De la clémence de Sénèque

De la clémence de Sénèque
( De clementia)

Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Philosophie

Critiqué par Platonov, le 3 février 2002 (Vernon, Inscrit le 7 septembre 2001, 40 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (25 382ème position).
Visites : 6 569  (depuis Novembre 2007)

La plus belle vertu

Dans un court livre (46 pages), écrit pour l'empereur Néron, auquel il joue le rôle de conseiller, Sénèque décrit formidablement ce qui constitue la plus belle des vertus: la clémence.
Il divise son livre en trois parties; la première où il loue la "grande mansuétude de Néron", qui a l'époque n'avait pas en encore commis toutes les exactions que l'on connait. Là, on peut reprocher les louanges excessives de Sénèque envers l'empereur, mais elles étaient nécessaires pour que celui-ci lui garde toute sa confiance. La deuxième partie, la plus intéressante, est la description exacte de la clémence, quelle est sa "nature et son attitude propre". Sénèque déclare que la clémence est d'autant plus remarquable chez les empereurs et rois que leur pouvoir est grand. Et il prend comme exemple l'histoire de Cinna, le conjuré qui a profité de la clémence d'Auguste, l'empereur qu'il devait tuer. D'ailleurs, Corneille s'est inspiré de Sénèque pour écrire "Cinna".
Sénèque donne de nombreuses définitions de la clémence, selon les circonstances à laquelle elle s'applique, et par qui. Ce n'est qu'en ayant cette vertu que les dirigeants peuvent gouverner avec sagesse; sans soucis et dans le bien de tous. Sénèque parle très bien également du contraire de la clémence: la cruauté. Le pardon, la sévérité sont des sujets également abordés.
Enfin, dans la troisième partie, un peu moins intéressante que les précédentes, Sénèque décrit comment l'âme "peut être amenée à cette vertu, comment elle en fait son bien propre par le parti qu'elle sait en tirer".
On peut tirer de ce bref traité une foule de citations, qui, bien que datant de 2000 ans, sont toujours applicables de nos jours: "Une autorité est moins rude est mieux obéie. L'esprit humain est naturellement indocile; il se cabre contre l'obstacle insurmontable, et il suit aisément qu'il ne se laisse conduire, ainsi l'innocence publique marche spontanément et d'un mouvement instinctif à la suite de la clémence; et les citoyens trouvent qu'Elle mérite d'être conservée dans leur propre intérêt".
Bref, livre intéressant, dans une très belle langue (et puis cette édition des Belles Lettres permettra aux latinistes de lire le livre en latin), et qui peut s'avérer utile...

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un grand texte

8 étoiles

Critique de Jules (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 79 ans) - 4 février 2002

Comment utiliser au mieux sa puissance pour atteindre son but: diriger un peuple au mieux possible. Un texte à mettre en face du "Prince" de Machiavel écrit des siècles plus tard. Les analyses ne sont pas toujours les mêmes. Mais Sénèque était un philosophe, alors que Machiavel était un vrai politique... La poursuite de la réflexion peut se faire avec "De la démocratie aux Etats-Unis" de Tocqueville et d'autres textes plus actuels.

Forums: De la clémence

Il n'y a pas encore de discussion autour de "De la clémence".