Sous la terreur de François-Xavier Gauroy, Ambroise Liard

Catégorie(s) : Littérature => Romans historiques

Critiqué par CC.RIDER, le 5 mai 2009 (Inscrit le 31 octobre 2005, 66 ans)
La note : 5 étoiles
Visites : 3 470 

Fantaisie historique

Ce roman se déroule pendant la période la plus sombre de la Révolution Française, période appelée non sans raison « La Terreur ». D’août 1792 à décembre 1794, pendant plus de deux ans, des centaines d’innocents, hommes, femmes, riches ou pauvres, nobles ou non sont emprisonnés, jugés sommairement ou même pas du tout et condamnés à mort. Les charrettes se succèdent place de Grève. La Veuve décapite non stop. Le bel élan de 89 est brisé, les rêves d’égalité de la nuit du 4 août sont oubliés, la paranoïa règne. La Convention voit des ennemis, des traitres et des espions partout. Le pouvoir se maintient sur un flot de sang et d’injustice. « Sont suspects ceux qui, n’ayant rien fait contre la liberté, n’ont aussi rien fait pour elle. » (Délibération de la Commune de Paris du 20 vendémiaire An II) Enfermée dans la sinistre prison de la Conciergerie et soumise au bon vouloir du terrible Fouquier-Tinville, la vie de Marie, ancienne carmélite qui n’a pas eu le temps de prononcer ses vœux, ne tient plus qu’à un fil. Elle est la dépositaire d’un secret royal qui a un rapport avec l’expédition de Monsieur de La Pérouse et que l’accusateur public et Robespierre veulent à tout pris découvrir…
On comprend qu’avec ce livre, on se place un peu en marge du roman historique classique. On est plutôt dans le « thriller historique » et même dans la « fantaisie historique ». La hargne et l’acharnement assassin de Fouquier-Tinville auraient leur origine dans son amour déçu pour la Princesse de Lamballe, ce qui est un « aménagement » de l’histoire déjà bien improbable. Bien pire, on entre dans la fabrication complète avec cette expédition de secours d’un vaisseau appelé « Sextant » qui aurait remonté le Nil jusqu’à sa source pour y découvrir la sépulture secrète d’Alexandre le Grand en plein désert de Nubie. Même Bonaparte se trouve mêlé à cette histoire et aurait ensuite tiré les marrons du feu et serait devenu le conquérant que l’on connaît grâce à la magie de son prédécesseur, sans doute transmise au-delà des millénaires. On croit rêver. Si c’est le souhait du lecteur, très bien. Le style est agréable bien que fort peu travaillé. (Beaucoup de répétitions, lourdeurs, redites…)

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Sous la terreur

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Sous la terreur".