Au-delà du mal de Shane Stevens

Au-delà du mal de Shane Stevens
( By reason of insanity)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Pipierre, le 19 août 2009 (Inscrit le 28 juillet 2006, 64 ans)
La note : 2 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 31 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (481ème position).
Visites : 15 888 

Roman ou documentaire?

Ce roman a été écrit il y a 30 ans et est publié pour la première fois en français cette année. Thomas Bishop a tué sa mère lorsqu'il avait 10 ans. Incarnation du mal, c'est un tueur en série qui sèmera l'horreur à travers les États-Unis.
Ce livre jouit de toute une publicité: que ce soit sur Amazon alors que les critiques frisent les 5 étoiles, ou encore par les compliments de James Ellory ou Stephen King sur la quatrième de couverture, tout incite à se précipiter sur ce que l'éditeur appelle l'ancêtre de Hannibal Lecteur.
Bon, ce livre n'est pas pour les âmes sensibles: tout y est cru, décrit sans artifice et le personnage principal est le mal incarné. Mais j'ai décroché au bout de 200 pages car on se croirait dans un documentaire. Les personnages n'ont pas que de la chair, sans personnalité. Je n'ai pas cru à la supposée intelligence du protagoniste qui a été traité comme un déchet toute sa vie et qui, tout à coup, réussit à déjouer tout le monde. Alors qu'il y va de ses ruses, plusieurs fois l'auteur nous spécifie qu'il a appris ça à la télévision!
Bref, une lecture froide, qui n'a pas retenu mon attention , pas assez en tout cas pour me farcir les 727 pages.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Percutant

8 étoiles

Critique de Elg (Lyon, Inscrit le 31 janvier 2010, 34 ans) - 20 septembre 2015

C'est vrai qu'il est long et que certains passages auraient nécessité des petites coupes. Mais l'ambiance étant tellement prenante et étant un grand fan de Stephen King (réputé pour ses pavés) ça ne m'a pas plus dérangé que ça.

Le seul gros bémol que je mettrai c'est cette fin expéditive qui m'a pris un peu au dépourvu. On suit les pérégrinations de notre "héros" pendant presque 800 pages pour voir l'histoire bouclée en même pas 10. Un peu comme si Shane Stevens en avait eu lui même marre de la longueur de son récit.

Mais ne vous y trompez pas, la lecture vaut le coup, car comme on dit, parfois le voyage compte plus que la destination.

Long, long, long, trop long !

2 étoiles

Critique de Nola Tagada (Paris, Inscrite le 22 octobre 2012, 39 ans) - 28 février 2013

Écrit en 1979, Au delà du mal est un précurseur du genre. Devenu un véritable standard, c’est lui qui a posé les bases du thriller. Aujourd’hui, noyé parmi les centaines de thrillers qui sortent chaque année, il a perdu un peu de sa superbe.

Je suis allée au bout de ce bouquin, qui, n’est pas ce qu’on pourrait qualifier de court ! Recommandé par les Stephen King, Thomas Harris ou encore autre James Ellroy, je me suis quand même posée des questions... Mes débuts ont été plutôt laborieux, voire carrément difficiles, je n’arrivais pas à rentrer dedans. Trop d’informations, de digressions, j’avais l’impression de lire une succession de faits sans rapports évidents, beaucoup de personnages et d’histoires qui se mélangent. Bref, c’était pas clair tout ça.

Il m’a bien fallu les 150 premières pages pour commencer à rentrer dans l’histoire, soit à peu près au moment où l’on fait réellement connaissance avec le héros de l’histoire. Thomas Bishop. Enfance très difficile, horrible même, Père absent, maltraitance, isolement.. Autant d'éléments qui font que notre Thomas Bishop finit par être interné dans un asile psychiatrique pour criminels à l’âge de 10 ans. Un départ dans la vie pas franchement optimiste n’est-ce pas ?

Comme on pouvait s’y attendre, à 25 ans il est complètement détraqué et surtout il en a marre d’être enfermé. Il va alors s’évader et se lancer dans la quête pour laquelle il est né : éliminer la gent féminine de la surface de la terre. Oui, notre Thomas Bishop va devenir le tueur en série le plus célèbre des États-Unis en l’espace de quelques mois. Il est très intelligent et se faufile à travers les mailles des filets qu’on lui tend partout où il passe, au grand dam des policiers, politiciens et autres journalistes. Il faut dire qu’il n’y va pas de main morte avec ses victimes. Vous aurez droit à quelques scènes “trash” qui pourront peut-être faire frémir les âmes sensibles mais qui manquaient de détails pour moi. Non, non, non je ne suis pas une grosse sadique !

Au delà du mal, c’est un thriller mais c’est surtout la traque d’une bête. Une traque qui va être menée conjointement par des policiers et par un journaliste, Adam Kenton. Adam Kenton, c’est un peu l’homme de la situation et surtout celui qui se rapprochera dangereusement du serial killer.

