La voleuse d'hommes de Margaret Atwood

La voleuse d'hommes de Margaret Atwood
( The robber bride)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Sentinelle, le 30 mai 2008 (Bruxelles, Inscrite le 6 juillet 2007, 53 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (46 664ème position).
Visites : 4 463 

Mante religieuse et femme caméléon

Trois amies se retrouvent pour leur déjeuner mensuel dans un restaurant branché de Toronto.

Elles croyaient s'être définitivement débarrassées de Zenia, créature au passé obscur qui leur a volé à chacune leur homme. En apprenant sa mort dans les journaux quatre ans auparavant, elles avaient assisté avec jubilation à son enterrement. Quand soudain la porte du restaurant s'ouvre et Zenia entre, en personne…

Margaret Atwood nous décrit minutieusement le parcours de l’enfance jusqu’à l’âge adulte de ces trois femmes qui deviendront amies avec le temps : Tony, Charis et Roz, qui se sont rencontrées lors de leurs études supérieures mais qui ne se connaissaient guère d’atomes crochus à cette époque.

Leur futur point de convergence : elles seront trahies, chacune à tour de rôle, par Zenia, femelle hyper sexy qui gagnera leur confiance et leur amitié avant de détruire leur couple en "vampirisant" leur conjoint. Ces femmes seront marquées au fer rouge par cette trahison, qui cimentera définitivement leur amitié.

Ces trois femmes n’avaient pourtant pas été épargnées par leur enfance : mère volage et père devenu alcoolique et suicidaire pour Tony ; mère dépressive, père inconnu et oncle pédophile pour Charis ; mère effacée et père escroc pour Roz. L’auteure semble nous offrir une panoplie de personnages aussi détraqués les uns que les autres, les hommes n’ayant pas souvent le meilleur rôle… Chacune trimballe donc tant bien que mal ses failles, ses manques, ses faiblesses, véritables portes ouvertes par lesquelles s’engouffrera Zenia.

Mais qui est donc cette fascinante Zenia, qui s’invente à chaque fois une autre vie et un autre passé en fonction de son interlocuteur ? Mante religieuse et femme caméléon, séductrice et prédatrice, qui sait tellement bien manipuler et se modeler de manière à s’offrir en miroir aux fantasmes des femmes d’abord, des hommes ensuite.

La séduction, la confiance, la manipulation, le rejet, la trahison et l’abandon, voilà les thèmes récurrents apparaissant tout au long du roman.

Pourquoi Zenia réapparaît-elle quatre années après son décès officiel ? Pourquoi a-t-elle simulé sa mort et organisé son propre enterrement ? Voilà ce que les trois amies essayeront de découvrir jusqu’au jour où chacune à tour de rôle la rencontrera en tête à tête dans sa chambre d’hôtel.

Sachez toutefois que Zenia – qui tient à la fois de la vamp, de la stryge et de la sirène par son chant ensorcelant - demeurera à jamais opaque et insaisissable ; aucune question la concernant ne trouvera une réponse claire et définitive. On en vient même à se demander si le fait d’avoir embarqué les conjoints de Tony, Charis et Roz n’était pas plus une bénédiction qu’autre chose les concernant…

Je suis dubitative quant à ce roman. D’un côté, je l’ai trouvé long, verbeux, de l’autre, je n’arrivais pas à l’abandonner et j’étais curieuse de lire la suite. Ce roman exerçait donc sur moi une certaine attraction en dépit de ces inconvénients.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • La voleuse d'hommes [Texte imprimé] Margaret Atwood trad. de l'anglais par Anne Rabinovitch
    de Atwood, Margaret Rabinovitch, Anne (Traducteur)
    10-18 / 10-18. Série Domaine étranger
    ISBN : 9782264035943 ; 11,00 € ; 01/01/2005 ; 655 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Long

6 étoiles

Critique de Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 16 avril 2020

« Mais tant de choses ont été effacées, tant de plaies cicatrisées, tant d'images délibérément embrouillées, qu'elle n'est plus certaine de savoir lequel des récits de Zenia correspondait à la vérité sur sa vie. Elle peut difficilement l'interroger à présent et, même si elle le faisait, Zenia ne répondrait pas. Ou bien elle mentirait. Avec sérieux, d'une voix entrecoupée, tremblante de chagrin contenu, ou bien sur un ton haletant, comme pour un aveux; ou bien elle mentirait avec une colère froide, insolente [...] »

Trois amies ont un point en commun, avoir été trahies par Zenia. Zenia, calamité ou bénédiction? Peut-être les deux.

Ça a de bons moments, mais je n'ai pas été emballée. Il y a des moments où je trouvais que ça s'étalait trop en longueur, mais des petits passages me happaient et me faisaient replonger dans le livre. Si l'histoire devient de plus en plus claire, j'ai l'impression qu'il nous manque plusieurs pièces du puzzle. Pas mon roman préféré de l'auteure.

Forums: La voleuse d'hommes

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La voleuse d'hommes".