Jacob le cafard de Will Eisner

Jacob le cafard de Will Eisner
( A life force)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Divers

Critiqué par Dirlandaise, le 19 novembre 2009 (Québec, Inscrite le 28 août 2004, 66 ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 2 714 

Chronique du New York des années trente

Savoureuse chronique du New York des années trente alors que l’homme était confronté à la Grande Crise économique et devait déployer toutes les ressources de son imagination et toute sa résistance, afin tel le cafard, réussir à survivre sur ce tas d’immondices que constituait la société de l’époque.

Jacob Shtarkah est un immigrant juif dans la soixantaine habitant le quartier du Bronx à New York. Il vit avec sa femme Rifka et sa fille Rebecca. Son fils unique Daniel est médecin. Jacob a réussi à bien faire vivre sa famille avec son métier de menuisier mais son contrat de construction d’une école juive étant terminé, il se retrouve avec rien devant lui. Il se sent comme un cafard, obligé de survivre grâce à sa débrouillardise et son opiniâtreté. Le rabbin Bensohn donne des leçons d’hébreu et prépare les bar mitzvah à prix réduit. Sa femme a perdu la raison et perturbe ses élèves en voulant tout le temps leur offrir du thé. Il aimerait bien une chambre supplémentaire afin qu’elle puisse y avoir ses aises. Le jeune Elton Shaftsbury quant à lui est issu d’une riche famille ayant prospéré grâce à une compagnie spécialisée en vente de produits du bois. Il a grandi dans l’aisance et la facilité jusqu’à ce que la bourse s’effondre et le précipite sur le trottoir, dans une misère totale. Bon, il y a aussi le prince enchanté, le révolutionnaire et la fameuse « Main noire » tout ce qu’il y a de mafieuse. Tous ces gens ont en commun leur désir de survivre, de trouver le bonheur et de faire fortune. Leurs vies vont se croiser et s’entrecroiser dans ce New York envahi par les immigrés et dominé par la politique et les fluctuations de la Bourse.

Un roman graphique vraiment réussi que ce soit au niveau du scénario, des textes et des dessins. Pas de couleurs mais des personnages très expressifs et crédibles, des décors évoquant à merveille la pauvreté et la dure condition de vie des immigrés. Certains détails sont très touchants et remplis d’humanité comme ce petit enfant qui crie à sa mère que sa chatte Minette vient de donner naissance à des petits. J’ai adoré le personnage de Rifka, la femme de Jacob, cette bonne mère de famille restée coquette malgré son embonpoint et qui manipule son entourage en simulant des crises de cœur à la moindre contrariété. Et ce Jacob qui a toujours vécu comme la vie lui demandait de le faire et qui n’a jamais renoncé à ses rêves de jeunesse.

J’ai beaucoup aimé les dessins, tous ces immeubles new-yorkais avec ces ruelles jonchées de détritus, de poubelles renversés, de clochards et de cafards qui rodent. J’ai beaucoup aimé ces gens simples, lumineux dans leur misère, si humains, si désireux d’atteindre l’inatteignable. Et la mafia qui étend son influence sur ce monde sordide et vulnérable. Mais avant tout, c’est la chronique sociale qui m’a intéressée, la politique et les mesures mises de l’avant pour endiguer le flot d’immigration et ses conséquences sur l’économie de la ville et du pays. Il y a une poésie qui se dégage de l’ensemble, une vision de l’humanité très belle et profonde. Vraiment excellent !

« Qui sait… qui sait pourquoi toutes les créatures de la terre doivent survivre. Pourquoi elles filent en tous sens, fuient devant le danger et mènent ainsi leur vie jusqu’à son terme naturel, comme en réponse à une mystérieuse force vitale. »

« Alors ??? Maître Cafard. Dans quel but luttes-tu, toi ??? Pour rester en vie quelques jours de plus peut-être ? Eh bien à vrai dire moi aussi, j’essaie de rester en vie ! Dans ce cas, quelle différence entre nous ?? Toi… qui n’es qu’un cafard, tu veux juste vivre ! À toi, ça te suffit ! Mais moi… j’ai besoin de demander pourquoi !? »

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Jacob le cafard [Texte imprimé] Will Eisner [traduit par Anne Capuron]
    de Eisner, Will (Scénariste) Capuron, Anne (Traducteur)
    Delcourt / Contre bande (Paris. 1996).
    ISBN : 9782756003856 ; 14,50 € ; 12/10/2006 ; 143 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  La trilogie du Bronx

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Jacob le cafard

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Jacob le cafard".