Mais qu'est-ce qu'on va faire de toi ? de Michel Drucker, Jean-François Kervéan (Co-auteur)

Mais qu'est-ce qu'on va faire de toi ? de Michel Drucker, Jean-François Kervéan (Co-auteur)

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Laurent63, le 4 janvier 2008 (AMBERT, Inscrit le 15 avril 2005, 47 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (22 775ème position).
Visites : 3 019 

Une grande réussite !

Cette autobiographie de Michel Drucker est un chef-d'oeuvre, elle met en avant la carrière d'un homme exceptionnel qui consacre sa vie aux autres. M. Drucker nous raconte son enfance difficile, car son père voulait faire de lui le meilleur, la vie dans sa Normandie natale, ses origines juives. Tous ceci avec pudeur et retenue, point d'épanchement inutile, juste ce qu'il faut pour être sincère. Il évoque aussi ses débuts à l'ORTF en 1965 après être parti du foyer familial, sa carrière professionnelle dans le service public, avec un petit écart sur TF1, sa vie intime, sa rencontre avec sa femme, ses angoisses, la disparition de son frère ainé Jean, ses rencontres avec les stars de tout bord, l'amour qu'il porte à son public... Bref il nous livre un ouvrage qui nous permet de le regarder comme l'homme qu'il est avant tout et de le respecter dans ses convictions.
Le livre est très bien écrit, accompagné de quelques photos en pages centrales, on rit, on s'angoisse et on pleure au rythme de cette vie trépidante, il est vrai que l'on ne peut qu'être ébloui par cet bel exemple de courage et de ténacité. Malgré l'éternelle question que ne cesse de se poser le père de Michel Drucker, qui hantera à tout jamais son enfant, on constate que son fils a réussi une carrière exemplaire au service des autres.
Un ouvrage qui saura plaire à toutes générations confondues, et, qui est intéressant de lire pour voir l'autre côté d'un homme public.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Le syndrôme Guy Degrenne

7 étoiles

Critique de Fanou03 (*, Inscrit le 13 mars 2011, 46 ans) - 18 novembre 2021

Mais qu’est-ce qu’on va faire de toi ? est une courte autobiographie de Michel Drucker, écrite en collaboration avec Jean-François Kervéan. Je ne suis pas particulièrement un grand fan de l’animateur, mais il faut reconnaître que ce livre est très agréable à lire et que, outre les incontournables anecdotes sur monde de l’audiovisuel, on apprend beaucoup de choses, sur l’histoire et l’évolution de la télévision française. Michel Drucker a en effet commencé tout jeune à l’ORTF, aux mythique studios Cognacq-Jay avec comme mentor un certain Léon Zitrone !

Ce que j’ai beaucoup apprécié ici c’est que l’animateur ne fait pas que dérouler machinalement sa vie et sa carrière en se mettant en valeur. Il nous livre tout cela sous le regard terrible de son père, Abraham Drucker, médecin de campagne en Normandie, juif et réfugié roumain, très exigeant envers ses enfants en ce qui concerne leur réussite scolaire. Las ! Le jeune Michel, dilettante absolu, cancre dans les nuages, subira les foudres du paternel qui ne cessera de lui répéter pendant l’enfance : « mais qu’est-ce qu’on va faire de toi ? », questionnement d’autant plus sévère que les deux frères de Michel, Jean en particulier, se révèlent particulièrement brillants (il sera dirigeant de M6).

Michel Drucker démontre malgré tout la résilience dont il a fait preuve par rapport à ce fardeau paternel, parfois avec beaucoup d’humour. J’ai par exemple beaucoup ri quand il nous apprend que, désespéré, son père, croyant bien faire, l’inscrit dans une formation de sténo-dactylo où Michel se retrouve quasiment le seul garçon dans une promotion d’une centaine de filles, à sa grande joie car la gente féminine était une de ses passions à l’époque ! Mais ce que nous dit l’animateur c’est que paradoxalement, quand il a su trouver sa voie, il s’est accompli, s’est montré un bourreau de travail, exigeant avec lui-même, y sacrifiant une partie de sa vie personnelle : il a su quelque part prendre sa revanche sur l’inquiétude de son père. C’est donc un livre écrit avant tout pour celui-ci. Michel Drucker ne lui en veut pas d’ailleurs : il lui rend hommage et regrette qu’ils ne se soient pas plus aimés et pas plus compris. De façon général le récit de Michel Drucker nous rappelle également que tous les enfants ne sont pas forcément adaptés à notre système scolaire très académique, et qu’il faut, avant de les juger, sans doute leur laisser leur chance.