Comme ça, le synopsis donne envie, enfin en tout cas, moi je trouvais que ça sonnait plutôt pas mal. Mais pourquoi autant de digressions et d’histoires autour d’autres personnages qui viennent empoisonner le récit ? Je n’ai toujours pas trouvé de réponse à cette question, un vrai mystère. Et puis ces histoires de politiques... moi ça me soûle. Certains vous diront que c’était important de poser l’histoire dans le contexte historique de l’époque... mouais. Pour moi à part ralentir le récit et me faire pousser de grands soupirs, ça n’apporte pas grand chose.

Je récapitule : après un début difficile, je suis entrée dans une sorte de phase d’intérêt qui correspond au moment où Bishop commence à tuer, puis il y a un espèce de ventre mou d’au moins 200-250 pages où tout ce qui ne touche pas à Bishop n’est pas très prenant ! Oui c’est beaucoup, il va falloir s’accrocher. Et puis, alors que tout espoir semble perdu, vous apercevez de la lumière au bout du tunnel, et vous vous laissez très facilement emporter par les 150 dernières pages qui sont à la hauteur des plus grands thrillers, un peu le grand frisson en somme ! Je suis presque (et j’insiste sur le presque) restée scotchée à mon livre, vraiment pas mal. Malheureusement ça ne suffira pas.

Malgré une fin très réussie, cette lecture a été un peu difficile pour moi et je me connais, je pense être plutôt du genre indulgente, raison pour laquelle ce n’est pas un livre que je recommanderai. Visiblement Stephen King, Thomas Harris, James Ellroy et moi avons des avis divergents sur la question. Dommage.

Noir et poignant

9 étoiles

Critique de Chirhaf (, Inscrite le 19 octobre 2011, 43 ans) - 15 février 2013

Livre exceptionnel, noir, poignant, marquant.

Plus qu’un thriller particulièrement réussi, au-delà du mal est une analyse de la société, de ses travers, de ses échecs.

Thomas Bishop est un tueur en série sanguinaire, sauvage, sans pitié et d’une intelligence démentielle, qui fait subir à ses innocentes victimes les pires exactions. Mais peut-il être tenu pour responsable lui, l’enfant martyrisé, l’enfant oublié, l’enfant ébouillanté à 3 ans ?
Qui doit être traduit en justice lui ou ceux qui ont accepté de l'abandonner entre les mains d’une folle ?

Sahne Stevans nous met devant un dilemme et avec maestria, il dissèque devant notre regard effaré l’âme humaine : met à nu ses ambitions sans fins, ses bassesses, son opportunisme, son égoïsme. Sa noirceur est sans fin.

Ceux qui sont censés travailler pour la société (les politique, la presse) sont ceux qui la bernent et la dépouillent. Et au final, on adule tous pour la réussite personnelle ceux qui ont réussi, peu importe comment.

Si on doit reprocher quelque chose à l’auteur c’est la place qu’il a accordé aux femmes manipulatrices ou victimes. Pour un livre de plus de 700 pages c’est assez troublant.

Mais la qualité de cet ouvrage, la finesse du propos, la complexité de l’analyse, la richesse des personnages, l’originalité du propos, la trame historique qui confère à l’ensemble une certaine crédibilité et la qualité de l’écriture plaident pour que « au-delà du mal » soit considéré comme l’un des plus grands chefs d’œuvre du livre noir.

trop long à mon goût !

6 étoiles

Critique de Lys (, Inscrite le 13 février 2013, 45 ans) - 13 février 2013

j'ai fini ce livre hier commencé en décembre, je l'ai trouvé long, avec beaucoup de passages futiles que j'avouerais j'ai survolés voir carrément sautés. Je pense qu'il y aurait pu avoir abstraction sur certains passages, trop long, trop répétitif, je n'ai pas eu beaucoup d'envie pour le continuer, je l'ai fini juste par principe.

Beaucoup pour pas grand chose...

5 étoiles

Critique de Batman38 (, Inscrit le 14 octobre 2012, 33 ans) - 15 octobre 2012

Je sais que je suis l'une des rares personnes à ne pas avoir grandement apprécié ce livre mais en ce qui me concerne, je ne suis jamais vraiment entrer dans l'intrigue.

Ce livre ressemble plus à un documentaire qu'à un thriller pour ma part. A aucuns moments on ressent l'émotion que voulait nous transmettre l'auteur.

En plus de ça, il aurait pu nous épargner au moins 300 pages au bas mot. Beaucoup de chapitres pour rien si ce n'est pour décrire les moeurs des États-Unis de ces années là.

Malgré ça, j'avoue avoir eu la poitrine comprimée après avoir lu le dernier paragraphe qui nous fait le même effet qu'un coup de poing en pleine figure.

