Claudine à Paris de Colette, Willy

Claudine à Paris de Colette, Willy

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Le café de..., le 2 octobre 2008 (Perpignan - Bordeaux, Inscrite le 17 août 2008, 40 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (40 076ème position).
Visites : 5 009 

Après la campagne...

Ce deuxième volet de la série des "Claudine", qui va rendre Colette célèbre, prend la suite de "Claudine à l'école". La jeune fille adolescente de la campagne vient vivre à Paris auprès de son père.

Entre nostalgie de l'éden perdu et la découverte d'un autre univers, Claudine va découvrir la ville et ses règles. Sa rencontre avec la famille de sa tante, parisienne mondaine, va bouleverser son quotidien très tranquille.

Sous sa plume légère et si personnelle, Colette retrace la vision d'une provinciale arrivant à Paris, qui ne peut que faire penser à sa propre expérience. Tout au long des pages, on se demande si elle n'a pas elle-même ressenti ou vécu certaines de ses descriptions affectives à tortueuses.

Sans être un livre majeur, il fait passer un bon moment au lecteur et l'héroïne amène un petit vent de fraîcheur.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Second de la série « Claudine »

8 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 68 ans) - 12 janvier 2015

Que voilà une Claudine qui a bien des points communs avec sa génitrice, génitrice de lettres, Colette herself ! Du moins pour ce qu’on imagine ou croit connaître de Colette.
Même origine « Bourgogne profonde », avec l’accent qui va avec, même esprit déluré … Très séduisante cette Claudine ! (je regrette, entre parenthèses, de n’avoir pas d’abord lu le premier « Claudine » de la série, « Claudine à l’école »)
La jeune Claudine qui semble étouffer à Montigny, dans sa campagne bourguignonne, se voit proposer par son père de déménager à Paris. Un père un peu « à l’ouest », plus préoccupé par ses recherches malacologiques (moi j’ai découvert ce mot à l’occasion. Vous connaissiez vous ?) que par les contingences matérielles et l’éducation de sa fille. Auto-éducation pourrait-on dire !
Banco ! Sous le coup d’une déception, la Claudine jeune adolescente accepte l’idée de partir à Paris.
Après des débuts peu prometteurs, Claudine et son père, qui ont emmené la servante Mélie et la chatte Fanchette, trouvent leurs marques. Enfin c’est surtout Claudine qui trouvent les siennes : la vie parisienne, Marcel à peine plus âgé qu’elle, mais son neveu en fait puisque fils de Renaud, le cousin, d’une quarantaine d’années, de Claudine. Marcel, plus sûrement attiré par son ami Charlie que par les jeunes filles. Et puis Renaud, son cousin, son « vieux » cousin qui constitue son premier amour.
« Claudine à Paris », sous des dehors futiles se révèle, je trouve, diablement moderne, avec des idées bien avancées pour l’époque. C’est en fait l’éveil à la féminité d’une jeune femme à la naissance du XXème siècle et je ne doute pas qu’il ait pu faire scandale en son temps.
On y retrouve le ton détaché délicieusement libertin de Colette que j’ai pour ma part du mal à faire cadrer avec le tout début du XXème siècle ?

Forums: Claudine à Paris

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Claudine à Paris".