Lettre à D : Histoire d'un amour de André Gorz

Lettre à D : Histoire d'un amour de André Gorz

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Bolcho, le 19 janvier 2008 (Bruxelles, Inscrit le 20 octobre 2001, 74 ans)
La note : 6 étoiles
Visites : 2 990 

« Je ne veux pas recevoir un bocal avec tes cendres »

André Gorz est un philosophe et journaliste de gauche (plus connu sous le nom de Michel Bosquet, dans le Nouvel Obs des années 60-70) qui a notamment beaucoup fait pour populariser l’écologie politique. On lui doit aussi le succès en France d’un auteur aussi marquant que Ivan Illitch. Il évoque cette période et rappelle un des axes de la pensée d’Illitch : « En raison de la professionnalisation simultanée des services de tout genre, nous devenons incapables de nous prendre en charge, d’autodéterminer nos besoins et de les satisfaire nous-mêmes : nous dépendons en toutes choses de ‘professions incapacitantes’ ».
Ce dernier livre est une lettre d’amour à sa femme. C’est du moins ce qu’il annonce car dans les faits on a plus l’impression qu’il parle de lui-même.
Petit détail amusant : il gémit de n’avoir pas pu trouver du boulot parce que « on ne peut arriver à rien sans ‘relations’ mais nous n’en avions point ». Huit lignes plus haut, à propos de la même période de sa vie, il dit : « Grâce à l’entremise de Sartre, j’ai obtenu que Marcel Duhamel me laisse traduire une Série noire (…) ». On a déjà vu des socialement isolés plus mal embarqués dans la vie…
Pour ceux qui s’intéresseraient particulièrement à la vie culturelle de cette époque, voici un livre court qui offre une synthèse rapide.
Gorz vient de mourir en septembre 2007, se suicidant avec sa femme pour échapper à la vieillesse et à la maladie.
A propos de ce suicide des deux époux, je pense à celui de Laura Marx (fille de…) et de son époux Paul Lafargue qui, le 26 novembre 1911, mettent fin à leurs jours « avant l’impitoyable vieillesse ». La classe, je trouve, mais chacun en fini comme il peut : on est « libres » hein…
Le texte de Gorz se termine sur cette phrase : « Nous aimerions chacun ne pas avoir à survivre à la mort de l’autre (…) ». Un peu plus haut, il notait : « (…) je ne veux pas recevoir un bocal avec tes cendres ».

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Lettre à D : Histoire d'un amour

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Lettre à D : Histoire d'un amour".