Même si je ne l'ai pas apprécié, vu la popularité du livre je ne peux que vous dire de le lire et de vous en faire votre propre idée

monumental

9 étoiles

Critique de Jimbo (, Inscrit le 15 juillet 2012, 62 ans) - 15 juillet 2012

MONUMENTAL



C'est , en effet le mot parfait qui convient pour définir ce livre époustouflant écrit en 1979 par Shane Stevens (très certainement un pseudonyme) auteur inconnu qui disparaîtra dans l'anonymat le plus total au début des années 80 après avoir écrit 5 romans

Livre fondateur autour du thème ( surexploité depuis) du sérial-killer Au-delà du mal s'impose comme l'un des fleurons du genre et rivalise avec les chefs d'oeuvre que sont 'le silence des agneaux' (Thomas Harris) 'de sang froid ' (Truman Capote)' le dahlia noir ' (James Ellroy ) 'Un tueur sur le route ' (Ellroy encore) 'Psycho' (Robert Bloch ) ou ''seul le silence ' (R.J.Ellory )

Très étonné de ne pas encore avoir vu ce livre adapté au cinéma je recommande vivement à tous ceux qui aiment les thrillers envoûtants du genre de ceux qui vous empêchent de dormir , le héros du roman d' ' au delà du mal ' Thomas Bishop s'imposant véritablement comme l'un des tueurs les plus fascinants , plus intelligents , les plus méthodiques de la littérature moderne

Un livre monumental car il dépasse largement qui dépasse son cadre à savoir celui du 'Polar ' pour s'aventurer courageusement vers des sujets dont l'actualité quotidienne prouve qu'ils sont intemporels

Traitant du pouvoir des médias, de la corruption politique , des relations croisées entre pouvoir et mafia ; de la manipulation de l'information , Au delà du mal ' pose implacablement des vraies questions de société , le thème de la peine de mort, reste omniprésent au travers du père spirituel du meurtrier à savoir Caryl Chessman dont le tueur est convaincu d’être le fils

Mêlant donc avec maestria faits réels et fiction, Shane Stevens livre ici l'un des livres les plus passionnants et les plus aboutis qu'il m'ait été donné de lire ces dernières années

Croyez moins à l'image d'Hannibal Lecter (le silence des agneaux) , de Norman Bates (psycho) ou de Mickael Plunkett (un tueur sur le route) vous n'oublierez pas de sitôt Thomas Bishop psychopathe multi faces , assassin à 10 ans , serial killer fascinant et déjanté dont la folie et l'intelligence vous hanteront longtemps après avoir fermé les dernières pages de ce livre dense et noir

Pour Info, le titre anglais By the reason of insanity se rapporte au fait qu’un procès peut être annulé car l’accusé est déclaré irresponsable de ses actes à cause de problèmes de santé mentaux. Peut-on juger quelqu’un qui ne comprend pas ce qu’il a fait de mal ?

au delà de 888 pages...

6 étoiles

Critique de Ndeprez (, Inscrit le 22 décembre 2011, 48 ans) - 25 juin 2012

Quand on prend le livre en mains , on peut se dire que ça va être long (je ne suis pas un adepte des "pavés") , le seul problème est que le sentiment reste pendant la lecture.
Que de longueurs, que de méandres, que de personnages secondaires et inutiles. La partie politique de l'histoire ne sert vraiment pas à grand chose !
L’atmosphère de l’Amérique des années 70 est bien retranscrite (je n'y étais pas de toutes façons) et le tueur est franchement allumé.
Un autre bémol et non des moindres , sans être un admirateur inconditionnel des chiennes de garde , je trouve ce polar très misogyne
En effet , une femme humiliée et perturbée a engendré un enfant qu'elle a passé son temps à battre... Forcément cet enfant va un jour tuer sa mère puis une fois adulte va assassiner uniquement des femmes (toutes un peu paumées, fauchées , droguées ou prostituées parfois les 4 à la fois) afin de revivre son matricide.... Ca leur apprendra à ces nanas à ne pas savoir éduquer leurs mômes !

Enfin disponible en français !

10 étoiles

Critique de Amnezik (Noumea, Inscrit le 26 décembre 2006, 56 ans) - 2 février 2012

L’auteur ne se contente pas de suivre le parcours sanglant de Bishop mais aussi de ceux qui gravitent autour de lui, la police bien entendu, un journaliste d’investigation qui recherche un scoop, un politicien qui fait de la défense de la peine de mort son cheval de bataille et même la pègre payée pour liquider le fugitif assassin ! C’est l’occasion aussi pour Shane Stevens de nous dresser un portrait sans concession des Etats-Unis des seventies (un portrait encore d’actualité aujourd’hui sur certains points).
Pour ne revenir au roman à proprement parler le style est volontairement épuré, entre journalisme (sans voyeurisme) et documentaire, un choix qui colle bien au récit et permet une immersion rapide au coeur de l’intrigue. Intrigue qui repose sur la dualité de Thomas Bishop, d’un côté il s’avère totalement inadapté à toute vie sociale (voire même à tout sentiment, sinon la haine) et fortement psychotique, et de l’autre il se fond dans la foule tel un caméléon, s’attirant même les bonnes grâces de ses futures victimes ; un curieux mélange de folie assassine et d’intelligence froide et calculatrice. A défaut d’être attachant le personnage est suffisamment intriguant pour que l’on s’y attarde, une personnalité aussi complexe tend à effacer quelque peu les autres personnages qui font office de figurants dans le récit sans que toutefois cela ne nuise au roman. Bref j’ai littéralement dévoré ce pavé sans jamais m’ennuyer, je ne peux que le conseiller à tous les amateurs de thriller, en le lisant ne perdez pas de vue que c’est ce titre qui a ouvert la voie à d’illustres successeurs…

Très bon livre

9 étoiles

Critique de Arno-bzh (, Inscrit le 13 septembre 2010, 41 ans) - 7 janvier 2012

Je viens de finir ce roman et pour ma part je l'ai trouvé très bien.

