On n'y voit rien : Descriptions de Daniel Arasse

On n'y voit rien : Descriptions de Daniel Arasse

Catégorie(s) : Arts, loisir, vie pratique => Arts (peinture, sculpture, etc...)

Critiqué par Bastien N., le 20 octobre 2009 (Inscrit le 28 septembre 2009, 32 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 6 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (2 819ème position).
Visites : 6 980 

De la vraie vulgarisation bien faite

Imaginez un livre sur l'histoire de l'art qui soit accessible, divertissant, drôle, perspicace, novateur et provocateur. Impossible, dites-vous? Alors attendez-vous à être surpris par "On n'y voit rien"!
Ce livre est un recueil de six fictions s'interrogeant chacune sur la signification d'un tableau ( "Mars et Vénus surpris par Vulcain" de Tintoret, "L'annonciation" de Cossa, "L'adoration des mages" de Bruegel, "La Vénus d'Urbin" de Titien et "Les ménines" de Velazquez). Je tiens à souligner le fait que je ne connaissais qu'un seul de ces tableaux avant d'entamer la lecture de "On y voit rien". Pourtant, ça ne m'a aucunement gêné. Les propos d'Arasse sont limpides, les œuvres dont il est question sont reproduites dans le livre et, surtout, l'humour est toujours vif et présent. Vous en connaissez beaucoup, vous, des historiens qui ont l'audace de se demander si la Vénus d'Urbin est une pin-up, ou d'écrire ceci: "rien n'interdit de se décolorer la toison [les poils pubiens], ou de se la colorer en bleu, en rose ou en vert, je ne sais pas moi, comme on voudra. Il y en a qui le font, j'en suis sûr."

En bref, ce livre est une vulgarisation ET un authentique ouvrage sur l'histoire de l'art que le novice et l'expert peuvent lire avec le même plaisir, rien à voir avec "Le monde de Sophie", qui est un roman assez condescendant, à mon sens. Arasse réussit le pari de rendre l'art accessible à tout le monde sans pour autant prendre qui que ce soit de haut, et ce avec simplicité. A lire, que vous connaissiez le sujet ou non!

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • On n'y voit rien [Texte imprimé], descriptions Daniel Arasse
    de Arasse, Daniel
    Gallimard / Folio. Essais
    ISBN : 9782070427642 ; 8,60 € ; 23/01/2003 ; 216 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Le Renaissance sous un regard drôle et provocateur

8 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 44 ans) - 23 février 2017

Cet historien d'art décide de dépoussiérer la peinture de la Renaissance par six présentations de tableaux établies sur un ton drolatique, provocateur et burlesque. La fin justifiant les moyens, il s'avère que l'intérêt est trouvé pour ces oeuvres ; il incite à l'analyse et à l'esprit critique. Il y va un tantinet à la hussarde, en forçant quelque peu le trait de l'humour, mais l'effort en vaut bien la peine.

Quel conférencier!

9 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 64 ans) - 3 août 2012

M. Arasse nous propose la « lecture » de 6 tableaux de grands peintres de la Renaissance, remettant en question les analyses officielles et traditionnelles de ces œuvres mais aussi d'autres grands historiens ou spécialistes.
"ça leur montrait qu'on peut réfléchir quand on regarde un tableau, et que réfléchir n'est pas nécessairement triste".

Cela commence par une lettre à Cara Giulia à propos d'un tableau du Tintoret, Mars et Vénus surpris par Vulcain.
Puis c'est le rôle de l'escargot dans un tableau représentant « L'Annonciation » de Francesco Del Cossa qui est remis en question.
La troisième analyse concerne les rois mages venant voir « le sacré membricule » de Jésus dans le tableau de Brueghel (ou Bruegel)« L'Adoration des mages ».
Le débat suivant portera sur l'importance et la symbolique des longs cheveux que l'on voit et des poils qu'on ne voit pas dans les représentations de Marie-Madeleine, personnage inventé, « fruit d'une condensation » dans différents tableaux.
« D'où ça vient, pinceau? Ça vient du latin et ça veut dire petit pénis... quand vous y pensez, ça vous ouvre des horizons. »
Nous pouvons lire ensuite un dialogue savoureux entre deux interlocuteurs pour savoir si la Vénus d'Urbin est ou n'est pas une pin-up.
Pour terminer par une nouvelle interprétation anachronique du tableau de Vélasquez, les Ménines, où on se retrouve avec des extraits de Kant que je suis dans l'incapacité totale de comprendre: « ta description faisait du roi l'objet « transcendantal » du tableau-, c'est-à-dire, avec Kant, quelque chose qui, tout en étant indéterminé, peut être déterminé à travers le divers des phénomènes et constitue le corollaire de l'unité de l'aperception. C'est compliqué. Normal, c'est du Kant. »

Une lecture formidable d'érudition mais surtout dans cette façon de nous présenter quelque chose de hautement technique en complète contradiction avec la forme: des dialogues, des interpellations, une langue directe et simple et surtout beaucoup, beaucoup d'humour.
Il est certain que les étudiants de M. Arasse ne devaient pas s'ennuyer pendant ses conférences et on se prend à souhaiter que tous les professeurs d'histoire de l'art mais aussi dans tous les domaines soient aussi passionnés et passionnants!

