La Centrale de Élisabeth Filhol

La Centrale de Élisabeth Filhol

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Yeaker, le 10 mars 2010 (Blace (69), Inscrit le 10 mars 2010, 48 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (46 636ème position).
Visites : 2 701 

une dénonciation bellement écrite

ça commence par une page extraordinaire, un type tel un héros de l'antiquité sort de la centrale électrique dont il a la charge de l'entretien des réacteurs avec quelques camarades. Ils sont comme ça quelques-uns à travers la France qui pour une poignée d'euros prennent chaque jour le risque d'attraper une dose de radiations fatale. Dans ce roman on accompagne l'un d'eux qui fait un jour le geste qu'il ne fallait pas faire. On voyage entre souvenir des interventions passées, les rencontres et le présent et préparer le futur. De très beaux passages pour un vrai scandale du nucléaire. On peut néanmoins regretter une certaine répétition (il est vrai que les gestes à faire pour entretenir un réacteur "sont peu techniques", répétitifs mais stressants) et une difficulté à se retrouver chronologiquement.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Glacial

5 étoiles

Critique de Aliénor (, Inscrite le 14 avril 2005, 54 ans) - 6 mars 2012

Ce livre nous plonge au coeur d'un univers bien peu connu car finalement assez tabou, celui du nucléaire. Et plus précisément, au coeur des conditions de travail des hommes et des femmes, intérimaires venus de tous les coins du pays et même au-delà, qui chaque jour oeuvrent pour la production d'électricité ou la maintenance de ce monstre froid, terrifiant et fascinant, qu'est la centrale.

Avec des phrases aussi froides et déshumanisées que cet édifice qui est le personnage principal de son roman, Elisabeth Filhol nous parle de Yann (le narrateur), Loïc, mais aussi Bernard et beaucoup d'autres, qui cumulent précarité et dangerosité de l'emploi. Avec aussi une précision documentaire impressionnante, elle nous fait pénétrer dans un monde vivant en vase clos, dont en fait nous ignorons tout ou presque. Résultat, ces 130 pages se révèlent être un véritable manifeste anti-nucléaire, sans pour autant exprimer la moindre colère. En toile de fond, la catastrophe de Tchernobyl, toujours très présente dans les esprits, hante le roman et fait planer le spectre d'une catastrophe semblable dans notre pays.
Lorsque le lecteur referme le livre, il a froid dans le dos. Mais il sait aussi qu'il ne regardera plus les grandes tours fumantes des centrales nucléaires de la même manière qu'avant.

Précarité

4 étoiles

Critique de Dudule (Orléans, Inscrite le 11 mars 2005, - ans) - 29 mars 2010

Je suis d'accord avec Donatien concernant la maîtrise de l'écriture pour un premier roman.
Pas vraiment facile ce métier concernant l'entretien des centrales, l'auteur sait très bien nous en parler avec justesse, voilà un texte qui n'a pas peur de parler de la précarité concernant les intérimaires.
Mais en fait je ne suis pas rentrée dans ce roman, j'ai eu l'impression de lire un essai plutôt qu'un roman, les personnages restent distants, peut-être est ce voulu par l'auteur ?
Le livre m'est tombé des mains.

Exploitations

7 étoiles

Critique de Donatien (vilvorde, Inscrit le 14 août 2004, 79 ans) - 11 mars 2010

Ce premier roman est d'une maîtrise exemplaire! J'espère que ce n'est pas le dernier.
Ce qui m'a surtout frappé c'est la description des mécanismes économiques et sociaux qui permettent l'exploitation de travailleurs exposés aux dangers radioactifs.
Le fait que l'Edf (Electrabel) sous-traite ces entretiens à d'autres firmes qui elles-mêmes en confient la gestion aux sociétés (esclavagistes) d'intérim, me scandalise.
Ce qui m'a mis hors de moi, si j'ai bien compris , c'est que pour rester à niveau et avoir des chances d'être engagés et donc de vivre, ces travailleurs sont tributaires des radiations encaissées mais aussi de formations QU ILS DOIVENT PAYER DE LEUR POCHE!!!!!!
Bravo pour la dénonciation efficace.
J'ai des craintes pour l'avenir des travailleurs et de ce qu'on appelle les classes laborieuses!.
A+

Forums: La Centrale

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La Centrale".