Pour moi la particularité de ce livre et ce qui en fait tout l'intérêt est la présence des histoires annexes. En effet la somme de personnages est assez importante et on s'y perd parfois mais pour moi ils sont très importants.
Dans ce livre l'auteur ne se contente pas de deux personnages principaux (le tueur et le flic) mais place plein de personnages gravitant autour du tueur. Un politicien, un flic paumé, des truands etc... et tous tentent de tirer profit de ce tueur.

Quand au côté "gore" je suis pas vraiment d'accord les descriptions des sévices et cadavres sont en générales courtes et peu détaillées.
Le plus perturbant pour moi est la façon dont l'auteur expose le point de vue du tueur envers les femmes. C'est très cru, écrit sans aucune retenue.
Et je pense qu'une doit être encore plus perturbé par ça.

Bref très bonne surprise... A lire

Insaisissable Tueur ... Saisissable Démence !!!

10 étoiles

Critique de Pakstones (saubens, Inscrit le 2 septembre 2010, 58 ans) - 4 décembre 2011

Attention cher lecteur !!!
Livre Hors Norme ... sur le mal absolu !

Voici le roman noir qui hantera tes nuits jusqu'à la fin de ton existence.

DINGUE !

Toi, qui a eu peur d'un certain Hannibal Lecter, d'un Jack l'éventreur ou d'un William Gacy, qui vite change de trottoir, qui tourne vite les pages ....
Tu vas enfin connaître la véritable frayeur de la démence d'un tueur sanguinaire diaboliquement insaisissable : Thomas Bishop.

Pas la peine de raconter ce que tu vas lire sur 900 pages, évite d'en savoir plus, et plonge tout de suite dans cette traque infernale, ou plutôt spirale cauchemardesque !

Chasse à l'homme à travers les Etat Unis , des années 50 à 80, entre un psychopathe de la pire espèce, sanguinaire et redoutablement intelligent et d'un journaliste Adam Lenton, en quête de vérité, mettant tout en oeuvre pour le stopper.

On ne compte plus le nombre de victimes à ce stade, seul compte notre salut, sauvez notre peau ...sauvez notre âme.

Oeuvre puissante, absolument bien écrit, hyper captivant, méticuleux, réaliste, intense et ténébreux.

Breuhh .... j' en tremble encore !

Voyage fascinant dans les profondeurs de l'âme humaine, immoral, horrifiant jusqu'au dénouement terriblement macabre, terriblement dantesque.

Shane Stevens a pondu un immense livre, la référence à ce jour !
... Crédible, dévastateur et scandaleusement jouissif !

Avertissement aux futurs lecteurs : Livre pas si inoffensif que ça.

... Je t'aurai prévenu !!!

La traque d'un tueur fou aux USA

8 étoiles

Critique de Chris (Bruxelles, Inscrite le 30 décembre 2003, 50 ans) - 13 novembre 2011

On voit que l'auteur s'est documenté pour écrire ce livre. On suit la traque d'un tueur de femmes à l'origine interné dans un asile. Oui il est fou, mais aussi machiavélique et drôlement malin. Sauf qu'il ne pense pas à tout ...

Dès qu'on plonge dans ce roman, on est pris par l'histoire et on a vraiment envie de savoir comment le subterfuge va être révélé et surtout comment le tout va se terminer. Et quelle fin!

C'est vrai que c'est une 'brique' d'environ 900 pages mais j'ai vraiment aimé suivre l'enquête ainsi que le cheminement de Thomas Bishop dans tous les Etats-Unis.

Bon, mais trop long pour moi

6 étoiles

Critique de Gnome (Paris, Inscrit le 4 décembre 2010, 53 ans) - 28 octobre 2011

Un livre visiblement précurseur du genre, dont le style n'a presque pas pris une ride malgré ses 30 ans. Un impressionnant travail d'écrivain qui force le respect. Je n'ai pu m'empêcher de faire un parallèle avec "Un tueur sur la route" de James Ellroy, écrit en 1986 et qui, s'il traite du même thème (la cavale du tueur en série), est un livre qui a beaucoup moins bien vieilli à mon goût et sonne moins vrai qu'"Au delà du mal".

J'ai aimé les personnages à la personnalité bien fouillée (pour la plupart), j'ai apprécié le réalisme des scènes et des situations. La précision et le découpage de l'histoire m'ont souvent donné l'impression de voir le film de ce livre. Un bon film, mais... un film interminable !

