Gonzo Highway : Correspondance de Hunter S. Thompson de Hunter Stockton Thompson

Gonzo Highway : Correspondance de Hunter S. Thompson de Hunter Stockton Thompson
(Fear and loathing in America)

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Traffic, le 22 septembre 2010 (Marseille, Inscrit le 21 septembre 2010, 53 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (37 930ème position).
Visites : 3 833 

Poste restante

La brillante correspondance de Hunter S. Thompson est telle qu'il s'en étonnait lui même encore plus passionnante que ses écrits gonzo. A vrai dire, il révèle au fil des courriers sa personnalité à travers des postures et des fantaisies absolument désopilantes.

La période couverte dans le livre correspond à sa période d'activité littéraire et politique. On y trouvera tout autant des écrits aux plus grands de ce monde (Nixon, Faulkner, Tom Wolfe, Joan Baez) comme nombre de petites perles comme ce courrier à un catalogue de vêtements où il explique qu'il ne va pas garder une veste de chasse car les caractéristiques ne correspondent pas au descriptif du catalogue. La manière est succulente. Il écrira également à un directeur de chaine de télé pour lui reprocher les inexactitudes des programmes et la durée des écrans publicitaires.

On y découvre les méandres et les nombreuses tentatives d'éclosion à la littérature de l'auteur de Las Vegas Parano.

Le verbe est haut, la formule drôle et agressive, la finesse est cachée juste derrière. Les tranches de vie d'un auteur par lui même. Incontournable pour tout lecteur intéressé par l'âge d'or des beatniks et des seventies.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Gonzo Highway [Texte imprimé], correspondance de Hunter S. Thompson traduit de l'anglais (États-Unis) par Nicolas Richard
    de Thompson, Hunter Stockton Richard, Nicolas (Traducteur)
    10-18 / 10-18. Série Domaine étranger
    ISBN : 9782264044778 ; 7,31 € ; 05/03/2008 ; 623 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Gonzo correspondance

6 étoiles

Critique de AmauryWatremez (Evreux, Inscrit le 3 novembre 2011, 53 ans) - 4 novembre 2011

"Gonzo Highway" - Hunter Thompson
Ce livre regroupe les deux volumes de correspondance de l'auteur de "Fear and loathing in Las Vegas" et qui est aussi l'inventeur du journalisme "gonzo", c'est-à-dire un journalisme presque littéraire, très subjectif mais qui enquète et se documente sur les sujets dont il parle. On se dit donc qu'il n'y a plus beaucoup de journalistes "gonzo" en France.

Hunter Thompson est souvent catalogué comme un auteur "culte" (mot que l'on emploie à tort et à travers, une bonne fois pour toutes, "culte" se dit d'un film ou d'un livre confidentiel au départ mais qui a fini par obtenir un petit succès à cause de quelques initiés qui font connaître l'oeuvre, Hunter Thompson écrivait dans "Rolling Stones", il y a plus confidentiel) et on parle surtout de lui à cause des drogues qu'il a absorbé ou de l'alcool qu'il a descendu, et il en a descendu effectivement quelques litres le bougre. Encadrer quelqu'un comme hors-norme d'entrée du fait de ses dérives éthyliques ou psychédéliques c'est déjà le cataloguer sans réfléchir et en quelque sorte oublier l'essentiel, et s'excuser plus ou moins consciemment de rester bloqué dans son confort intellectuel, c'est oublier l'aspect primordial de son esprit qui est le style du bonhomme et son individualisme, son indépendance doublés d'une très forte propension à l'indocilité ce qui me le rend d'office très sympathique. Ce n'est pas qu'il soit une sorte de rebelle professionnel que l'on trouve partout dans les soirées mondaines, Hunter se fout complètement de cette société hypocrite et des convenances, en particulier du respect que l'on devrait avoir envers une personne qui n'a de plus que vous qu'un papier administratif honorifique encadré dans son salon voire un mandat grâce aux électeurs.

Beaucoup insistent pesamment sur le fait qu'Hunter Thompson critique surtout l'Amérique des années 60/70 et que ce qu'il écrit a surtout valeur de témoignage sociologique quant à ces années-là. Mais que ce soit dans son pays, les Etats Unis, ou le nôtre, on retrouve exactement les mêmes problèmes, les mêmes questionnements, la même pauvreté décuplée, la même bêtise moutonnante des braves gens, les mêmes intellectuels se vautrant dans leur jargon étanche aux quidams qui ne font pas partie de l'élite. Rien n'a changé. Le leader du monde libre fait toujours la guerre à un pays diabolisé et coupé en deux, on y envoie toujours les jeunes défavorisés s'y faire tuer, et c'est toujours la même rhétorique guerrière. A la différence que l'on n'a pas d'images directe du front, les militaires ont compris la leçon du Vietnam et que l'opinion publique internationale, même si elle n'approuve pas l'affrontement, ne le déplore pas vraiment non plus. Dans le fond de leur esprit étriqué, beaucoup se disent : "c'est eux ou nous de toutes façons, donc mieux vaut que ce soit nous". Hunter Thompson dénonce cela aussi, le confort intellectuel et moral, les tristes individus qui ne vivent pas mais survivent. C'est aussi une tâche de Sisyphe, c'est peut-être pour cela qu'il s'est donné la mort il y a deux ans, la connerie est encore triomphante et c'est la même qui revient toujours, menée en première garde par la confrérie des "serreurs de fesses effarés" qui ont la trouille de toute évolution et réagissent par la violence ou le maximalisme de la pensée ou encore par le retour à une moralisation de la vie que n'aurait reniée ni Saint Just et encore moins Savonarole...

Forums: Gonzo Highway : Correspondance de Hunter S. Thompson

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Gonzo Highway : Correspondance de Hunter S. Thompson".