Dehors il fait beau... Hélas! de Patrick Sébastien

Dehors il fait beau... Hélas! de Patrick Sébastien

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Nothingman, le 4 mars 2011 (Marche-en- Famenne, Inscrit le 21 août 2002, 43 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 3 522 

A l'instant et à l'instinct

Son précédent livre avait été une sacrée surprise. Patrick Sébastien, puisque c'est de lui qu'il s'agit, y racontait avec émotion les derniers instants passés auprès de cette mère majuscule que fut la Dédée, comme on l'appelait là-bas près de Martel. Surprise aussi parce qu'au delà de l'amuseur public, j'avais découvert une sincère et jolie plume. Et bien, Patrick Sébastien nous revient usant de la même technique d'écriture pour raconter ses instants vécus, ses désillusions, ses petits ou grands souvenirs, chagrins ou grands bonheurs,...
"J'ai décidé d'écrire pendant deux mois. Juillet, août. En diapos d'été. En instantané. À l'instant et à l'instinct, comme j'aime tant le faire. Sans préméditation. Et sans rature comme je te l'ai confié. Plaisir d'humeur." C'est sans doute là aussi que réside ma plus grande critique. Après la surprise du précédent roman, on sent que Patrick Sébastien a trouvé la bonne technique, le bon filon, au risque parfois de se répéter. Mais, l'ensemble se laisse lire avec plaisir néanmoins. Ceux qui ne l'ont pas encore lu, par contre, risquent aussi d'être surpris par des phrases toujours bien senties.
Les premières pages sont évidemment consacrées à sa mère, qui n'a pas disparu. Selon lui, elle continue à l'accompagner au jour le jour, tel le Gemini Cricket de Pinocchio. Ange gardien, elle continue à veiller sur sa destinée. Certaines pages de ce livre sont d'ailleurs le fruit d'un dialogue entre lui et sa mère. C'est assez surprenant.
Entre autres sujets, il évoque sa fille adoptive Lily, la fameuse malédiction de Piaf (la chanteuse en noir porterait en effet malheur), des synchronicités troublantes, la maladie, ses petits et grands coups de gueule sur le milieu du show-bizz comme de la politique. Il évoque le Dard, le mouvement pour plus de respect et de dignité qu'il a porté sur les fonds baptismaux avant de se rétracter. Même s'il ne s'épanche pas trop sur ce sujet, on sent que ce fut pour lui une grande désillusion. Il parle comme personne de son Sud-Ouest natal. "La page blanche est la meilleure des psychanalyses", conclut-il
Un livre une fois de plus sincère, quoiqu'un peu répétitif par rapport au précédent. Un bon moment de lecture toutefois.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Dehors il fait beau... Hélas!

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Dehors il fait beau... Hélas!".