En effet, si la construction -classique, au demeurant- de l'histoire en entrelacs est parfois agréable pour un récit de 200 ou 300 pages, elle devient à la longue très fatigante dans ce pavé de près de 900 pages (version poche) ! Tellement fatigante que je me suis finalement résigné à en abandonner sa lecture.

J'ai donc lu les deux tiers de ce livre en admirant la prouesse, mais en me sentant un peu emprisonné et en me désespérant de le lire si lentement, sans jamais sembler apercevoir le bout du tunnel.

J'ai eu du mal à le finir !

8 étoiles

Critique de SinOp (, Inscrit le 8 août 2011, 29 ans) - 24 août 2011

J'ai quand même eu du mal à finir ce livre malgré qu'il m'ait plu, Thomas Bishop est assez fascinant je trouve, Kenton en jette aussi, l'intrigue est bonne, l'idée l'est aussi mais par moment le livre devient assez chiant et lourd ! Je suis d'accord pour dire que les parties sur le sénateur etc... font partie du livre et que c'est justement ça qui fait la magie de ce livre, c'est qu'on ne s'arrête pas seulement sur le tueur et les traqueurs, là on y voit aussi l'impact politique etc... mais des fois c'est long et inutile.

Pour résumé un bon livre, j'ai pris plaisir à le lire mais ce n'est pas un chef d’œuvre, pour ma part du moins.
PS: Je précise que c'est ma première expérience dans les histoires de serial killer.

Recommandé par des grands noms....

9 étoiles

Critique de Free_s4 (Dans le Sud-Ouest, Inscrit le 18 février 2008, 49 ans) - 14 août 2011

Quand James Ellroy dit: "un immense livre", et Stephen King: "L'un des plus grands romans jamais écrits sur le mal absolu. Je le recommande sans réserve!".......je me précipite chez mon libraire pour me procurer ce roman.
En effet, ce livre est excellent, surtout quand on sait qu'il a été écrit il y a plus de 30 ans .....
- Parcours touristique à travers les USA.....vu par un sérial killer, il nous fait visiter les plus grandes villes, Los Angeles, Las Vegas, New York........
- Autre aspect intéressant, l’enquête menée par le journaliste Adam Lenton et son côté "profiler" avant l'heure......
- J'ai moins aimé le côté politique, magouilles et compagnies.....
Pour finir la citation de la quatrième de couverture signé P.B. - Atmosphères: "Cette oeuvre bouleversante et intense, unique en son genre, constitue une des plus fascinantes plongées du roman noir dans les ténèbres de l'âme humaine. Inoubliable."
A conseiller à tout "fan" de thrillers.

Longue déception...

6 étoiles

Critique de Killing79 (Chamalieres, Inscrit le 28 octobre 2010, 44 ans) - 11 août 2011

A la fermeture de ce livre, le sentiment qui prédomine est la déception. Annoncé de-ci de-là comme un chef d'oeuvre, j'ai sauté sur cette histoire avec le grand espoir de trouver LE tueur en série.
Les différents angles utilisés par l'auteur (meurtrier, journalistes, enquêteurs, politiques...) permettent à l'écriture de se différencier et d'avoir un style propre et intéressant.
Seulement ce style sans sentiment accouche au final d'une histoire plate et neutre, et qui patit en plus d'un manque cruel de surprises et de suspense.
Les idées sont bonnes, le méchant vraiment méchant, la folie pleine d'intelligence, malheureusement, ce livre est trop long (au moins 300 pages inutiles), mais vraiment trop long.

Un très grand roman noir

10 étoiles

Critique de Carson Dyle (, Inscrit le 27 novembre 2007, 64 ans) - 28 juillet 2011

Impossible de lâcher ce roman une fois commencé ! Sur fond historique (l'affaire Caryl Chessmann aux états unis !) l'épopée sanglante d'un meurtrier (aux circonstances atténuantes certes) qui a aux trousses toute la police de New York et le plus doué des journalistes d'investigation.
Sont passées en revue les affaires du Watergate et les turpitudes des politiciens américains, et ce contexte est particulièrement intéressant et apporte un plus à l'histoire que je ne vais pas vous dévoiler !

Un choc que ce roman pour moi, au même titre que "Les racines du mal " de Maurice Dantec !
Je recommande vivement, mais âmes sensibles s'abstenir toutefois !

Le mal oui, mais pas au-delà

5 étoiles

Critique de Florian1981 (, Inscrit le 22 octobre 2010, 42 ans) - 21 juillet 2011

Peut-être qu'en 1979 ce roman pouvait encore faire frissonner dans les chaumières, mais aujourd'hui, c'est triste à dire, mais on a lu, et même dans la réalité vu, bien pire que des corps de femmes mutilées et décapitées, de sorte que de mon point de vue les limites du mal ont été repoussées et que ce roman ne m'a pas vraiment terrorisé, loin s'en faut...

On ne peut bien évidemment pas reprocher à l'auteur cette évolution des comportements humains vers toujours plus de violence et de cruauté, mais ce qui était précurseur en 1979 procure moins de montée d'adrénaline en 2011 et l'intérêt du livre en pâtit forcément.

