaît avec Truismes et Naissances des fantômes. Sans aucune peur, elle nous livre ce livre bouleversant de franchise et d’honnêteté. Un texte simple mais qui chante comme une comptine les bonheurs, mais aussi les angoisses d'une jeune mère. Le ton est juste , les mots bons et drôles parfois. Je me suis, à plus d’une fois, reconnue dans ce livre et je le conseille vivement à toutes les jeunes mamans qui, remplies de sentiments nouveaux, n’arrivent pas toujours à les comprendre. Ce livre résonne dans le coeur des mamans.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un aperçu honnête de la maternité

8 étoiles

Critique de Gabri (, Inscrite le 28 juillet 2006, 36 ans) - 9 mars 2011

J’ai aimé ce livre pour l’honnêteté avec laquelle le thème de la maternité y est traité. L’auteure ne tente pas de nous convaincre du bien-fondé d’avoir un enfant, ni de nous faire rire ou tourner les pages plus rapidement. Elle enchaîne les anecdotes de la première année suivant la naissance de son bébé avec franchise et transparence, n’ayant pas peur d’évoquer l’ennui ou même l’inceste. C'est intriguant et très plaisant à lire!

Ennuyeux comme la pluie

3 étoiles

Critique de Jemangeleslivres (, Inscrite le 25 mai 2004, 49 ans) - 21 octobre 2005

Après le redoutable "Truismes", souvenir de lecture lointain mais exécrable, je m'étais promis d'éviter Marie Darrieusssecq pour toujours... j'ai fini par oublier ma promesse pour essayer "Le bébé", ces jours derniers. Le sujet me paraissait original et curieux et les critiques, ravies, que j'ai pu lire ici même ont achevé de me convaincre. J'aurais franchement mieux fait de tenir mon engagement premier: bien fait pour moi. Ce "bébé" là est d'un ennui mortel... inodore, incolore, sans saveur, et surtout sans âme... le genre "volontairement décousu" qu'utilise M.Darrieussecq n'a fait qu'accroître mon ennui et j'ai eu bien du mal à arriver bout de son bébé... Bref je n'ai pas aimé.

Darrieussecq, c'est fini pour moi. Pour de bon!

Jeunes mamans, ce livre est pour vous !

9 étoiles

Critique de Saint-Germain-des-Prés (Liernu, Inscrite le 1 avril 2001, 55 ans) - 16 août 2005

Ce livre est à conseiller aux femmes enceintes et à celles qui viennent d’avoir un bébé. Il ne s’agit pas d’une énième encyclopédie, d’un manuel supplémentaire à l’usage des futures mères. C’est une jeune maman qui raconte son expérience, le plus simplement du monde. Et ça fait mouche ! Les réflexions de Marie Darrieussecq sont sincères, déculpabilisantes, drôles, tendres. Pas de longues considérations, pas de philosophie à trois sous, pas de phrases superfétatoires. Qualités fort appréciables quand on voit la logorrhée habituelle et gnangnan. C’est que, parler « bébé », ça fait vendre ; c’est un secteur, avec les pompes funèbres sans doute, qui a encore de beaux jours devant lui… Or, on assiste ici à l’inverse : on sent Marie Darrieussecq dans la nécessité d’écrire l’indescriptible, de raconter cet amour indicible, de montrer la fugacité, de circonscrire ce qui échappe.

Un exemple de l’humour dont elle est capable : « Le bébé sait dire oui et non : il repousse la tétine de la langue, ou il l’enfourne. Cet acquiescement, ce refus, ne dépendent que de lui. Sur la tétine s’exercent son pouvoir et sa volonté. C’est elle qui initie sa structuration neuronale : oui et non, 0 et 1.
La tototte fonde le binaire. Elle inaugure la dialectique. »

Forums: Le Bébé

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le Bébé".