Shame de Jasvinder Sanghera

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Oburoni, le 24 août 2010 (Waltham Cross, Inscrit le 14 septembre 2008, 39 ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 2 546 

Mariages forcés

Jasvinder Sanghera est la fondatrice, au Royaume-Uni, de Karma Nirvana, une association caritative dont le but est d'aider les femmes (principalement) issues de minorités ethniques et victimes de mariages forcés. Travailler avec la police et les services sociaux, faire de la prévention dans les écoles, donner des interviews et conférences etc... Elle a une vaste connaissance du problème; problème, surtout, dont elle a fait la marquante expérience, racontée ici dans son autobiographie : "Shame" -"La honte".

Une "honte", c'est en effet ce que Jasvinder, ayant grandi dans le quartier indo-pakistanais de Derby, fut devenue, allant même jusqu'à être reniée par sa famille, alors qu'elle avait a peine 16 ans. Pourquoi ? Tout simplement parce que, contrairement a ses soeurs, plutôt que de subir un mariage arrangé par ses parents selon les strictes traditions Sikhs, avec un homme qu'elle n'a jamais vu, elle a préféré fuguer avec son petit ami de l'époque -un intouchable qui plus est-, ce malgré les vaines tentatives pour la maintenir séquestré.

Dans ce livre elle raconte son calvaire; du peu de considération dont sont victimes les femmes de telles communautés à sa fugue et les difficultés éprouvées à se construire une vie lorsque l'on est si jeune, terrifiée, complètement abandonnée et rejetée par sa propre famille, avec qui elle essaya pourtant, vainement, de garder le contact ( elle ne renouera le lien, tant bien que mal, que bien des années après ).

Si "Shame" n'est pas un réquisitoire -elle n'y fait le procès de personne, elle le dédie même à ses parents qui, au fond, ne voulaient que son bien- s'y dévoile, sensiblement, tout le noeud de problèmes qui se cache derrière ce fléau; notamment l'ostracisme dont sont parfois victimes les immigrés ( sa mère ne parlait même pas anglais ), qui ne fait que de les enfoncer dans le communautarisme, alimenter le racisme envers les blancs et, surtout, encourager le rattachement à des traditions intégristes.
En effet quand, au sein d'une même famille, les valeurs d'un communautarisme religieux venant tout droit d'Inde ou du Moyen-Orient se heurtent à la laïcité occidentale, inculquée aux plus jeunes en partie via l'école, le choc ne peut qu'être violent...

Une lecture difficile, dont certains passages, très durs, défient l'entendement ( le suicide de sa soeur Robina qui, après des années d'abus par un mari violent, décidera de s'immoler n'est qu'un triste et cruel exemple parmi d'autres... ) mais nécessaires pour bien comprendre l'horreur qu'impliquent les mariages forcés.
Jasvinder Sanghera est une rescapé. Combien peuvent en dire autant ?

Au Royaume-Uni par exemple, société qui, pourtant, commence doucement à prendre conscience du cauchemar où le relativisme culturel a plongé certains de ses membres, beaucoup reste encore à faire. L'année dernière ( 2009 ) la police y enregistra 17 000 cas de mariages forcés; environs 400 opérations de sauvetage furent menées par le FMU ( Forced Mariage Unit, une unité spécialement crée pour lutter contre ce phénomène ) dans le but de rapatrier des jeunes filles, citoyennes britanniques, victimes de tels mariages ( la plus jeune avait 9 ans... ) et le taux de suicide reste alarmant, trois fois plus élevé chez les jeunes femmes issues d'Inde ou du Moyen-Orient que chez tout autre groupe ethnique... "Shame", plus que l'autobiographie d'une militante, prend alors une autre dimension : il raconte l'histoire et les souffrances de ces filles et femmes; prenons, au moins, le temps de les écouter.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Shame

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Shame".