Par ailleurs, si l'idée d'adjoindre des histoires parallèles à l'histoire principale aurait pu donner davantage de densité au roman, au final elles finissent au mieux en eau de boudin, soit pas du tout, de sorte que je me demande à quoi elles ont servi sinon à complexifier inutilement le roman et à ajouter nombre de pages superflues! Je n'ai pas bien compris où l'auteur avait voulu en venir!

Enfin, j'ai été agacé par un nombre de coïncidences assez improbables, en faveur ou défaveur du meurtrier d'ailleurs, qui nuisent beaucoup à la crédibilité d'ensemble du récit.

En définitive, un roman assez long dans lequel je me suis souvent ennuyé.

Du très grand thriller

10 étoiles

Critique de Lolo (, Inscrit le 2 juillet 2011, 41 ans) - 2 juillet 2011

Magnifique livre. L'histoire reste surprenante, admirablement construite et offre en miroir une vision de la société américaine et de ses "piliers" : élus, journalistes, médecins, policiers, ainsi qu'une traversée du pays de LA à NY en passant par Vegas, Phoenix et Chicago. Il décrit surtout l'un des plus fascinants "serial killer" de la littérature, non pas celui que "l'on aime haïr", mais celui que l'on s'en veut d'aimer. Plus encore, l'écriture est exceptionnelle. Il faut goûter la manière dont presque chaque paragraphe se conclut par une formule choc, souvent pleine d'humour noir et de cynisme. On regrette de ne pas en savoir plus sur cet auteur. Un grand livre.

Enfin un vrai roman noir ( mais vraiment noir) !

10 étoiles

Critique de Zurco (, Inscrit le 5 février 2011, 39 ans) - 7 juin 2011

Un régal !!! Bien supérieur (à mon goût) au livre " un tueur sur la route" qui relate lui aussi le parcours d'un monstre (même si ce n'est pas traité de la manière).

Le sujet est exploité à fond sans lourdeur. On termine ce livre sans vide dans l'histoire. Tout y est expliqué même les détails les plus sombres dans le but de sonder une âme à la noirceur infinie.

Voilà un personnage que le lecteur n'est pas près d'oublier après la lecture de la dernière page !

L'incontournable

10 étoiles

Critique de Traffic (Marseille, Inscrit le 21 septembre 2010, 55 ans) - 24 mai 2011

Sans vouloir paraitre arrogant, je me demande vraiment qui peut trouver ce livre ne serait ce que dispensable. C'est simple, il fait partie des livres au sujet desquels on ressent une petite pointe de mélancolie une fois terminé car on a compris depuis longtemps qu'il en existe bien peu d'une telle richesse.

L'histoire est vraiment complète pour une fois et nous plonge dans l'ambiance américaine des années 50 à 80 autour de l'histoire du fils de deux laissés pour compte californiens qui va devenir un serial killer surpuissant.

Au passage, le bouquin évoquera la politique, le journalisme l'administration et le genre humain en général avec un vrai talent que peu d'auteurs de polar contemporain peuvent revendiquer (enfin moi je n'en connais pas).

La seule recommandation à son sujet est que l'écriture est de plus en plus serrée au fur et à mesure de sa progression et qu'il faut bien se concentrer pour ne pas louper d'informations (c'est carrément de cela qu'il s'agit à un moment donné) qui ont toutes leur importance pour bien saisir la puissance de l'histoire.


Depuis je suis malheureusement passé à un autre livre sonatine "Les lieux sombres", bénéficiant de bonne critiques sur ce site et ailleurs, et pour moi, ça a été dévastateur tant la différence de qualité est flagrante d'une vraie plume à un écrivaillon.

Ne loupez pas ce Shane Stevens sorti de nulle part.

Précurseur avant tout!

10 étoiles

Critique de Christophe30 (Bruxelles, Inscrit le 25 janvier 2009, 48 ans) - 21 mai 2011

Un pavé de 889 pages, mais excellent. Nombres de persos, les relations entre chaque évènements qui se rejoignent, rien n'est anodin. Pourrait sembler long au départ.
Imaginez que ça date de 1979, ce n'est pas du vu et revu comme j'ai déjà pu lire en com. Mais c'était plutôt précurseur. Beaucoup de livres à succès dans le genre sont apparus après, cqfd.
J'ai même eu la sensation que ça sentait le vécu, le kenton... A vous de voir. Un bon bleuf, bon final, lecture facile, psycho profonde des persos, connaissance certaine du milieu, des lieux.