Un autre regard sur l'oeuvre d'art

8 étoiles

Critique de Shelton (Chalon-sur-Saône, Inscrit le 15 février 2005, 66 ans) - 29 juillet 2012

Un livre peut-il nous préparer à tout voir, tout comprendre ? Certainement pas ! Daniel Arasse est un historien de l’art, mais c’est surtout un vulgarisateur, c’est à dire un homme qui cherche à nous accompagner vers l’œuvre d’art en bon pédagogue et en nous prenant comme nous sommes, en nous faisant réagir avec nos sens, tout simplement. Nous ne deviendrons pas plus intelligents ou sensibles à l’art, nous en profiterons pleinement de façon à garder des souvenirs toute l’année. Si l’art est vivant, Daniel Arasse nous invite à en profiter et vivre quelques minutes inoubliables…

Daniel Arasse reproche à certains critiques, historiens et amateurs d’art de se laisser obscurcir la vue par les discours et théories, par les modes et les clichés prétentieux. Il part du principe que je partage assez facilement que chacun peut voir une œuvre d’art avec ses yeux, sa culture, son cœur, son âme, mais voir signifie d’abord ouvrir les yeux, regarder tout simplement et pas systématiquement sur-interpréter, réécrire la biographie de l’artiste et passer trois plombes à vouloir tisser des liens avec le monde entier. L’œuvre est devant nous, elle vit, elle respire, entrons en contact avec elle sans chichis…

Même si nous sommes dans un livre de format poche, nous allons trouver quelques reproductions de tableaux qui vont permettre à Daniel Arasse de montrer concrètement ce qui peut être considéré comme une bonne façon de « voir »… Les tableaux sont « Mars et Vénus surpris par Vulcain » du Tintoret, « L’Annonciation » de Francesco del Cossa, « L’adoration des Mages » de Bruegel l’Ancien, « La Vénus d’Urbin » du Titien, « Les Ménines » de Vélasquez…

Sans vouloir tout vous révéler, je retiens juste quelques petits éléments. Dans une œuvre on voit un chien qui aboie et Daniel Arasse nous le montre car personne n’y fait attention. On a l’impression que les personnages du tableau l’ignorent alors qu’il est là en faisant du bruit, une présence qui a un sens car elle indique un personnage caché que, du coup, tout le monde devrait apercevoir, y compris, surtout, ceux qui sont dans la scène… Alors quel sens donner à cela ?

Mais il y a aussi un escargot qui se hâte lentement en traversant une scène biblique. S’est-il perdu ? Marie serait-elle allée aux escargots avant de rencontrer son ange ? Mais y avait-il des gastéropodes en Israël ? Est-ce un hommage à notre Bourgogne ?

Tout est montré dans ces exemples, qui à chaque fois nous démontrent si besoin était, qu’effectivement, l’art est bien fait pour tous dans la mesure où nous devons, avec nos sens entrer en contact avec un artiste. Il a peut-être des choses à nous dire, mais c’est lui qui entre en contact avec nous, ce n’est pas nous qui cherchons mille intermédiaires à glisser entre lui et nous, en nous et son travail…

Un excellent petit livre de vulgarisation qui devrait vous offrir d’autres visions sur les œuvres d’art et vous ouvrir à une multitude de plaisirs que vous n’imaginez pas…

Sympa et instructif

8 étoiles

Critique de Soldatdeplomb4 (Nancy, Inscrit le 28 février 2008, 33 ans) - 13 janvier 2011

Un bon livre pour découvrir l'art, la façon de regarder un tableau et surtout la richesse fascinante de certains tableaux truffés de symboliques, de détails, de parallèle et d'humour (parfois!).

Daniel Arasse, en bon maître d'école, nous fait nous promener dans les décors des plus grands maîtres, extrapole certains points pour élargir notre champ de vision, (se mousse un peu au passage, mais c'est de bonne guerre), et fouille la symbolique. Le tout sans jamais ennuyer, avec un texte jamais alourdi de terminologie pompeuse (savante, dira-t-on, c'est plus lisse). Une vulgarisation efficace, ludique sans pour autant (loin s'en faut) être infertile.

Pas mal du tout (bien que la toison de Marie Madeleine me laisse sceptique) !

Le détail comme point d'entrée.

8 étoiles

Critique de Senoufo (, Inscrit le 9 janvier 2009, 64 ans) - 19 avril 2010

Je ne connaissais pas Daniel Arasse. C'est par le blog du monde la boiteaimages que j'ai connu son nom et au vu de la critique dithyrambique, j'ai aussitôt acheté ce petit livre. Et il est très intéressant; Intéressant tout simplement par le style, direct, parlé, et parfois des dialogues entre deux interlocuteurs. Il y a six présentations de peintures ( en fait cinq) , présentation et explications à partir d'un détail, d'une critique ou d'une récente découverte. Ce style tranche par rapport aux autres œuvres d'histoire de l'art, mais finit par lasser si on lit les six chapitres à la suite. L'analyse d'une œuvre est faite non pas sous la forme d'un cours magistral, mais au contraire "comme si" l'auteur cherchait par l'écriture à exprimer petit à petit ce qu'il ressent, ce qu'il pense. Ces détails, sur lesquels il se penche, sont en fait très importants et permettent d'aborder ensuite d'une manière plus générale les œuvres.
Je n'ai pas aimé le chapitre sur "le toison de marie-madeleine" ( il ne correspond pas a une œuvre, mais plus a l'étude d'un symbole). Alors, bien sûr, de temps en temps, il fait de "l'histoire de l'art", mais ce n'est pas le plus passionnant.

Forums: On n'y voit rien : Descriptions

Il n'y a pas encore de discussion autour de "On n'y voit rien : Descriptions".