Histoire de l'oubli de Stefan Merrill Block

Histoire de l'oubli de Stefan Merrill Block
( The story of forgetting)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Marvic, le 3 juillet 2009 (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 64 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (22 878ème position).
Visites : 3 368 

Original et touchant

Dans ce roman de plus de 360 pages, nous allons suivre deux membres d'une même famille frappée à travers les générations par une forme particulière de la maladie d'Alzheimer.
Nous faisons d'abord la connaissance d'Abel, de sa vie de bossu en compagnie de son frère jumeau et de Mae, la femme de celui-ci dont il tombe amoureux. Suite au départ de Paul pour la guerre, vont s'enchaîner des événements qui nous emmèneront jusqu'aux dernières pages du livre. (Ne pas en dire plus pour laisser le plaisir de la découverte)

Nous rencontrons ensuite Seth, adolescent solitaire, sa mère atteinte de la maladie , lui ayant tout caché de son passé, il va partir à la recherche d'autres membres "supposés" de sa famille à partir du fichier médical de recensement des malades.
Nous suivons aussi ses recherches médicales sur la maladie, sa transmission avec toujours cette même épée de Damoclès au dessus de tous les descendants.

Les chapitres alternent les épisodes de la vie de ces deux "héros" entrecoupés de récits sur la vie à Isidora, fil rouge de transmission orale sur cette cité d'or ... oubliée et perdue.
De beaux moments, d'autres douloureux et puis certains un peu longs; les parties scientifiques ou celles sur Isidora cassent un peu le rythme des passages des souvenirs et de l'attente d' Abel et ceux de l'enquête et la recherche pour Seth.
Peut-être la déception vient elle tout simplement des critiques lues en quatrième de couverture: "une oeuvre qui frôle le génie, un premier roman époustouflant, inoubliable".
De quoi donner envie de dévorer ce premier roman.

Une belle histoire , écrite comme une enquête, où on s'attache aux personnages, et si quelquefois, on trouve le livre un peu long, les dernières pages nous "scotchent".

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Mémoire fragmentée

7 étoiles

Critique de Bluewitch (Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 43 ans) - 26 février 2011

Mémoire et conscience, deux caractéristiques bien spécifiques à l’homme, qui font de lui ce qu’il est. Si la mémoire est touchée, la conscience l’est aussi. La présence à l’autre, au monde tel qu’il est perçu par la majorité, s’en voient inévitablement altérés, dans des dimensions parfois imprévisibles auxquelles il est souvent difficile de faire face.

La maladie d’Alzheimer est un sujet sensible, surtout, peut-être, dans sa forme familiale et héréditaire, d’apparition précoce. Mais Stefan Merrill Block, en en faisant le fil conducteur, l’axe de son livre, parvient à l’aborder de manière touchante, et ce, sans trame pathétique.

Histoire de l’oubli est un roman très bien construit, nous prenant très vite par la main, sachant rendre ses personnages attachants (même s’ils auraient gagné à être encore un peu plus charismatiques). Se lisant la fois comme une enquête existentielle, un témoignage social et émotionnel, ce roman se pare des qualités et défauts d’une certaine littérature “américaine” : un scénario très bien ficelé, un style fluide et clair, un bon sens du rythme, mais en contrepartie, un aspect un peu cinématographique qui empêche l’auteur de se positionner complètement comme écrivain. Si l’on sent dans l’atmosphère certaines influences littéraires suggérées par les médias (Faulkner, pour ne citer que lui), il n’en est pas de même pour la profondeur identitaire des personnages ou du contexte socio-culturel.

Mais voilà qui n’empêche pas du tout une lecture prenante, vive et curieuse, qui nous pousse à tourner la page en se disant que, du début à la fin, il n’y a pour ainsi dire aucune faute de goût. Un premier roman qui vaut la peine d’être découvert, car on ne peut nier y sentir toute l’attention et la passion de l’auteur envers ce thème bien délicat…

Inoubliable

8 étoiles

Critique de Spiderman (, Inscrit le 14 juin 2008, 60 ans) - 16 février 2011

La mémoire.
Quoi de plus naturel ? C'est cette alchimie étrange qui permet à l'homme de s'orienter dans l'existence que Stefan Merrill Block place au coeur d'un étonnant roman.
Une forme rare (et imaginaire) de la maladie d'Alzheimer lui permet d'organiser un récit autour de trois axes :
- un ado reconstituant l'arbre généalogique d'une pathologie,
- un bossu vivant "bizarrement" entre son frère et sa belle-soeur,
- le monde d'Isadora, la planète où la mémoire n'existe pas.
Le lecteur se retrouve ainsi au coeur d'univers déstructurés, qui vont s'organiser de façon parallèle puis convergente.
Avec un vrai talent (mais aussi des longueurs parfois -volontairement ? - soporifiques), l'auteur réussit à placer les neurosciences et l'une des angoisses de notre temps comme fils conducteurs d'un récit nécessitant calme et concentration dont on ressort avec la mémoire toute "ébouriffée" ...

Forums: Histoire de l'oubli

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Histoire de l'oubli".