Dieu et moi de Jacqueline Harpman

Dieu et moi de Jacqueline Harpman

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Lucien, le 1 janvier 2002 (Inscrit le 13 mars 2001, 67 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 5 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (40 196ème position).
Visites : 4 351  (depuis Novembre 2007)

Dieu est moi

Amélie Nothomb. Dès les premières pages de la nouvelle de Jacqueline Harpman, « Dieu et moi », on songe à Amélie Nothomb. Aux livres les plus agaçants de la série & de mon point de vue & c’est-à-dire ceux où le dialogue domine, comme « Les combustibles », « Péplum » ou « Cosmétique de l'ennemi ».
Et puis, au fil des pages, même si l'impression persiste, on se dit… que c'est plutôt mieux. On se rend compte que, si les lieux communs ne sont pas absents de ces pages (Harpman s'en rend compte elle-même : « Mon hallucination va bientôt m'embêter, elle prend un redoutable parfum de lieu commun. »), la lecture en est pourtant bien agréable. « Je mourus par un bel après-midi d’automne, m'épargnant ainsi l'hiver que j'ai toujours détesté. » Nous sommes en 2019. Jacqueline Harpman est morte. Son âme se détache de son corps : elle rencontre Dieu. S’ensuit un succulent débat contradictoire entre l'athée indécrottable et le Créateur. Mais… est-ce bien Lui ? Ne serait-ce pas un fantasme bien freudien né de l’inconscient de la vieille dame plus psychanalyste que jamais ? Telle est la question. Dieu apparaît sous les traits immortalisés par Michel Ange au plafond de la Sixtine, mais entièrement nu, ce qui l'oblige à se promener précédé d’angelots jetant un voile pudique sur. ce qu’un accident dévoilera furtivement, page 43 : « Dieu était incontestablement et vigoureusement masculin. Duos habet et bene pendentes. » Comment Dieu convaincra-t-il Jacqueline Harpman de son existence autre que fantasmatique ? En lui procurant une rafale d'orgasmes ? En lui rendant les problèmes de physique quantique aussi simples à réussir qu’une sauce béarnaise ? Pour le savoir, il vous reste à parcourir ce petit livre où Harpman se dévoile avec humour et irrévérence : « En somme, vous êtes aussi vaniteux qu’un écrivain ? En vous inventant, je n’ai inventé que mon double ? » « - Je suis Moi, dit-il en faisant sonner la majuscule. - J’en ai autant à votre service. » Une toute petite modification au titre, et nous obtenons « Dieu est moi ». Après tout, pourquoi pas ? Amélie Nothomb aussi a toujours voulu être Dieu…

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Insipide et agaçant

4 étoiles

Critique de Dirlandaise (Québec, Inscrite le 28 août 2004, 67 ans) - 30 janvier 2009

Il s’agit d’un très court roman où Jacqueline Harpman se met en scène et nous raconte qu’elle est morte. Elle refuse de suivre l’ange qui vient la chercher pour l’emmener dans l’au-delà et s’obstine tant et si bien que l’ange doit céder la place à Dieu lui-même. Mais Dieu, malgré toute sa puissance et sa force de persuasion n’arrive pas à convaincre la vieille dame morte à quatre-vingts ans de quitter sa maison et sa famille, renoncer au monde réel et le suivre dans sa demeure divine. S’engage alors un dialogue entre notre héroïne et l’Éternel au cours duquel elle laisse éclater toute sa colère et sa rancœur envers le Créateur qu’elle juge bien cruel avec ses enfants en leur imposant mille souffrances et maux terrestres. Elle s’obstine également à nier l’existence de ce Dieu auquel elle ne croît pas, étant farouchement athée et s’entête à dire que toute cette histoire n’est qu’une hallucination.

Bon, c’est assez amusant mais j’ai trouvé que le sujet manquait cruellement d’originalité et les dialogues entre les deux protagonistes me sont vite apparus insipides et même agaçants. Jacqueline Harpman est psychanalyste alors je m'attendais à plus de profondeur et d’analyse mais elle reste obstinément en surface et ne fait qu’essayer d’être drôle avec des clichés et des lieux communs sans vraiment nous offrir une réflexion qui se tienne et qui pourrait être intéressante. Non, ce livre ne m’a pas plu, je l’ai refermé avec soulagement tant il m’a irritée.

J'ai adoré

9 étoiles

Critique de Manumanu55 (Bruxelles, Inscrit le 17 février 2005, 43 ans) - 26 septembre 2005

J'ai dévoré ce petit bouquin.

Je me suis directement entré dans le personnage de la narratrice et ses relations avec son Dieu m'ont beaucoup plu, beaucoup fait rire, beaucoup attendri, et même un peu fait réfléchir!


Raté !

2 étoiles

Critique de Léonce_laplanche (Périgueux, Inscrit le 22 octobre 2004, 86 ans) - 14 novembre 2004

Dans ce petit livre l'auteur se met en scène : morte à 80 ans, elle s'offre en tant que psychanalyste, écrivain et athée un face à face avec le créateur en personne.
Médiocre ! Il n’y a pas grand chose à sauver de tout cela !
Petit essai dans le style « M’as-tu vu » , le bilan est « hélas oui, lu, vu et su ! »
L'auteur se donne le beau rôle, concèdent quelques petits défauts, et s'accordant de grandes qualités.
Ce ne sont pas les quelques jeux de mots faciles ( quand on est devenu âme il est difficile de hausser les épaules ou de faire une crise de nerf !) qui sauvent le livre.

Superbe critique

8 étoiles

Critique de Jules (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 78 ans) - 4 janvier 2002

Elle donne vraiment envie de lire ce livre, ce que je vais faire en vitesse. Malgré tout ce qui m'attend déjà... Quand aurons-nous le temps de lire tout ce qu'il faudrait ?... Un drame sans issue !

Forums: Dieu et moi

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Dieu et moi".