Saveurs assassines : Les enquêtes de Miss Lalli de Kalpana Swaminathan

Saveurs assassines : Les enquêtes de Miss Lalli de Kalpana Swaminathan
( The page 3 murders : a Lalli mystery)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par BMR & MAM, le 26 mai 2009 (Paris, Inscrit le 27 avril 2007, 62 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (37 948ème position).
Visites : 2 687 

La Grande Bouffe

Saveurs assassines, un petit polar de l'indienne Kalpana Swaminathan qui nous écrit depuis Bombay en anglais (en VO) mêlé de multiples touches d'hindi, d'ourdou, de parsi, de tamoul ... locales (heureusement, il y a un glossaire à la fin du bouquin !).
Un petit polar bien sympa qui met en scène une détective à la retraite, Lalli, sorte de croisement subcontinental entre Miss Marple et Sherlock Holmes.
C'est indien, frais, plein d'humour (et plutôt finaud), dépaysant, pas prise de tête, bref, idéal pour les plages de l'été qui s'annonce.
D'autant que ce n'est que la première enquête de la série : La chanson du jardinier est déjà dans la pile à lire ...
L'écriture de Kalpana Swaminathan est résolument moderne, enracinée dans la vie des indiens d'aujourd'hui. Et malgré les nombreuses notes de la traductrice, on passe sûrement à côté de nombreuses allusions ironiques à la vie des indiens de Bombay, mais qu'à cela ne tienne, il en reste suffisamment pour nous tenir en haleine.
L'idée de cet épisode est de réunir un microcosme de la bonne société chic de Bombay dans une villa pour le week-end : un docteur, un écrivain, une top-model, ...
Un week-end gastronomique puisqu'il est ponctué par des repas savamment composés (et quelques cadavres aussi). On en a l'eau à la bouche (à cause des repas, pas des cadavres).
Côté enquête, mais comme toujours dans les polars, ce n'est pas l'essentiel, on flirte avec les classiques du genre : mystère de la chambre close, indices parsemés au fil de la lecture, personnages au passé trouble, déductions savamment agencées par la détective. On a l'impression de jouer au Cluedo (il y a même un plan de la demeure qui réunit les personnages pour le week-end !).

[...] - Vous avez appris la mort de Chili, déclara Lalli.
Elle est morte vers midi aujourd'hui, peu après être retournée dans sa chambre pour se reposer. Elle a été empoisonnée. Les gélules de vitamine qu'elle prenait le matin étaient remplies de mort-aux-rats.
Ujwala fit de nouveau entendre les lamentations de Cassandre.
- Je vous l'ait dit ! Je l'ai dit à tout le monde ! Je le savais ! Dès que je l'ai entendu dire, je le savais !
Lalli ne fit pas attention à elle.
- Alors qu'est-ce qu'on fait maintenant ? demanda Alif Bey avec un signe désespéré en direction de la fenêtre contre laquelle la pluie continuait de battre sans répit.
- Vous voulez dire : à qui le tour ? demanda Félix.

On attend avec impatience la prochaine enquête de dame Lalli ...

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Saveurs assassines [Texte imprimé], roman Kalpana Swaminathan traduit de l'anglais (Inde) par Édith Ochs
    de Swaminathan, Kalpana Ochs, Édith (Traducteur)
    Points / Points (Paris)
    ISBN : 9782757805855 ; 7,60 € ; 10/04/2008 ; 384 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Les enquêtes de miss Lalli
  • Saveurs assassines : Les enquêtes de Miss Lalli

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Si vous aimez l’art culinaire indien …

7 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 66 ans) - 6 janvier 2021

Kalpana Swaminathan est une femme médecin qui écrit des polars. Elle vit à Bombay, en Inde, son terrain de jeu sera donc Bombay (qui s’appelle Mumbaï d’ailleurs maintenant). Son héroïne, Miss Lalli, enquêtrice retraitée, mais toujours active, de la police criminelle de Bombay. Avec un profil du genre ; solitaire, un brin acariâtre, mais géniale, bien sûr. Improbable croisement entre certaines héroïnes tendance « vieille fille » d’Agatha Christie et la décontraction d’Hercule Poirot. Tout ceci au pays des saris et des chapatis ! Apparemment seulement deux de ses romans de cette série Lalli auraient été traduits en français, dont ces Saveurs assassines.
La manière de mener l’intrigue de notre Kalpana Swaminathan est par contre assez différente du « carcan » Agatha-Christien », où tout est corseté, calibré, et où pas une oreille ne bouge. Chez Kalpana Swaminathan, c’est beaucoup plus relâché. Elle fait relativement appel à l’initiative et à l’intelligence du lecteur pour remettre des situations bout à bout et ne se montre pas d’un conservatisme forcené. Par contre, à l’instar d’Agatha Christie, on n’évolue pas dans les bas-fonds de Bombay mais plutôt dans la frange « high society ».
C’est un roman d’enfermement, un peu dans le mode Dix petits nègres (oh pardon ! … conneries …), avec moins de morts toutefois. Quinze personnes de cette société chic de Bombay sont rassemblées – et se retrouvent isolées – dans une magnifique demeure rénovée par Hilla, suite à un héritage. Rassemblées pour participer à un « happening » gastronomique indien concocté par Tarok, le mystérieux cuisinier. L’occasion pour Kalpana Swaminathan de manifestement se faire plaisir et dérouler les fastes de la gastronomie indienne, et internationale parfois. Du coup les renvois à l’appendice en fin d’ouvrage (qui fait 16 pages tout de même !) sont incessants pour comprendre ce qu’est un « moong daal » ou un « ishrat ul firdaus ». En même temps sauter ces renvois si l’on n’est pas excessivement curieux ne nuit pas foncièrement à la compréhension de la situation.
Entre Rafiq, le danseur venu réaliser une performance, Félix l’écrivain, Mr Bajaj l’industriel qui a réussi, Chili la jeune top model et les autres, l’éventail de sensibilités est large et ce qui va se dérouler nous est curieusement raconté par la narratrice, jeune femme à vocation d’écrivain que Lalli, l’enquêtrice, a pris sous son aile.
Ca n’a rien d’un roman »cul-cul » contrairement à ce qu’on pourrait craindre mais la trame est tellement relâchée qu’on est parfois un peu indécis.
Pour connaître l’Inde profonde, non. Pour avoir une idée des comportements de la haute société de Bombay et de la gastronomie indienne, alors oui !

Forums: Saveurs assassines : Les enquêtes de Miss Lalli

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Saveurs assassines : Les enquêtes de Miss Lalli".