Mélancolie française de Éric Zemmour

Mélancolie française de Éric Zemmour

Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Essais

Critiqué par Elleuver, le 15 mars 2010 (Inscrit le 15 mars 2010, 31 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (23 108ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 5 947 

Zemmour déçoit !

Zemmour a voulu faire l'essayiste, il le fit avec brio (Le Premier Sexe, L'homme qui ne s'aimait pas...). Il s'essaya au roman, grand bien nous en fit avec son majestueux Petit Frère. Il n'aurait pas dû se mettre à l'histoire.

L'histoire, Zemmour en est fasciné presque érudit. L'histoire l'absorbe en même temps qu'elle le déborde et notre auteur ne se modère alors plus, partant dans des théories dont il explique à peine les bases ce qui rend la lecture plus que complexe pour quiconque n'est pas à l'instar d'Eric Zemmour un féru d'histoire. Ainsi, mieux vaut pour celui qui se risque à la lecture de cette Mélancolie Française de connaître sur le bout des doigts nos traités internationaux et autres batailles napoléoniennes. Comme un professeur (trop) passionné par son sujet, Zemmour trace sa route et nous perd souvent en chemin.
Sur le champ des théories, on retrouve néanmoins le talent d'essayiste de notre homme dont les réflexions sont frappées au coin du bon sens. Etayé par de nombreuse références, il nous dresse en effet un tableau d'une historiographie que l'on a du mal à retrouver chez nos historiens dont l'intellect peine souvent à dépasser la doctrine gauchisto-bien-pensante. De bien-pensance, nul ne peut accuser l'auteur d'un essai qui mêle habilement troubles historiques désuets et méconnus avec des problèmes politiques malheureusement prégnants que sont l'échec de l'intégration, l'islamisation de la société, l'européanisation à outrance par les élites d'un pays qui n'a pourtant jamais voulu délaisser Paris pour Bruxelles, ville dont Zemmour ne manque d'ailleurs pas de rappeler qu'elle est d'ores et déjà colonisée par ce qu'il appelle "les barbares" en référence à la Rome Antique dont la triste fin est l'issue prévisible du livre dont le dernier chapitre intitulé "La chute de Rome" devait nous faire hurler...
C'est avec des frissons que nous lisions les dernières pages de Petit Frère qui lui aussi nous narrait l'échec du "vivre ensemble" post-soixantuitard. Dans ce chapitre final, Zemmour fait du Zemmour mais on ne sait dire si c'est trop ou pas assez...
Certes, certains arguments tapent là où cela fait mal à nos politiques démissionnaires mais on ne trouve rien de nouveau sous le soleil de la désespérance.
Car en effet, c'est plus qu'une mélancolie qui mine la France. A cette nostalgie commence à se mélanger une révolte que l'on sent en filigrane dans le livre mais qui n'est que peu développée : la crainte de Zemmour, c'est la guerre civile entre 2 France, comme ce fut le cas dans le Paris de 1572 ou à La Rochelle en 1628.
Cette crainte légitime se ressent tout au long du livre mais il nous laisse sur notre faim, se ménageant peut-être un espace éditorial pour une nouvelle publication ?

Quoiqu'il en soit, la prose du journaliste reste irréprochable et tous les procès en racisme qui lui seront faits sont infondés, ce livre ayant pour principales références Marx et De Gaulle, personnages que l'on ne peut nullement réduire à la xénophobie mais dont Zemmour ne parvient néanmoins pas à égaler la hauteur de vue historico-politique.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Mélancolie française [Texte imprimé] Éric Zemmour
    de Zemmour, Éric
    Fayard
    ISBN : 9782213654508 ; 18,00 € ; 03/03/2010 ; 251 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Mélancolie française, par Eric Zemmour

6 étoiles

Critique de AF (, Inscrit le 27 mars 2010, 36 ans) - 27 mars 2010

D’emblée, le ton est donné. Péremptoire, Eric Zemmour écrit dès la première page de Mélancolie française, que « la France n’est pas en Europe ; elle est l’Europe. La France réunit tous les caractères physiques, géologiques, botaniques, climatiques de l’Europe. Elle est (…) le seul pays à la fois du Nord et du Midi, de l’Est et de l’Ouest » . Plaisant à lire du fait de la finesse du style de l’éditorialiste et de son érudition historique, les vues que présente l’ouvrage sont sinon à rebours de l’historiographie contemporaine, du moins fort singulières et anticonformistes.