Moi, je

5 étoiles

Critique de Bernard2 (DAX, Inscrit le 13 mai 2004, 72 ans) - 3 février 2017

Le livre est sans doute un miroir plus fidèle qu'un écran de télévision, et il est beaucoup plus difficile de faire semblant.
Michel Drucker se dit, enfant, avoir été traumatisé par son père. Mais quel père ne s'inquiéterait pas d'un fils véritable cancre, quand ses frères réussissent brillamment ?
Soit, il a travaillé, et beaucoup, par la suite. Mais a-t-il travaillé plus que beaucoup d'autres qui n'ont pas eu les mêmes revenus... et n'ont pas comme hobby l'hélicoptère, passion, dit-il communiquée par Jean-Claude Killy !
Certaines phrases (écrites par lui ou par son aide ?) le trahissent. Page 59 : « lorsqu'on demande un conseil à un patron , la plupart du temps il vous parle d'abord et avant tout de lui ». Remarque acide, mais figurant dans un ouvrage où Drucker ne parle... que de lui.
Page 108, on croit noter un regret pour celles et ceux qui, un moment sous les feux de la rampe, ont rejoint l'anonymat. Étonnant regret, quand aucun d'entre eux n'est cité ne serait-ce qu'une fois, alors que les célébrités (vivantes ou disparues) envahissent les pages du livre !
Parlant de François Pinault (p. 176), il écrit : « la fortune ouvre toutes les portes, plus rien n'a d'importance face au seul pouvoir de l'argent ». Curieux, quand on trouve (p. 188) : « ignorer l'argent, ou du moins ses excès », et quelques lignes plus loin « J'ai commencé à gagner réellement de l'argent, etc ».
Toutes les photos du livre nous montrent Drucker avec telle célébrité, telle autre. Il est clair que sa référence, ce sont les célébrités. C'est à dire à peu près le contraire de ce qu'il voudrait nous faire croire.
Quant aux pages interminables sur la famille Chirac, on s'en dispense volontiers. Bien sûr pas un mot sur les pratiques qui ont conduit à une inculpation de l'ancien président.
La fin du livre semble un peu plus sincère. Mais il est bien tard.
Je me dois de préciser que n'étant absolument pas ébloui par les paillettes, je ne regarde pas les émissions de M. Drucker. D'ailleurs la plupart de celles qu'il cite me sont totalement inconnues, jusqu'à leur titre. Je n'ai donc pour seule référence que ce livre, ce que je trouve plus que suffisant...

Cette fois c'est lui qui est sur le canapé rouge

8 étoiles

Critique de Killeur.extreme (Genève, Inscrit le 17 février 2003, 40 ans) - 27 mars 2009

Cette autobiographie de Michel Drucker nous montre comment depuis une quarantaine d'année, malgré des revers, l'animateur est toujours en haut de l'affiche, de son enfance sous pression pour ne pas décevoir ses parents à "Vivement Dimanche" l'homme se livre sans rancune, mais avec humilité. Drôle, triste, ce livre est une tranche de vie, d'une vie à la fois exceptionnelle et normale, Drucker ne se prenant pas pour une star et sachant bien que si les chanteurs et les acteurs survivent à leur mort grâce à leur chansons ou à leurs films, lui une fois disparu sera remplacé, mais il l'accepte tout en voulant faire son métier le plus longtemps possible, tant que sa santé et le public le lui permettront. Le livre montre bien à travers ce parcours qu'un enfant, cancre à l'école, peut devenir un animateur reconnu.

Forums: Mais qu'est-ce qu'on va faire de toi ?

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Mais qu'est-ce qu'on va faire de toi ?".