Beaucoup de mal à terminer

4 étoiles

Critique de Soup34 (, Inscrit le 30 septembre 2007, 43 ans) - 21 mai 2011

Le livre était prometteur, l'histoire intéressante, eh bien grosse déception à l'arrivée. Il y a des points positifs: la psychologie du tueur, le face à face entre lui et le journaliste, mais l'auteur a trop cherché à complexifier l'histoire pour rien. Toutes ces histoires de politiciens, d'hommes d'affaires véreux ne servent absolument à rien. Le livre pouvait très bien faire deux fois moins de pages. L'autre gros point négatif pour moi réside dans le fait que les déductions des différents enquêteurs qui leur permettent de se rapprocher du tueur sont logiques mais impossible de savoir comment ils en sont arrivés là, on ne comprend pas comment ils arrivent comme par hasard à trouver l'éclair de génie qui fera avancer l'enquête comme si l'auteur soufflait à l'oreille de ses personnages. Et juste après pour faire durer, un raisonnement complètement absurdes fait qu'ils s'écartent de la bonne piste tout ça pour rajouter une cinquantaine de pages. Seule la dernière partie sauve un peu le tout malgré le rebondissement final complètement idiot.

Une œuvre traitée de façon peu commune

6 étoiles

Critique de Ayor (, Inscrit le 31 janvier 2005, 51 ans) - 26 mars 2011

Il faut s'accrocher ferme pour rentrer pleinement dans ce livre. Malgré leur importance, les 200 premières pages ne sont pas des plus digestes, d'autant que l'auteur nous raconte son histoire presque comme un documentaire. Une fois intégré ce procédé, on tourne plus facilement les pages pour arriver à une fin plutôt réussie et dont le suspense reste entier et haletant. De très nombreux personnages émaillent cette histoire de tueur fou où s'entremêlent journalisme d'investigation et récupération politique. A ce sujet certains passages sont un peu lourds voire même ennuyeux, alors que d'autres, notamment ceux se rapportant au deux principaux protagonistes Bishop et Kenton, sont passionnants.
Difficile d'émettre une critique sur une telle œuvre tant elle est inégale et particulière dans sa narration. Si l'on n'a pas la volonté de s'accrocher un minimum, on peut passer à côté d'un bon roman, traité, il est vrai, sous un angle peu commun.

Grand, tout simplement

10 étoiles

Critique de Herve2 (, Inscrit le 23 mars 2011, 54 ans) - 25 mars 2011

Plongée impressionnante dans l'Amérique des seventies, ce livre est bien plus qu'un simple roman traitant de la traque, devenue aujourd'hui classique, d'un serial-killer. Cette histoire, écrite et publiée en 1979 Outre-Atlantique, mais restée non traduite en français jusqu'en 2009, sonde l'âme de deux hommes , mais propose également une photographie d'un pays durant cette décennie marquée notamment par le Watergate (d'ailleurs, certains passages, relatant la traque de Bishop par Kenton m'ont furieusement rappelés "Les Fous du Président" de Bernstein et Woodward) et l'avènement médiatique des tueurs en série. On ne peut non plus s'empêcher de faire le rapprochement avec l'ambiance du film "Zodiac" de David Fincher, réalisé 27 ans après la sortie du livre. Le livre est passionnant de bout en bout, fait d'intrigues croisées, de plus en plus nerveuses et brèves, pour finir sur 200 dernières pages que l'on ne lâche pas !!! En résumé : une grande histoire, un grand livre !!!
P.S. : pour les amateurs d'hémoglobine genre "American Psycho", passez votre chemin !!! Le Bishop est certes fou mais le Stevens n'était guère racoleur !!! Donc, ça saigne, mais pas tant que ça finalement !!!

TRES BON MAIS ....

8 étoiles

Critique de Pauline3340 (BORDEAUX, Inscrite le 2 août 2008, 56 ans) - 2 mars 2011

J'ai bien apprécié le roman , le style est haletant. les personnages ne sont que des morceaux de viandes tués. Je l'ai terminé mais quelques longueurs m'ont fait sauter des passages et pour un roman c'est pas le but. Trop de politique à mon goût, et la fin pas géniale. Il manque quelques humains dans ce livre. A lire pour les adeptes de ce genre de roman plein d' hémoglobine. Bonne lecture à toutes et tous.

Puissant

10 étoiles

Critique de Bookivore (MENUCOURT, Inscrit le 25 juin 2006, 41 ans) - 12 mars 2010

Sans aucun doute le plus grand thriller jamais écrit, une oeuvre colossale, certes longue (et encore, je possède une édition republiée, faisant plus de 900 pages car caractères plus gros) mais passionnante. En revanche, très, très, mais alorstrès dur et documenté, âmes sensibles, s'abstenir ! Mais c'est grandiose !
Sans ce livre, pas de Thomas Harris. J'ai presque envie de dire pas de Grangé et de Chattam, mais ce roman n'étant jamais sorti en France jusqu'à 2009...

Le meilleur thriller qu'il m'ait été donné de lire....

10 étoiles

Critique de Clubber14 (Paris, Inscrit le 1 janvier 2010, 44 ans) - 22 février 2010

Un 5 étoiles indiscutable pour ce thriller...

Tout d'abord ce qui me plait ce sont les à-côtés du roman, à savoir que l'auteur a écrit 5 livres en l'espace de 15 ans puis s'est évaporé dans la nature. Personne ne sait ce qu'il est devenu. De même, le nom de l'auteur n'est pas forcément le vrai, il peut s'agir d'un pseudonyme.