Carthage triomphe de Rome

L’Hexagone, avance-t-il, recèlerait « trop de talents, trop de richesses, trop de ressources. Trop de choix. Trop d’hommes, trop d’idées, trop de raffinements. » Alors que l’Angleterre n’aurait « que la mer » et « l’Allemagne seulement le continent », la France serait « le seul pays d’Europe à la fois continental et maritime » . D’où le double défi d’être un peuple à la fois et terrien et naval. A l’instar de la fable du héros malheureux de la mythologie grecque Midas, possédant le pouvoir qui devait le mener à sa perte de transformer en or tout ce qu’il touchait, cette abondance aurait au final nui au grand dessein français de « rassembler l’Europe continentale » . L’ambition de la « nouvelle Rome » française - pis sa vocation ! - a en effet longtemps été de donner à l’Europe « la paix romaine » . C’était son « destin » .

Et Eric Zemmour de brosser l’historique de ce rêve français d’unifier le continent sous son commandement. Si le « traité de Westphalie de 1648 donnait les clefs de l’Europe à la France » , première puissance démographique, militaire et culturelle de l’époque, l’édit de navigation anglais infligea dès 1651 un premier coup d’arrêt à cette ô combien providentielle marche vers la francisation de l’Europe : « il a donc suffit de trois petites années, continue l’essayiste, pour que la nouvelle Rome ait trouvé sa Carthage. Celle-ci retourne bientôt l’antique imprécation : il faut détruire Rome. L’Angleterre commence en effet une nouvelle « guerre de Cent Ans » contre la France : sept guerres de 1689 à 1815 » , qui tournèrent finalement à l’avantage de l’Angleterre et au cours desquelles la France révolutionnaire touchait au but. Au terme de cet antagonisme entre la mer et le continent, hantée par le souvenir de sa défaite à Waterloo, la France aurait renoncé à son entreprise impérialiste pour devenir en quelque sorte l’auxiliaire, le brillant second, d’abord de l’Angleterre, puis de l’Allemagne et pour finir des Etats-Unis d’Amérique.

Provocateur, Eric Zemmour s’interroge au cours de son récit de l’histoire de France sur l’infect Pétain : « louangé pour avoir attendu les Américains en 1917, il est, écrit-il, vilipendé pour avoir refait le même choix en 1940. Son attentisme aurait été salvateur dans le premier cas, immoral et funeste dans le second. (…) Et si c’était l’inverse ? Et si Pétain avait toujours été le même, dès 1914 ? Et si – question sacrilège – le bon choix, il l’avait fait en 1940, et que la faute contre la guerre, l’histoire, la France, ce fut en 1917 qu’il l’avait accomplie ? » Et si Pétain s’était fourvoyé à deux reprises : une première fois en 1917 (« avec Pétain, affirmait à l’époque le général Mangin, les Boches seront encore là en 1940 » ) à cause de son attentisme et à nouveau en 1940, lorsqu’il a anéanti la IIIe République et refusé de continuer la guerre contre le nazisme depuis les bases arrières de l’empire colonial ?

A la fin de l’ouvrage, le propos de l’essayiste se fait - trop ? - pessimiste. A cet égard, le titre du chapitre conclusif est très éloquent, puisqu’il s’intitule fort sentencieusement « la chute de Rome » . Il y est question de la disparition de l’Hexagone, rien de moins ! Si la France parait enrayer son déclin démographique amorcé au début du XIXe siècle, elle le devrait principalement à l’immigration. Regrettant « l’interdiction des statistiques ethniques » , pourtant contraires aux traditions hexagonales qu’il goûte tant, Eric Zemmour prétend que l’on assisterait en France à une « recomposition du paysage humain », au « grand remplacement » . Ce qui d’après lui serait inquiétant dans la mesure où le credo assimilationniste de la République française serait rejeté par les nouveaux arrivants. Traditionnellement « impérieux et égalitaire », l’Etat « veille à ce que ne se constitue pas, au fil des générations, une population étrangère exclue du corps de la nation » . Quitte à devenir intrusif, voire à faire montre de despotisme, le pouvoir français ne saurait souffrir un imperium in imperio, c’est-à-dire un « Etat dans l’Etat » .

La réflexion de l’auteur laisse songeur. La culture est pourtant de l’ordre de l’artefact. Elle s’oppose par définition à la nature, car elle suppose l’action des hommes. Elle est un construit, fait d’ajouts et retranchements progressifs. Une culture nationale n’est par conséquent point innée ou définitive, mais dynamique, évolutive et souple – en un mot vivante - du fait notamment de l’acculturation et de l’immigration. La grandeur d’une culture nationale se jauge moins à sa capacité de repli qu’à son aptitude à s’ouvrir, à emprunter et à s’améliorer. Une culture figée, c’est une culture en voie de disparition. C’est un souvenir en devenir.

On peut, en outre, supposer que la vieille recette républicaine de l’assimilation, héritée de l’empire romain, est désormais quelque peu déphasée ou, pis, qu’elle ne fonctionne tout simplement plus du fait de son obsolescence. Evacuant bien rapidement l’intégration à l’anglo-saxonne, Eric Zemmour ne s’étend pas, hélas ! sur le sujet des éventuels correctifs à apporter à la méthode républicaine afin de la rendre plus opérante…

Quid de l’identité européenne ?

L’essayiste semble, par ailleurs, considérer que l’Histoire est un éternel recommencement, qu’elle se répète invariablement et « à l’infini » . C’est pourquoi, réduisant le champ des possibles à quantité négligeable, Eric Zemmour parait négliger la possibilité de s’extirper des affres de celle-ci. Pourtant, le sursaut est bel et bien imaginable. Peut-être l’Union européenne inaugurera-t-elle prochainement le commencement d’une nouvelle ère : celle des fédérations, succédant à « l’âge des empires et au temps des nations » .

Cela supposerait de remédier au déficit démocratique des institutions communautaires. Pour ce faire, le patriotisme constitutionnel représente un élément de solution approprié au schéma européen. Il s’agit en effet de permettre le développement d’une culture politique, sur laquelle se fonderait l’unité dans le maintien de la diversité des identités nationales. C’est pourquoi le culturel doit se détacher du politique, en vue de faciliter une solidarité entre citoyens européens visant, in fine, à une nouvelle recomposition identitaire. Le préalable à l’émergence d’une culture politique européenne réside dans la mise en place d’un véritable espace public communautaire. L’ « usage public du raisonnement » à l’échelle européenne mènera d’abord à la reconnaissance de la communauté de valeurs et de destin que forme l’Europe, puis progressivement à de possibles approfondissements de la citoyenneté européenne. Plutôt que de se crisper sur l’identité nationale, Eric Zemmour pourrait donc se pencher sur l’identité européenne en gestation.

réponse à Elleuver

8 étoiles

Critique de Barazu (, Inscrit le 16 mars 2010, 59 ans) - 16 mars 2010

Je n'ai lu, jusqu'ici, que la 1ère moitié et la fin de ce livre, un peu rapidement (dans une librairie :)). J ai aussi vu une émission où Zemmour en parlait.
Cela a confirmé mon impression que ce livre est très structuré autour d'une idée centrale qui est -la France se rêvant en nouvelle Rome-
C'est cohérent, bien argumenté et a mon avis très éclairant.
Beaucoup de points qui me travaillaient depuis des années peuvent y trouver un sens, ce qui la rend pour moi très opératoire.
Le parallèle qui conclut le livre est très frappant et on ne peut pas dire qu'on le referme rasséréné.

Forums: Mélancolie française

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  compliment? 5 Jcs11 17 mars 2010 @ 09:05

Autres discussion autour de Mélancolie française »