Le livre part d'une histoire vraie, l'histoire de Caryl Chessman, un violeur multirécidiviste qui a agit dans les années 50s. L'auteur part de ce fait divers pour inventer au violeur un fils illégitime, qui, par ses gènes, en fait un tueur en série diabolique. Thomas Bishop est beau, intelligent, il sait manier et feindre les comportements sociaux, on lui donnerait le bon Dieu sans confession et c'est ce qui le rend inarrêtable.

Ce roman est d'une noirceur sans nom, l'auteur nous plonge dans le corps et l'esprit de ce tueur en série psychopathe et nous comprenons son évolution, comment de jeune garçon intelligent, il devient ce tueur sanguinaire.

En parallèle, l'auteur nous plonge dans les vies de ceux qui le traquent : un politicien véreux (pléonasme?), les polices de tous les Etats américains, la pègre, les meilleurs journalistes d'investigation.

Nous comprenons, via ces destins croisés, que tous les milieux sont vérolés, les chantages et les double-jeux sont légions.

En conclusion, un excellent polar qui mêle réalité et fiction, une chasse à l'homme incroyable à travers tous les Etats-Unis, une écriture fine, juste, précise. Je suis désormais fan de cet auteur, quel dommage qu'il ait fallu attendre 25 ans pour que ce livre soit publié en France !!!!

Au-delà de 700 p.

9 étoiles

Critique de Leyhane (, Inscrite le 30 janvier 2010, 31 ans) - 7 février 2010

J'avais entendu parler d' "Au-delà du mal" sur divers site ou dans diverses émissions. Quand j'ai enfin eu l'occasion de me l'acheter, j'étais évidemment pressée de le lire.
J'ai adoré ce livre. Les 700 et quelques pages passent pour la plupart plutôt vite, même si je dois avouer que l'intrigue avec le sénateur m'a plutôt ennuyée. Au delà de ça, c'est vraiment réussi. Une écriture froide certes, mais qui convient parfaitement aux personnages. Et qui ne m'a pas empêchée de m'attacher à Thomas Bishop, à son "ascension" puis à à sa déchéance.
Pour le reste, tout a été résumé au dessus. En bref, un thriller original et vraiment intéressant.

La fronde de Pipierre ne restera pas impunie

9 étoiles

Critique de Justinien (bordeaux, Inscrit le 29 avril 2008, 37 ans) - 4 septembre 2009

Stevens signe ici un roman noir très ambitieux dont la force tient à la fois à l'âpreté de la chasse à l'homme dans laquelle Thomas Bishop, esprit retors et malicieux s'il en est, se trouve enfermé, qu'au contexte politique habillement tissé qui fait d'au delà du mal un véritable roman d'ambiance plus qu'un polar comme il en existe tant. Le rythme est là, la cavale palpitante, l'issue indécise, que demander de plus.
S'il connaît parfois quelques longueurs, de toute évidence nous ne sommes pas là en présence d'un "page turner", le récit n'en ai pas pour autant obèse.

PS: A noter le beau travail d'édition de Sonatine qui justifie l'achat d'un grand format.

Excellent polar

8 étoiles

Critique de CptNemo (Paris, Inscrit le 18 juin 2001, 50 ans) - 19 août 2009

Fini il y a quelques jours et avis totalement contraire à Pipierre.

Ce roman, paru il y a 25 ans aux USA et jamais traduit jusqu'à aujourd'hui est l'un des premiers qui aie été écrit sur le thème du serial killer. Et à l'exception d'"Un tueur sur la route", le meilleur que j'ai lu sur le thème.

Thomas Bishop après avoir tué sa mère à l'age de 10 est envoyé en asile psychiatrique. Il s'échappe à l'age de 25 ans et commence à tuer des femmes et à massacrer les corps. Commence alors une traque haletante à travers les USA. Plutôt intelligent, il va échapper à la police pendant très longtemps.

Ici pas de récit à la première personne, au contraire.

Le récit est une vraie toile d'araignée composé d'une multitude de personnages et la trame du récit nous fait passer de l'un à l'autre : les policiers qui traquent Thomas Bishop, les journalistes qui veulent en profiter pour vendre les journaux, les politiciens qui veulent utiliser l'affaire à des fins politiques.... Tout cela est très habilement construit et l'on a du mal à lâcher le livre. Le final est véritablement dantesque.

Le style quasi-documentaire est une vraie force pour moi, tant cela rend le roman "réaliste". On est parfois surpris à se demander si on lit une histoire vraie ou un roman.

Donc un excellent polar, bien construit et bien écrit et qui à l'ambition d'aller un peu plus loin que le simple thriller via un portrait peu flatteur de l'exploitation que peuvent faire politique et media d'un tel meurtrier.

Seul reproche à formuler : c'est quand même un poil plus long que nécessaire.

Après "La griffe du chien", "Au-delà du mal" continue à me réconcilier avec le genre.

Forums: Au-delà du mal

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Au-delà du mal".